Changer d'édition

«La moitié des dossiers de sinistres sont clôturés»
Luxembourg 3 min. 17.09.2021
Deux mois après les inondations

«La moitié des dossiers de sinistres sont clôturés»

Le problème désormais est de pouvoir trouver des artisans disponibles pour réparer les dégâts causés par les crues.
Deux mois après les inondations

«La moitié des dossiers de sinistres sont clôturés»

Le problème désormais est de pouvoir trouver des artisans disponibles pour réparer les dégâts causés par les crues.
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 3 min. 17.09.2021
Deux mois après les inondations

«La moitié des dossiers de sinistres sont clôturés»

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Après les pluies diluviennes des 14-15 juillet, les assureurs luxembourgeois ont dû gérer 6.500 déclarations de sinistres concernant des habitations et près de 1.300 dossiers en lien avec des dégâts sur véhicules.

A l'association des compagnies d'assurance, deux mois après la pire catastrophe naturelle qu'ait connue le pays, les professionnels sont encore sous le choc. «Déjà en raison de l'importance du phénomène pluvieux enregistré en moins de 24 heures, ensuite sur l'importance des dégâts. Beaucoup et qui coûteront cher», souffle Jean-Charles Origer, directeur de l'ACA. Les 120 millions d'euros de dommages à rembourser devraient ainsi bien constituer «une bonne estimation».


Rosport Wasserkraftwerk Sauer
Deux mois d'arrêt pour l'usine hydroélectrique de Rosport
Les eaux ont envahi et endommagé l'installation, et depuis la mi-juillet, la centrale se trouve hors d'usage.

En début de semaine, l'association a fait le point avec ses adhérents sur l'avancée des dossiers. Et huit semaines après le déluge, les professionnels assurent que «la moitié des dossiers de sinistres sont clôturés». Entendez que l'expert est passé, que les dédommagements ont été chiffrés et l'enveloppe acceptée ou les travaux engagés et terminés. «Ce qui au vu de l'ampleur du désastre témoigne d'une belle efficacité». 

Reste encore toutefois aussi 50% de dossiers à boucler. «Dans la plupart des cas, ce n'est pas la 'faute' de l'assureur lui-même mais plutôt du fait de l'engorgement des emplois du temps des artisans qui ne peuvent pas être partout en même temps.» La plupart du temps, des acomptes ont été versés aux ménages sinistrés pour faire face aux réparations d'urgence; la suite viendra en son temps.


Lokales,Hochwasser,Überschwemmungen,Starkregen,Katastrophe. hier:Steinheim.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Déjà 179.000 euros d'aides d'urgence versés aux sinistrés
Le ministère de la Famille a déjà reçu une cinquantaine de demandes de soutiens d'urgence. Et les fonds se débloquent petit à petit pour les particuliers en difficulté après les pluies diluviennes des 14-15 juillet derniers.

Pour l'heure, l'ACA n'avance pas de bilan chiffré des sommes engagées pour effacer les traces de cet épisode météo inédit. «Mais si traditionnellement, les inondations concernaient essentiellement les bords de la Moselle ou de l'Alzette, en hiver avec la fonte des neiges, cet été le pays a connu deux épisodes de crues d'une autre nature. D'abord en juin dans le sud (10 millions de dégâts) et un mois après sur la quasi-totalité du territoire. Maintenant, on se retrouve avec 6.500 sinistres sur des habitations, 1.300 sur des véhicules : du jamais-vu!»

Cette ampleur inédite a d'ailleurs surpris la cinquantaine de professionnels luxembourgeois de l'assurance eux-mêmes. En moins de jours, ils multipliaient par deux le coût supposé des remboursements qu'ils auraient à engager (de 60 à 120 millions d'euros). L'Etat a ensuite fait de même, passant de 50 à 100 millions d'euros l'enveloppe dédiée aux réparations et aux aides publiques à mettre en oeuvre. Xavier Bettel pronostiquant, fin août, 10 millions à mettre dans la rénovation de bâtiments et infrastructures publics, 16 millions pour la réfection de routes et pistes cyclables, huit millions dans les réseaux d'eau endommagés, etc.

Evidemment, autant de frais à régler risquent de peser sur le montant des prochains contrats d'assurance. Une chose est certaine : la profession ne manquera pas de se pencher, plus attentivement encore, sur la carte des zones inondables mise à disposition par l'administration. «Cela devient un outil de travail effectivement de plus en plus indispensable. Elle nous permettra de concevoir les produits d'assurance les plus en adéquation avec un risque de plus en plus fréquent», ne manque pas de souligner Jean-Charles Origer. Un directeur de l'ACA qui espère d'ailleurs que ledit document soit remis à jour au vu du retour d'expérience des montées des eaux de cet été décidément humide à pleurer.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Près de deux mois après les intempéries de la mi-juillet, l'Administration de la gestion de l'eau poursuit le grand nettoyage des cours d'eau luxembourgeois. Ceux-ci ont en effet charrié bien des déchets et doivent en être débarrassés au plus tôt.
Le Premier ministre a annoncé que l'enveloppe gouvernementale dédiée à la réparation des dommages des crues de la mi-juillet doublera. Rien que pour réparer routes et bâtiments publics endommagés, 26 millions d'euros seraient nécessaires.
Lokales,Hochwasser,Überschwemmungen nach Starkregen in Schouweiler..Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Les travaux pour disposer de cet équipement sur le barrage de la Haute-Sûre ne devraient pas débuter avant 2024. Mais l'investissement permettant de retenir ou écrêter les crues est dans les tuyaux.
Ils sont restaurateurs, pâtissier-traiteur. Mais pour Maximilian von Hochberg, Tom Oberweis ou Jérémy Pastre, le déluge de la mi-juillet pèse encore sur leur activité. Témoignages.