Changer d'édition

La «Marque nationale» à bout de souffle
Luxembourg 3 min. 14.08.2020 Cet article est archivé

La «Marque nationale» à bout de souffle

Romain Schneider est revenu à la charge en proposant un texte révisé, mais la définition du terme «régional» fait débat.

La «Marque nationale» à bout de souffle

Romain Schneider est revenu à la charge en proposant un texte révisé, mais la définition du terme «régional» fait débat.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 3 min. 14.08.2020 Cet article est archivé

La «Marque nationale» à bout de souffle

Le label luxembourgeois vise à garantir l'origine et la qualité des produits. Mais huit décennies après sa création, cette certification ne répond plus aux normes édictées par l'Union européenne. Et son adaptation, bien que nécessaire, ne fait toutefois pas l'unanimité.

(ASdN avec Marc Hoscheid) - Sur le jambon, le saucisson ou encore le miel, les étiquettes «Marque nationale» fleurissent sur les étals des magasins. Introduit par la loi du 2 juillet 1932, le label vise à contribuer à la normalisation des produits issus de l'agriculture et de l'horticulture. Mais à 88 ans, la certification a pris quelques rides et nécessite une cure de jouvence.  

En cause, les cahiers des charges utilisés. Ceux-ci ne sont en effet plus aux normes. Selon une directive de l'Union européenne, les systèmes de certification soutenus par les autorités régionales ou nationales «ne doivent pas conduire à des restrictions fondées sur l'origine nationale des producteurs ou entraver le marché intérieur d'une autre manière». En outre, les produits régionaux ne peuvent pas bénéficier d'une préférence dans les appels d'offres, car cela affecterait la libre circulation des marchandises dans le marché intérieur européen. 

Une concurrence inutile

Mais les Luxembourgeois, eux, ne voient pas les choses du même œil que Bruxelles. En 2016, près de 8.000 personnes avaient ainsi signé la pétition n°668, qui appelait à offrir davantage de nourriture luxembourgeoise dans les cantines publiques par exemple. En réponse, le ministre de l'Agriculture de l'époque, Fernand Etgen (DP), avait soumis un an plus tard une proposition législative visant à créer un système d'approbation officiel des labels de qualité luxembourgeois. 


Fleckvieh cows await transportion by a cattle carrier in Altheim near the southern Bavarian town of Landshut November 16, 2006. Around 5,500 Fleckvieh breeding cattle will be exported from Bavaria to Moscow.  REUTERS/Michaela Rehle     (GERMANY)
Les agriculteurs traversent une drôle de saison
Si les productions agricoles luxembourgeoises ne souffrent pas directement de l'épidémie de covid-19, le ministère de l'Agriculture avance avec prudence. Surveillant autant les difficultés des vignerons à écouler leurs bouteilles que certains prix de denrées à la baisse.

Si la démarche correspondait aux désirs des citoyens, la loi n'a en revanche rencontré que peu de succès auprès des acteurs du secteur. Dans son rapport de 2018, la Chambre d'agriculture déclarait même que le texte non seulement ne conduisait pas à une plus grande consommation de denrées alimentaires luxembourgeoises, mais les mettait même inutilement en concurrence avec des produits étrangers. 

En outre, le système de notation envisagé, qui prévoyait l'attribution d'un maximum de quatre étoiles, a été critiqué. Le Conseil d'État s'est également opposé à plusieurs points de son rapport.

Un rayon de 250 km

Malgré les désaccords, l'idée n'a pas été abandonnée. Le texte a ainsi été révisé par l'actuel ministre de l'Agriculture Romain Schneider (LSAP). La nouvelle version ne contient plus de système de points, un élément salué par la Chambre d'agriculture et le Centre des agriculteurs. Mais si le texte se veut être une amélioration de celui de 2017, il ne fait toujours pas l'unanimité, notamment en ce qui concerne le terme «régional».  

Selon le texte, tout ce qui est fabriqué dans un rayon allant jusqu'à 250 kilomètres du siège du fabricant peut ainsi être considéré comme régional. Une distance qui pourrait même être étendue à 500 kilomètres au niveau de l'UE. En d'autres termes, cela signifie que les entreprises étrangères sans relation avec le Luxembourg sont autorisées à faire de la publicité avec un label du Grand-Duché. 

Des éléments à peaufiner

Par ailleurs, l'objectif déclaré de réduire le nombre d'étiquettes n'est pas non plus atteint avec le texte actuel. A titre d'exemple, Luxlait devrait créer son propre label pour avoir accès au nouveau système de certification. Une initiative non soutenue par Mouvéco. L'organisation de protection de l'environnement y voit en effet un emballage factice qui n'assure pas la qualité de la nourriture. 


De la paille est chargée sur un tracteur le 27 juillet 2011 à Bray-sur-Seine, en Seine-et-Marne où une caravane de 60 tracteurs se ravitaille. Les agriculteurs de l'Ain vont y trouver, après un périple de plus de 300 kilomètres, 1.000 tonnes de paille à rapporter dans leurs élevages affectés par la sécheresse en mai dernier, dans le cadre d'un "convoi de solidarité". AFP PHOTO / JEFF PACHOUD
Cinq millions d’euros pour soutenir l'agriculture
Romain Schneider a présenté ce mardi son plan de relance pour le secteur. La pandémie du covid-19 n'a épargné personne et certaines filières souffrent de la crise. Le paquet de mesures pour le secteur agricole fait la part belle au local et au bio.

Si le projet de loi aurait dû être adopté en Conseil des ministres à la fin du mois de juillet, seules les grandes lignes ont été approuvées. Selon Romain Schneider, les détails techniques doivent en effet encore être clarifiés. Ce travail, qui tiendra également compte des critiques exprimées, devrait s'achever début septembre. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les abattoirs luxembourgeois sous bonne garde
Alors qu'en France, aux Etats-Unis et en Allemagne, des clusters de covid-19 ont été repérés dans des abattoirs, le ministre de l'Agriculture se veut rassurant sur les installations luxembourgeoises. Le virus n'a pas encore atteint les bouchers d'Ettelbruck et Wecker.
Cinq millions d’euros pour soutenir l'agriculture
Romain Schneider a présenté ce mardi son plan de relance pour le secteur. La pandémie du covid-19 n'a épargné personne et certaines filières souffrent de la crise. Le paquet de mesures pour le secteur agricole fait la part belle au local et au bio.
De la paille est chargée sur un tracteur le 27 juillet 2011 à Bray-sur-Seine, en Seine-et-Marne où une caravane de 60 tracteurs se ravitaille. Les agriculteurs de l'Ain vont y trouver, après un périple de plus de 300 kilomètres, 1.000 tonnes de paille à rapporter dans leurs élevages affectés par la sécheresse en mai dernier, dans le cadre d'un "convoi de solidarité". AFP PHOTO / JEFF PACHOUD
Les agriculteurs traversent une drôle de saison
Si les productions agricoles luxembourgeoises ne souffrent pas directement de l'épidémie de covid-19, le ministère de l'Agriculture avance avec prudence. Surveillant autant les difficultés des vignerons à écouler leurs bouteilles que certains prix de denrées à la baisse.
Fleckvieh cows await transportion by a cattle carrier in Altheim near the southern Bavarian town of Landshut November 16, 2006. Around 5,500 Fleckvieh breeding cattle will be exported from Bavaria to Moscow.  REUTERS/Michaela Rehle     (GERMANY)
Permis à points: faites le test
Cette semaine, le permis à points fêtait ses 15 ans d'existence. Ce système, introduit plus de 10 ans après nos voisins français, a été vivement critiqué lors de son introduction au Luxembourg, mais a depuis fait ses preuves. Révisez vos connaissances et testez-vous!
Ein Verstoß, der in der Punktetabelle festgehalten ist, kostet mindestens zwei Punkte.