Changer d'édition

La météo assèche les revenus des propriétaires forestiers
Luxembourg 4 min. 10.09.2019

La météo assèche les revenus des propriétaires forestiers

«Les propriétaires privés sont obligés de couper ces épicéas. Mais ils ont de grandes difficultés à vendre leur bois», informe Winfried Von Loë, directeur du Lëtzebuerger Privatbësch.

La météo assèche les revenus des propriétaires forestiers

«Les propriétaires privés sont obligés de couper ces épicéas. Mais ils ont de grandes difficultés à vendre leur bois», informe Winfried Von Loë, directeur du Lëtzebuerger Privatbësch.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 4 min. 10.09.2019

La météo assèche les revenus des propriétaires forestiers

Maurice FICK
Maurice FICK
Un peu plus de la moitié des bois du Luxembourg appartient à près de 13.000 privés. Ceux qui ont misé sur l'épicéa, attaqué par les scolytes, auront des aides doublées pour replanter d'autres variétés mais aussi d'énormes difficultés à vendre leur bois.

«En comparaison avec les prix pratiqués il y a encore deux ans, les propriétaires forestiers touchent aujourd'hui peut-être encore un tiers du prix» pour le bois d'épicéa, assure Winfried Von Loë, directeur du Lëtzebuerger Privatbësch. Le groupement des sylviculteurs soutient et conseille un peu plus de 2.000 personnes qui possèdent près de 55% des forêts privées.


Die Insekten und ihre Larven hinterlassen unter der Baumrinde Fressspuren, die eine typische Maserung haben.
L'avenir des forêts d'épicéas menacé par les scolytes
Les foyers d'infection d'insectes sous l'écorce des résineux «ont continué à progresser de façon alarmante cette année», confesse lundi la ministre de l'Environnement. Si les étés continuent à être aussi chauds que celui de 2019, les épicéas pourraient bien disparaître du sud du pays.

Et «les prix sont encore en baisse» en ce début septembre, prévient-il. Pour la bonne et simple raison que des millions de mètres cubes de bois d'épicéa inondent les marchés français, belge et allemand. L'offre est largement supérieure à la demande. 

La faute au bostryche typographe. «Les foyers d'infection ont continué à progresser de façon alarmante cette année», a reconnu récemment Carole Dieschbourg, ministre de l'Environnement (Déi gréng). 

Depuis le printemps, les propriétaires privés touchent 10.000 euros par hectare pour repeupler leurs parcelles de forêt avec des feuillus.
Depuis le printemps, les propriétaires privés touchent 10.000 euros par hectare pour repeupler leurs parcelles de forêt avec des feuillus.
Photo: Guy Jallay

Le scolyte adore s'installer sous l'écorce des épicéas. Près de «55.500 m3 de bois d'épicéas scolytés et de dégât de chablis ont dû être abattus» dans les forêts publiques gérées par l'Administration de la nature et des forêts, rapporte son directeur, Frank Wolter. 

La forêt luxembourgeoise a particulièrement souffert en cet été 2019 du fait de la météo estivale comme du manque d'eau. Ces conditions ont favorisé la propagation des insectes ravageurs, les poussant à s'envoler plus souvent pour peupler de nouveaux arbres. Autant de troncs d'épicéas que les propriétaires sont ensuite obligés de couper.   

Un arbre sec est «très difficilement vendable, si le bois est encore vert, ça reste possible», explique Winfried Von Loë dont l'association conseille les propriétaires privés dans l'objectif d'une «croissance de rendement qualitatif et quantitatif des forêts tout en respectant l'exploitation durable».


Bei einem Befall durch Borkenkäfer kann die Fichte sich nicht mehr ausreichend mit Nährstoffen versorgen. Dadurch verfärben sich die Kronen  rotbraun - nach wenigen Wochen stirbt der Baum ab.
La forêt luxembourgeoise en état d'urgence
Le manque de précipitations met les forêts sous pression. Les arbres perdent leurs feuilles et leurs aiguilles et le fléau des bostryches typographes, ravageurs des forêts d'épicéas, est de retour.

Une fois les épicéas au sol, les propriétaires sont tenus de replanter leurs surfaces déboisées. Pour cela «ils perçoivent une double subvention», explique le  directeur du Lëtzebuerger Privatbësch. 

  Les épicéas ont besoin d'eau et qu'il y en a de moins en moins dans nos sols  

Au printemps, les montants des aides allouées par l'État pour les travaux de reboisement ont effectivement été doublés. Le règlement grand-ducal du 12 mai 2017 fixe les montants de ces aides à «30 euros l'are de la surface à reboiser» lorsque le propriétaire replante des résineux (mélèze, douglas, etc) et à 50 euros l'are lorsqu'il replante des feuillus (hêtre, chêne, érable, etc). 

Au lieu de 5.000 euros par hectare jusqu'ici, le propriétaire est encouragé à repeupler ses parcelles pour 10.000 euros par hectare aujourd'hui. 

Deux trous perforés par des bostryches typographes dans l'écorce d'épicéa. L'entrée sous l'écorce de l'arbre.
Deux trous perforés par des bostryches typographes dans l'écorce d'épicéa. L'entrée sous l'écorce de l'arbre.
Photo: Guy Jallay

Mais «toute plantation d'épicéas est hors de subvention», souligne bien Winfried Von Loë. Avant d'expliquer que cette variété n'est en réalité «pas vraiment adaptée» au Luxembourg. Bien qu'étant le favori des privés à la recherche de rendement élevé, l'épicéa n'est en effet pas une variété indigène.

Mais cette essence d'arbre, et les deux étés passés viennent accentuer le phénomène, n'est plus adaptée au Luxembourg.  «Je conseille très peu les plantations d'épicéas parce qu'ils ont besoin d'eau et qu'il y en a de moins en moins dans nos sols», relève Winfried Von Loë. 

Tout indique donc que l'épicéa est amené à disparaître de la forêt luxembourgeoise dans un avenir proche. «Si les étés continuent comme ça, l'épicéa disparaîtra dans tout le Guttland (la partie au sud d'une ligne Diekirch-Ettelbruck). Ça peut être dans les cinq ou dix ans, voire moins», ne cache pas Frank Wolter.


Sur le même sujet

Jamais la forêt n'a été autant fragilisée
Soumise aux sécheresses et attaques d'insectes, la forêt luxembourgeoise était en état d'urgence cet été. Le verdict est tombé: seuls 13,4 % des arbres sont sains. C'est partiellement «récupérable», estime le directeur de l’Administration de la nature et des forêts.
Des vignes en souffrance en raison de la météo
Dans un mois démarrent les vendanges sur les coteaux de la Moselle. Records de chaleur, sécheresse mais aussi gelées tardives ont sévèrement abîmé les raisins. La récolte s'annonce «difficile» et les quantités seront moitié moindres, avance déjà l'Institut viti-vinicole.
Certaines grappes ont complètement grillées sous les chauds rayons du soleil de cet été.
La forêt luxembourgeoise en état d'urgence
Le manque de précipitations met les forêts sous pression. Les arbres perdent leurs feuilles et leurs aiguilles et le fléau des bostryches typographes, ravageurs des forêts d'épicéas, est de retour.
Bei einem Befall durch Borkenkäfer kann die Fichte sich nicht mehr ausreichend mit Nährstoffen versorgen. Dadurch verfärben sich die Kronen  rotbraun - nach wenigen Wochen stirbt der Baum ab.
La forêt au coeur de toutes les interrogations
L’état des bois inquiète les visiteurs des «Demo Forest», les journées forestières organisées à l'occasion de la Foire agricole de Libramont. Luxembourgeois, Allemands, Français et Belges veulent agir en concertation pour préserver cette ressource écologique et économique.
09.04.09 gruenewald, , ouverture du massif forestier " gruenewald" au public, wald, foret,  , photo: Marc Wilwert
Coup de chaud sur le Luxembourg
Après un «coup de chaud» fin juin, le Grand-Duché est victime de fortes chaleurs en cette fin juillet 2019. Alerte météo rouge, nouveau record de température, premier plan canicule déclenché par le ministère de la Santé, tout y est.
Lokales, Hitze, Sommer, Sonne, Foto: Lex Klern/Luxemburger Wort