Changer d'édition

La moitié des salariés disent qu'ils doivent rester joignables
Luxembourg 09.02.2017 Cet article est archivé
Enquête

La moitié des salariés disent qu'ils doivent rester joignables

La pression est bien réelle pour la moitié des salariés au Luxembourg
Enquête

La moitié des salariés disent qu'ils doivent rester joignables

La pression est bien réelle pour la moitié des salariés au Luxembourg
Shutterstock
Luxembourg 09.02.2017 Cet article est archivé
Enquête

La moitié des salariés disent qu'ils doivent rester joignables

Christelle BRUCKER
Christelle BRUCKER
Au Luxembourg, 49% des personnes interrogées en 2015 dans le cadre de l'index annuel Quality of Work, indiquaient qu'on attendait d'elles une joignabilité en dehors du travail.

(ChB) - Projet lancé en 2012 par la Chambre des salariés (CSL) en collaboration avec l’Université du Luxembourg, l'index annuel Quality of Work permet de comprendre comment les salariés perçoivent le monde du travail.

En 2015, environ 1.500 salariés dont deux tiers de résidents et un tiers de frontaliers, âgés de 16 à 64 ans, ont répondu à l'enquête.

Concernant la connexion avec le travail, les résultats sont clairs: près de la moitié déclarent que leur employeur attend de pouvoir les joindre par téléphone, mail ou autre appli sur smartphone, en dehors de leurs heures de travail. 

Quant à la pression, elle est bien réelle. Le fait d'être joignable par téléphone ou mail représente non seulement des heures souvent non rémunérées mais impose également le fait de travailler dans la précipitation (réponse immédiate attendue) et enfin, dérange les activités privées du salarié.


Sur le même sujet

Formatrice dans les entreprises luxembourgeoises depuis plus de 20 ans, Karine Maurer a vu émerger un nouveau phénomène ces 5 dernières années: l'hyperconnexion, ce lien permanent avec l'entreprise qui, via les nouvelles technologies, maintient une pression constante sur les salariés.
Karine Maurer: "Aujourd'hui, il n'y a plus de métier déconnecté. Il faut accepter la connexion mais ne pas la subir"