Changer d'édition

«La mentalité flamande se rapproche du Luxembourg»
Luxembourg 4 min. 21.07.2020

«La mentalité flamande se rapproche du Luxembourg»

Michèle Detaille assure la présidence de la Fedil depuis 2019.

«La mentalité flamande se rapproche du Luxembourg»

Michèle Detaille assure la présidence de la Fedil depuis 2019.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 4 min. 21.07.2020

«La mentalité flamande se rapproche du Luxembourg»

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
Avec 47.000 salariés qui traversent chaque jour la frontière et près de 20.000 personnes qui résident au Grand-Duché , les liens entre la Belgique et le Luxembourg sont toujours aussi forts. Michèle Detaille et Georges Gondon évoquent leur pays en ce jour de fête nationale.

«Le Luxembourg est mon pays d'adoption», annonce d'entrée Michèle Detaille. La présidente de la Fedil ne renie pas ses origines belges mais elle avoue ne plus se retrouver dans la Belgique actuelle qu'elle a quittée il y a 25 ans. «Il y a trop de divergences entre le sud et le nord du pays, les mentalités ont changé entre un jeune Flamand qui ne parle pas le français et un Wallon qui ne maîtrise pas le néerlandais.»

L'ancienne bourgmestre de Vaux/Sûre regrette aussi la complexité de son pays. «On retrouve deux régions avec une culture différente. Je retrouve en Flandre une mentalité qui se rapproche quelque peu du Luxembourg, les décideurs ne s'endorment pas sur leurs lauriers et n'hésitent pas à dépoussiérer certains domaines». 

Au côté pragmatique et efficacité des gens du Nord, Michèle Detaille regrette le manque d'ambition de la Wallonie où la remise en question est rarement d'actualité. Un contraste saisissant avec «le Luxembourg qui est parvenu à se renouveler au cours des dernières décennies».

Georges Gondon
Georges Gondon
source: etalle.be

Georges Gondon partage également le même sentiment. Issu du monde des PME, il  est arrivé au Grand-Duché au début des années 90 et a, lui aussi été frappé par l'esprit d'entreprise qui règne au pays. «Le tissu économique du Luxembourg est favorable aux investisseurs ce qui n'est pas le cas partout.» Et ce dernier de mettre en avant la «flexibilité décisionnelle» et la «réactivité» des dirigeants. «C'est le jour et la nuit avec la Belgique. Le fait de pouvoir rencontrer et dialoguer avec un ministre sans trop de problème est aussi un atout.»

Cet échevin de la commune d'Etalle pointe aussi le décalage énorme entre la capitale où siègent les différents niveaux de pouvoir et le sud du pays. «L'identification politique et la réalité du terrain ne sont plus en adéquation, la manière dont on perçoit les choses est différente». Et notre interlocuteur de citer Ath et Arlon, deux communes qui font partie de la Grande Région mais dont les «attentes et les aspirations sont bien différentes».


Pour Philippe Ledent, il est impératif de «tenir compte du développement accéléré du Luxembourg et de son impact sur les régions voisines»
«Ne pas rester dans l'ombre du Luxembourg»
Philippe Ledent est favorable à la création d'une «zone de développement frontalier» entre la Belgique et le Luxembourg. Dans cette optique, le président de l'Union des classes moyennes de la province de Luxembourg (UCM-Lux) souligne «l'urgence» d'une «concertation bilatérale».

Si un colloque sera organisé le 9 juin 2021 à Martelange et Rombach pour fêter en grande pompe le Centenaire de l'Union économique belgo-luxembourgeoise, les relations entre la Belgique et le Luxembourg n'ont pas toujours ressemblé à un long fleuve tranquille. La crise du covid-19 a quelque peu mis à mal cette relation d'amitié mais Georges Gondon pointe aussi la présence d'une autre barrière. «Sur un plan physique, les frontières ont été levées mais on retrouve cette limite au niveau de la fiscalité», dit-il. 

Celui qui est aussi membre de l'association «Effet-Frontière» plaide notamment pour davantage de souplesse en faveur des salariés. «La mobilité ne doit pas être que physique. La dernière crise sanitaire a démontré que le travail à domicile fonctionnait. J'ai été surpris par la vitesse avec laquelle la Belgique a laissé tomber ses règles de fiscalité avec le Luxembourg», estime encore Georges Gondron qui rêve d'étendre à 56 le quota de jours de télétravail autorisés pour ses compatriotes. Mais pour cela, il faudra encore patienter pour que la Belgique se dote enfin d'un gouvernement de plein exercice. Les dernières élections législatives ont eu lieu le 26 mai... 2019. 


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Di Rupo ferme la porte aux «zones franches»
Mobilité, fiscalité mais aussi environnement, le Ministre-Président wallon évoque sa vision de la Grande Région. Une entité qui été frappée par la crise du covid-19 mais qui souffre aussi du manque de dialogue entre ses différentes composantes.
Les démineurs belges à la rescousse
Un an après l'accident du Waldhof, qui a coûté la vie à deux membres du service de déminage de l'armée grand-ducale, le Sedal peut compter sur le soutien de son grand frère belge. Ce dernier est en charge d'une double mission: combler le vide et assurer la formation des nouveaux éléments.
Desk, Zusammenarbeit Belgische und Luxemburgische Armee, Kampfmittelräumdienst, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
La relation belgo-luxembourgeoise doit être repensée
La mobilité, les échanges économiques ou encore le recrutement seront au programme de la table ronde qui a lieu ce mercredi sur les liens qui unissent le Grand-Duché au royaume. Une connexion qui doit tenir compte de l'évolution de la société et qui dépasse largement le cadre d'une relation bilatérale selon la fondation Idea.
27.06.05 autoroute belge, E411, direction Arlon, photo: Marc Wilwert
L'idée de créer des parkings le long de la E411 avance
L'association «Effet-Frontière» s'est positionnée en faveur de l'aménagement d'un P+R sur l'ancien site de la frontière à Sterpenich ou sur l'aire de Hondelange. Une initiative qui ambitionne de désengorger le centre-ville d'Arlon et l'autoroute vers le Luxembourg.
13.9. Belgique /Poste Frontiere  Sterpenich  Foto: Guy Jallay