Changer d'édition

La Nasa et l'Allemagne dans l'orbite du Grand-Duché
Luxembourg 2 min. 23.10.2019 Cet article est archivé

La Nasa et l'Allemagne dans l'orbite du Grand-Duché

A Washington, l'Agence spatiale luxembourgeoise vient de signer deux accords de coopération majeurs.

La Nasa et l'Allemagne dans l'orbite du Grand-Duché

A Washington, l'Agence spatiale luxembourgeoise vient de signer deux accords de coopération majeurs.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 23.10.2019 Cet article est archivé

La Nasa et l'Allemagne dans l'orbite du Grand-Duché

Les agences spatiales américaine et allemande viennent de signer un accord de coopération avec leur homologue luxembourgeois. L'échange d'informations entre les deux structures pourrait bénéficier au projet de retour de l'homme sur la lune.

De loin, on dirait David et Goliath. Le petit et le géant. L'Agence spatiale luxembourgeoise (LSA) d'un côté et sa grande sœur américaine, la NASA, de l'autre. Et pourtant un lien existe bien entre les deux maisons. Il vient même d'être confirmé, à Washington, avec la signature d'un accord de coopération. 

En mai 2019 déjà, un Mémorandum d'accord sur l'espace entre le gouvernement des États-Unis et celui du Grand-Duché avait été signé. Cinq mois plus tard, cette volonté a donc été concrétisée par l'administrateur de la NASA, James. F. Bridenstine et Marc Serres, directeur général de la LSA lors du 70e Congrès aéronautique international.

Partant d'un intérêt commun pour promouvoir les possibilités d'utilisation commerciale de l'espace, les deux structures vont donc collaborer. Voilà donc le Grand-Duché pris dans l'orbite de la priorité de la NASA du retour de l'homme à la surface de la Lune d'ici 2024 et ses plans de présence humaine sur Mars d'ici 2028. 

Lancement en commun d'un centre de recherche 

Les deux agences entendent aussi échanger sur l'exploration et l'utilisation des ressources spatiales. NASA et LSA travailleront également sur le développement d'applications spatiales, l'exploration et l'utilisation de l'espace, y compris l'utilisation durable des ressources, ainsi que le partage des données scientifiques et la formation. Un dernier point important à l'heure où l'Université de Luxembourg vient de mettre en place un premier master multidisciplinaire en lien avec l'espace.

Il faut croire qu'à Washington toujours, le Centre aérospatial allemand (DLR) est lui aussi tombé sous le charme de la toute jeune (1 an) Agence spatiale luxembourgeoise. Une lettre d'intention pour coopérer dans le cadre d'activités de recherche en particulier dans des domaines tels que la navigation, les communications par satellite ou la robotique a également été signée entre les deux partenaires. 


Le second étage du Centre de recherches pourrait être boosté par des projets à l'échelle européenne.
Top départ pour le centre de recherches spatiales
Le ministre de l'Économie veut voir la structure scientifique ouvrir avant la fin 2020. Avec un objectif clair: se pencher sur l'exploration et l'exploitation des ressources liquides ou minérales que l'homme pourra trouver dans l'espace.

Du côté de la LSA, un des intérêts de ce rapprochement serait l'ouverture commune d'un centre de recherche interdisciplinaire visant à développer une industrie commerciale durable d'utilisation des ressources spatiales. 

La semaine dernière, Étienne Schneider avait d'ailleurs annoncé l'ouverture de ce centre pour 2020, en collaboration avec l'ESA, Agence spatiale européenne.



Sur le même sujet

Le Luxembourg booste son engagement spatial
129 millions d'euros d'argent public seront versés au nouveau budget record de l'Agence spatiale européenne ESA, a annoncé l'institution il y a tout juste une semaine. Le signe d'un activisme tous azimuts en la matière, qui pourrait bien faire avancer la protection du climat.
L'espace est la nouvelle frontière que s'est fixée le Grand-Duché, espérant jouer un rôle central dans le futur «space mining».
Un centre de recherches spatiales européen au Luxembourg
C'est un signe fort envoyé à l'industrie spatiale européenne. L'accord signé mercredi entre l'Agence spatiale européenne et le Grand-Duché donne naissance au «Centre européen d'innovation pour les ressources spatiales» qui s'implantera au Luxembourg.
La Space Agency définitivement sur orbite
L'éducation, la communication et l'assistance au secteur spatial restent au cœur de la mission de la Luxembourg Space Agency (LSA) qui fête ce jeudi sa première année d'existence.
This handout picture obtained from the European Space Agency (ESA) on August 7, 2018 shows a view taken by German astronaut and geophysicist Alexander Gerst, showing wildfires in the state of California as seen from the International Space Station on August 2, 2018.  / AFP PHOTO / EUROPEAN SPACE AGENCY / Alexander GERST / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / ESA / Alexander Gerst" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Des «touristes de l'espace» dès 2020
La Nasa a annoncé vendredi qu'elle autoriserait dès l'an prochain des touristes de l'espace et des entreprises à utiliser, contre paiement, la Station spatiale internationale (ISS), dont elle cherche à se désengager financièrement.
(FILES)  This NASA photo obtained November 4, 2018 shows the International Space Station photographed by Expedition 56 crew members from a Soyuz spacecraft after undocking. - NASA said on June 7, 2019, it will open up the International Space Station for tourism and other business ventures as of next year, as it seeks to financially disengage from the orbiting research lab. (Photo by HO / NASA / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / NASA/ROSCOSMOS" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS