Changer d'édition

La Maison de l'orientation aide à construire son avenir
Luxembourg 6 5 min. 27.09.2022
Inauguration

La Maison de l'orientation aide à construire son avenir

Cinq guichets thématiques accueillent les visiteurs tous les jours, sans rendez-vous.
Inauguration

La Maison de l'orientation aide à construire son avenir

Cinq guichets thématiques accueillent les visiteurs tous les jours, sans rendez-vous.
Photo : Gerry Huberty
Luxembourg 6 5 min. 27.09.2022
Inauguration

La Maison de l'orientation aide à construire son avenir

Pascal MITTELBERGER
Pascal MITTELBERGER
Installée depuis un an rue Aldringen, la Maison de l'orientation a été inaugurée ce mardi. En un même endroit sont regroupés des informations, des services et des conseillers pour guider jeunes et moins jeunes vers la vie professionnelle.

Un petit paquet de feuilles à la main, Samuel franchit les grandes portes vitrées et quitte la Maison de l'orientation, rue Aldringen. Installée ici depuis tout juste un an, elle vient d'être officiellement inaugurée ce mardi matin. Mais Samuel n'a pas vraiment fait attention à la petite agitation qui régnait dans les locaux, ni aux costumes, ni à la présence des ministres Claude Meisch (DP) et Georges Engel (LSAP). 


«Ce ne sont pas les bonnes notes qui font une bonne orientation»
La rédaction est allée à la rencontre du président de l'association WorldSkills Luxembourg en amont du début de la Yep Schoulefoire qui se tiendra du 2 au 4 mai. L'occasion de revenir sur l'importance et le potentiel de la formation professionnelle.

A 22 ans, Samuel était certainement concentré sur un point autrement plus important: son avenir. Le jeune homme, originaire de Junglinster, sort d'un rendez-vous avec une conseillère. «Je suis actuellement sans emploi, et je voudrais reprendre des études pour faire un métier qui me plaît, celui d'éducateur, en centre de loisirs par exemple», explique-t-il.

J'ai eu en face de moi une personne vraiment compréhensive. Ici, ça se voit qu'ils veulent aider.

Samuel, 22 ans, usager de la Maison de l'orientation.

Samuel n'a pas atterri à la Maison de l'orientation par hasard. «Ma mère connaissait, elle m'a pris le rendez-vous.» Il ne regrette pas l'initiative maternelle. «J'ai eu en face de moi une personne vraiment compréhensive. Ici, ça se voit qu'ils veulent aider. On m'a expliqué les formations possibles. Je souhaite faire un apprentissage, parce que j'ai déjà 22 ans et j'aimerais un peu gagner ma vie en même temps que les études. Il faut d'abord que je trouve un patron, on m'a conseillé d'aller à un job dating jeudi à City Concorde.»

 Plus central, plus accessible et plus grand

L'exemple de Samuel est un concentré de ce que propose la Maison de l'orientation : de l'écoute, de l'information, de l'accompagnement mais pas de substitution à la démarche et la motivation personnelles.

Mike Engel, directeur de la Maison de l'orientation.
Mike Engel, directeur de la Maison de l'orientation.
Photo : Gerry Huberty

Une autre illustration pourrait être la réalisation d'un CV : «Nous donnons des conseils, quelques règles à suivre, mais nous ne faisons pas le travail à la place de la personne», indique Mike Engel, directeur de la Maison de l'orientation.

Voilà dix ans qu'elle existe au Luxembourg. Il y a un an, elle a déménagé de la place de l'Etoile vers le n°29 de la rue Aldringen, dans un bâtiment déjà occupé par des services du ministère de l'Education nationale. «Un lieu plus central, plus accessible et plus grand», résume le ministre Claude Meisch (DP), entouré de deux Engel à l'occasion de l'inauguration, mardi matin.

Claude Meisch, ministre de l'Education nationale.
Claude Meisch, ministre de l'Education nationale.
Photo : Gerry Huberty

A sa droite, Georges, ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Economie sociale et solidaire ; à sa gauche, Mike, directeur de la Maison de l'orientation. Derrière les trois hommes, une grande affiche représente ce que veut être l'endroit pour les personnes qui y viennent : une boussole. 

Claude Meisch se félicite que la Maison de l'orientation propose, sous un même toit, une multitude d'informations et d'aides aux usagers. Ainsi, au rez-de-chaussée, outre l'accueil, on trouve une petite médiathèque avec des ordinateurs et une foule de brochures en libre service sur l'offre scolaire, les études supérieures ou encore le monde du travail.

A l'autre bout du couloir, on trouve cinq guichets derrière lesquels des conseillers renseignent sur le parcours scolaire, les services dédiés à la jeunesse, les études supérieures, l'univers des formations et métiers et enfin les formations pour adultes et orientent vers d'autres interlocuteurs selon les besoins. Toujours au rez-de-chaussée, on trouve aussi le  Beruffsinformatiounszentrum (Biz, Centre d'information professionnelle de l'Adem), où l'on peut notamment consulter des fiches-métiers sur des ordinateurs. Enfin, répartis sur quatre étages, d'autres services plus personnalisés avec des conseillers, accessibles sur rendez-vous. 

Georges Engel, minsitre du Travail et de l'Emploi.
Georges Engel, minsitre du Travail et de l'Emploi.
Photo : Gerry Huberty

C'est là une autre spécificité du lieu. Si orientation fait immédiatement penser aux études et à l'entrée dans le monde du travail, donc pour un public jeune - adolescents ou jeunes adultes -, la Maison se veut aussi utile à toutes les générations. «L'orientation, ce n'est pas seulement pendant ou à la sortie de la scolarité, c'est pendant toute la vie», résume Georges Engel, ministre du Travail et de l'Emploi. Il met ainsi en avant les tensions actuelles dans certains métiers, du domaine de l'artisanat notamment, et sur la nécessité d'être bien formé pour celles et ceux intéressés par une reconversion professionnelle.

L'orientation, ce n'est pas seulement pendant ou à la sortie de la scolarité, c'est pendant toute la vie»

Georges Engel, ministre du Travail et de l'Emploi.

La Maison de l'orientation semble, en tout cas, avoir rencontré son public. En 2021, elle revendiquait 15.950 visiteurs. En 2022, à la date du 31 août, elle en annonce déjà 15.152. Le site internet Maison-orientation.public.lu connaît aussi une belle fréquentation.


Um den Schulabbruch effektiv zu bekämpfen, muss man die Ursachen im bestehenden System suchen und beheben, sagen die Arbeitnehmer- und Arbeitgeberverteter.
«Commencer les formations professionnelles plus tôt»
L'OGBL, l'UEL et la Chambre des métiers doutent que la prolongation de la scolarité obligatoire soit le meilleur moyen de lutter contre le décrochage scolaire.

Un espace ouvert aux frontaliers

Et le lieu n'accueille pas seulement les citoyens ou résidents luxembourgeois. Son ambition est bien plus large, transfrontalière. «Cela fonctionne dans les deux sens, explique Pierre Reding, 1er conseiller de gouvernement au ministère de l'Education nationale. Des informations sont par exemple disponibles pour des Luxembourgeois qui souhaiteraient suivre un apprentissage dans un des pays voisins. Dans l'autre sens, nous travaillons aussi avec le Greta de l'Académie de Nancy-Metz pour lancer une campagne d'apprentissage du luxembourgeois car l'employabilité est plus facile lorsque l'on maîtrise les formules d'usage, le vocabulaire spécifique à un métier.»

«Tout le monde est le bienvenu», conclut Pierre Reding. La Maison de l'orientation est ouverte au public, sans rendez-vous pour un premier échange, du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 13h à 17h au 29, rue Aldringen à Luxembourg. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Wat ass normal?», la campagne de sensibilisation nationale lancée en avril dernier par le ministère de la Famille et de l’Intégration, a remis le sujet du handicap sur le devant de la scène. L’occasion de donner la parole aux acteurs de terrain.
Propulsés au premier plan au plus fort de la crise sanitaire, les infirmiers du Luxembourg ont comme partout été extrêmement sollicités ces deux dernières années. Le point sur leur situation à l’heure où les restrictions sanitaires sont allégées.
Pour tenter de répondre à la pénurie, une refonte de la formation et une campagne auprès du grand public sont évoquées.
Enjeu crucial dans la crise du logement décriée depuis des années au Luxembourg, l'enseignement dans le secteur de la construction a été l’objet d’une question parlementaire à laquelle a répondu le ministre de l’Education Claude Meisch.