Changer d'édition

La lutte contre le covid-19 à l'épreuve des mutations
Luxembourg 4 min. 17.03.2021 Cet article est archivé

La lutte contre le covid-19 à l'épreuve des mutations

«Plus le virus circule dans le monde, plus le risque est grand de voir apparaître une variante plus virulente ou plus dangereuse», explique le Dr Kreis.

La lutte contre le covid-19 à l'épreuve des mutations

«Plus le virus circule dans le monde, plus le risque est grand de voir apparaître une variante plus virulente ou plus dangereuse», explique le Dr Kreis.
Photo: Université du Luxembourg
Luxembourg 4 min. 17.03.2021 Cet article est archivé

La lutte contre le covid-19 à l'épreuve des mutations

Anne-Sophie DE NANTEUIL
Anne-Sophie DE NANTEUIL
Face à la virulence de certains variants, la vaccination constituerait le meilleur remède, empêchant «très efficacement» de tomber malade, assure la virologue et chercheuse Stéphanie Kreis.

Après une envolée des contaminations au début de l'automne, le pays doit à nouveau faire face à un regain épidémique. Un phénomène que Stéphanie Kreis explique notamment par les mutations du SRAS-CoV2. Aussi, si la plupart des mutations n'ont «aucun impact sur la biologie du virus», certains changements peuvent à l'inverse le fortifier, explique la virologue et chercheuse à l'Université du Luxembourg avant d'ajouter que ces nouvelles souches sont aussi généralement «mieux adaptées à l'environnement». 

Conséquence, les variants se répliquent «plus rapidement ou deviennent plus contagieux», à l'image de la souche britannique. Moins de trois mois après avoir été repérée sur le territoire luxembourgeois, force est de constater que celle-ci se propage à vitesse grand V. Selon le dernier rapport hebdomadaire du Laboratoire national de santé (LNS), le variant anglais représenterait en effet pas moins de trois infections sur cinq.

Mais s'il est réputé plus contagieux, il serait aussi plus mortel que la souche d'origine. Selon une étude publiée mercredi dernier dans la revue médicale British Medical Journal, cette mutation britannique causerait en effet davantage de formes sévères et jusqu'à 64% de décès en plus. Si aucune explication n'est donnée justifiant cette mortalité plus élevée, d'autres études ont récemment démontré que sa contagiosité décuplée serait due à sa plus grande facilité de liaison avec les cellules de l'organisme. 

Sans surprise, les seniors apparaissent particulièrement vulnérables face au virus et ses variants. Selon les données du ministère de la Santé, ces derniers représentent ainsi 67% des décès. Pour autant, le covid-19 n'épargne aucune catégorie d'âge. A titre d'exemple, début mars, le virus est venu perturber pas moins de 294 classes à travers le pays, du cas positif au cluster.

Selon le professeur Kreis, la vaccination, dont la campagne a commencé le 27 décembre dernier au Grand-Duché, constituerait donc le meilleur remède au virus. Malgré l'apparition de quelques centaines de variants à travers le monde, «tous les vaccins actuellement disponibles empêchent très efficacement de tomber malade», assure-t-elle.

Si ces sérums diminueraient donc les risques, la virologue n'écarte néanmoins pas la possibilité d'une baisse d'efficacité face à certains variants. Mais à en croire la spécialiste, seul un nombre limité de personnes pourrait passer entre les mailles du filet. Ce qui pourrait notamment être le cas au sein de la maison de retraite «Um Lauterbann» de Niederkorn où 67 résidents ont été testés positifs en février, après une première injection à l'un des vaccins.  


Ce qu'implique la suspension du vaccin AstraZeneca
Annoncé lundi soir par le gouvernement, le retrait temporaire de l'utilisation du sérum créé par le laboratoire suédo-britannique est suspendu à la conclusion de l'agence européenne du médicament (EMA) qui doit se prononcer jeudi. Ce qui pousse le gouvernement à prévoir une possible «adaptation».

A ce jour, 60.587 doses ont été administrées au Luxembourg. Mais face à la polémique qui enfle quant à de potentiels effets secondaires, la vigilance reste de mise. Suivant l'exemple de la France, l'Allemagne ou encore l'Italie, le Grand-Duché a ainsi décidé de suspendre temporairement la vaccination avec le vaccin AstraZeneca dont l'avenir sera tranché jeudi. 


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Annoncé lundi soir par le gouvernement, le retrait temporaire de l'utilisation du sérum créé par le laboratoire suédo-britannique est suspendu à la conclusion de l'agence européenne du médicament (EMA) qui doit se prononcer jeudi. Ce qui pousse le gouvernement à prévoir une possible «adaptation».
Le Laboratoire national de Santé n'a toujours pas trouvé de traces de cette souche dans les tests covid analysés par ses soins. Par contre, le variant britannique est bien devenu majoritaire dans le pays.
(FILES) In this file photo taken on January 25, 2021 a biochemist prepares samples as she works on a XAV-19 anti covid treatment as part of a clinical trial run at the Xenothera Biotech laboratory at Nantes University hospital, western France. - The Nantes-based biotech company Xenothera, created in 2014, is conducting a clinical trial in around twenty hospitals to test the therapeutic effectiveness of a Covid-19 treatment based on polyclonal antibodies, which is intended for patients at the beginning of their hospitalisation, the company announced on February 24, 2021. (Photo by LOIC VENANCE / AFP)
Pour Jean-Claude Schmit, directeur de la Santé, la situation sanitaire actuelle est marquée par «une hausse stabilisée des infections» qui ne nécessite pas, «pour l'heure, de prendre de nouvelles mesures». Mais la possibilité ne doit pas non plus être écartée.
L'université d'Oxford a annoncé jeudi se pencher sur l'utilisation de deux doses de vaccins issues de laboratoires différents chez un même patient et tester leur efficacité pour protéger la population contre le coronavirus.
ARCHIV - 29.12.2020, Argentinien, Firmat: Eine Person zeigt ein Fläschchen mit dem Impfstoff Sputnik V. Nach Kritik an fehlenden belastbaren Studien haben russische Forscher weitere Details zu dem Corona-Impfstoff Sputnik V veröffentlicht. (zu dpa «Mehr Details zu russischem Corona-Impfstoff: Hohe Wirksamkeit») Foto: Patricio Murphy/ZUMA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++