Changer d'édition

La médecine environnementale arrive au CHEM
Luxembourg 1 2 min. 23.12.2019 Cet article est archivé

La médecine environnementale arrive au CHEM

Les plans du Südspidol prévoient déjà les surfaces pour un service supplémentaire : un atout pour le CHEM.

La médecine environnementale arrive au CHEM

Les plans du Südspidol prévoient déjà les surfaces pour un service supplémentaire : un atout pour le CHEM.
Luxembourg 1 2 min. 23.12.2019 Cet article est archivé

La médecine environnementale arrive au CHEM

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le ministre de la Santé a tranché: le Centre hospitalier Emile Mayrisch ouvrira le premier service de prise en charge de patients atteints de troubles liés à l'exposition à des polluants.

Deux groupes hospitaliers ont présenté des demandes pour accueillir une toute nouvelle spécialité au Luxembourg: la médecine environnementale. Entre les Hôpitaux Robert-Schuman (HRS) et le Centre hospitalier Emile-Mayrisch, Etienne Schneider (LSAP) a choisi le second. La loi ne permettant qu'un seul exploitant au niveau national.

Ce choix a été confirmé par le ministre de la Santé ce lundi, en réponse à une question parlementaire des députés Josée Lorsché et Marc Hansen. Les deux élus Déi Gréng rappelant dans leur interpellation que pareille offre ambulatoire était signifiée dans l'accord de coalition 2018-2023. «Il s'agit d'un service de diagnostic et de traitement prenant en charge des patients atteints de problèmes de santé liés à l'exposition à des facteurs environnementaux».

D'abord à Niederkorn

C'est plus précisément dans le futur centre Südspidol, à Esch-sur-Alzette, qu'ouvrira ce service qui disposera alors de compétences en médecine de l'environnement aussi bien qu'en termes de santé au travail, notamment pour tout ce qui concerne les salariés impactés par un contact ou une inhalation avec des polluants

En attendant la construction de ces futurs bâtiments, Emile Mayrisch assurera cette nouvelle spécialité pendant quelques mois dans ses locaux de l'hôpital de Niederkorn

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Reste qu'après l'annonce au printemps dernier de l'intégration d'un centre pour l'association luxembourgeoise Alzheimer et d'une polyclinique, le CHEM se trouve à nouveau conforté par ce qui constitue une des dernières décisions prises par le ministre de la Santé, démissionnaire désormais. Un choix effectué alors que la Commission permanente du secteur hospitalier, qui avait validé les deux présentations soumises, n'avait pas su trancher.

En effet, une des problématiques du dossier a consisté à départager les deux propositions, sachant que les deux demandeurs «avaient exprimé leur refus strict de collaborer sur un projet unique». Aussi, est-ce un point différenciant qui a fait pencher la balance vers la candidature du CHEM: les plans du complexe Südspidol intégraient les surfaces permettant d'accueillir un service de médecine environnemental (donc le subventionnement était déjà acquis). Dans le cas des HRS, il aurait fallu construire (et donc financer) de nouveaux locaux.


Sur le même sujet