Changer d'édition

La redoutable ombre de la mafia albanaise
Luxembourg 8 min. 04.04.2022
Crimes au Luxembourg

La redoutable ombre de la mafia albanaise

Les organisations criminelles se sont considérablement équipées au cours des dernières années.
Crimes au Luxembourg

La redoutable ombre de la mafia albanaise

Les organisations criminelles se sont considérablement équipées au cours des dernières années.
Photo: Morris Kemp/Archives
Luxembourg 8 min. 04.04.2022
Crimes au Luxembourg

La redoutable ombre de la mafia albanaise

Les organisations criminelles albanaises étendent leur influence un peu partout en Europe, une évolution qui n'épargne pas le Luxembourg.

(S.MN. avec Steve REMESCH) Pendant dix mois, les enquêteurs luxembourgeois ont placé Aldo Iamandi sur la liste des criminels les plus recherchés à la suite d'une fusillade à Remich. Pendant cette période, il passe à la clandestinité dans son pays d'origine, l'Albanie. Comme l'Albanie n'extrade pas ses ressortissants vers les pays de l'Union européenne, il pense être en sécurité. Mais à Tirana, il tire à nouveau sur des personnes lors d'une dispute pour des futilités, en blesse deux, déclenche ainsi un grand battage médiatique et disparaît à nouveau de la scène.


Un homejacker est désormais la personne la plus recherchée
Après un homejacking en décembre 2017 à Gonderange, les enquêteurs ciblés recherchent désormais publiquement un Allemand de 24 ans.

En décembre dernier, les enquêteurs le retrouvent à Bruxelles, la capitale belge, suite à une information provenant du Luxembourg. Il y a à peine deux semaines, le 17 mars, il est transféré au Luxembourg. Après un rendez-vous chez le juge d'instruction, le lendemain, il est placé en détention provisoire à Schrassig. C'est ce qu'a confirmé le service de presse de la justice au Luxemburger Wort après avoir été interrogé à ce sujet. 

Aldo de Luxembourg 

L'homme de 31 ans attend au Grand-Duché, tout comme à Tirana en Albanie, un procès pour tentative de meurtre. Il a déjà été condamné en Italie pour un trafic de drogue important et organisé. Et récemment, son nom a également été cité dans l'affaire dite de la «Pizza Connection» à Sarrebruck, qui concernait un trafic bien organisé de cocaïne. Aldo Iamandi, connu dans son pays sous le nom d'Aldo Gjini, est considéré dans le milieu des enquêteurs - et pas seulement au Luxembourg - comme un pion non négligeable dans le crime organisé. Et ses séjours répétés au Luxembourg ne devaient pas être des visites de courtoisie.

Des mois après les faits, des traces de la tentative de meurtre présumée sont toujours visibles à Remich. Aldo Iamandi avait été dérangé par le fait qu'un inconnu se soit adressé à sa compagne et avait ouvert le feu.
Des mois après les faits, des traces de la tentative de meurtre présumée sont toujours visibles à Remich. Aldo Iamandi avait été dérangé par le fait qu'un inconnu se soit adressé à sa compagne et avait ouvert le feu.
Photo: Fern Morbach/LW-Archive

En effet, le fait que la mafia albanaise soit également active dans le paisible Grand-Duché n'est plus un secret depuis longtemps. Même si leurs activités au Luxembourg sont sans commune mesure avec celles de Bruxelles ou d'Anvers, la présence de sujets actifs au niveau international montre que le Grand-Duché fait partie de leur réseau très dense. De plus, le fait que les groupes de délinquants albanais prennent de plus en plus d'importance n'est pas le fruit du hasard: la route des Balkans est tout de même considérée comme l'une des principales voies d'acheminement de la cocaïne, de l'héroïne et de la marijuana vers l'Europe occidentale. 

Les trafiquants de drogue de la rue, comme ceux de la connexion nigériane qui domine le quartier de la gare de la capitale depuis 2008, recourent volontiers, comme l'a montré l'affaire G33 (un réseau de stupéfiants tenu par des Nigérians, NDLR), à leurs propres compatriotes comme intermédiaires. Mais ils sont approvisionnés sur le marché libre - en priorité via les grands ports de conteneurs européens. Et ce commerce de gros est dominé par des structures mafieuses traditionnelles, comme celles d'Albanie ou encore la «Ndrangheta calabraise», qui a également pris pied au Luxembourg depuis des années.


Eine 18-Jährige soll unter Zwang ins Rotlichtmilieu geraten sein.
Un couple accusé d'avoir forcé une jeune fille de 18 ans à se prostituer
C'est en croyant à une vie meilleure que cette jeune femme aurait quitté son pays. A la fin, elle aurait été forcée de se prostituer.

Dernièrement, en décembre, une opération de police spectaculaire a eu lieu à Strassen suite à une demande d'entraide judiciaire allemande dans ce contexte de criminalité organisée albanaise. Les forces spéciales devaient y arrêter un personnage clé de la mafia albanaise. Mais l'homme n'a pas pu être trouvé à son domicile de la rue des Romains. En Allemagne, 20 arrestations ont eu lieu au même moment. Et une altercation extraordinairement brutale entre deux groupes à Pétange en juillet 2020 et sa suite en octobre de la même année à Nancy est également placée par les enquêteurs français dans le domaine du crime organisé albanais. 

L'un des participants, Edinjo Pulti, est actuellement recherché par le Luxembourg via la liste des criminels les plus recherchés d'Europe. Il a récemment été localisé en Albanie, non loin de la frontière monténégrine. Les autorités albanaises ne l'extradent toutefois pas, faute d'un accord en ce sens. La présence de structures criminelles albanaises sur le territoire luxembourgeois n'est en outre pas un phénomène nouveau. 

Plus de 120 dealers de drogue ont été approvisionnés par un fournisseur nigérian de Belgique à Wasserbillig, dans le bâtiment désigné par la police sous le code G33, au numéro 33 de la Grand-Rue.
Plus de 120 dealers de drogue ont été approvisionnés par un fournisseur nigérian de Belgique à Wasserbillig, dans le bâtiment désigné par la police sous le code G33, au numéro 33 de la Grand-Rue.
Photo: Chris Karaba / LW-Archiv

On n'a pas oublié le chef de la mafia albanaise Nuka Kujtim. Il avait surtout fait la une des journaux pour s'être évadé de prison pendant 15 heures en février 2007. Auparavant, il avait été condamné à deux peines de 15 ans de prison dans deux procès en tant que chef d'une organisation criminelle dans le domaine du trafic d'héroïne et de cocaïne. Après une nouvelle tentative d'évasion quelques mois plus tard, le Luxembourg était apparemment très empressé d'accepter une demande d'extradition de la Grèce en mars 2008. Kujtim y avait alors à nouveau condamné à une peine de 16 ans de prison. 

International et toujours transfrontalier 

Pour ces organisations criminelles, comme pour d'autres, il est incontestable que leur action est toujours internationale et transfrontalière. Si les frontières ne jouent aucun rôle, il ne fait guère de doute que les connaissances acquises sur leurs agissements peuvent être transposées à d'autres pays. 

Nuka Kujtium à l'ouverture de son procès en janvier 2005.
Nuka Kujtium à l'ouverture de son procès en janvier 2005.
Photo: Guy Wolff/Archives

En effet, les activités dans le domaine du crime organisé sont presque toutes suprarégionales et internationales - et le Luxembourg n'est qu'une pièce du puzzle parmi d'autres. Les récents succès de l'enquête, comme le décryptage des réseaux de communication criminels Encrochat et Sky ECC, mais aussi les rapports de situation de l'Office fédéral allemand de la police criminelle (BKA) donnent un aperçu des structures et du modus operandi. 


Recherché par le Luxembourg, il a été arrêté puis relâché
La semaine dernière, la police albanaise a arrêté Edinjo Pulti, recherché par le Luxembourg, dans une boîte de nuit en Albanie. Il a émis l'intention de se rendre.

Il s'agit de rapports réguliers qui résument les connaissances les plus récentes des autorités chargées des domaines criminels concernés. En Allemagne, on a ainsi constaté en 2020 les activités de 31 groupes de délinquants différents à dominante albanaise dans le domaine du crime organisé - avec environ 230 suspects identifiés. Il s'agit presque exclusivement de trafic de stupéfiants et en particulier d'import-export. Selon le BKA, un seul groupe s'est spécialisé dans la criminalité contre les biens et un autre dans la criminalité des passeurs, c'est-à-dire la traite des êtres humains au sens large. 

Les cartels des Balkans gagnent du terrain 

Un état des lieux du trafic de drogue souligne en outre une nette augmentation de l'importance des cartels des Balkans. Ces derniers, et parmi eux des groupes de délinquants principalement albanais, participent à la forte augmentation de l'apport de cocaïne en Allemagne, souligne le BKA. Depuis le début de la pandémie, l'importation de marijuana en provenance de plantations albanaises en plein air aurait également nettement augmenté. En Allemagne, en Belgique et en France, les autorités d'enquête suivent de très près les structures mafieuses depuis un peu plus d'un an et demi. Celles-ci s'étaient apparemment trop fiées à leurs communications cryptées par téléphone portable. Les autorités policières européennes se nourrissent désormais de leurs secrets. 


Un colis suspect découvert à la Chambre des députés
Le colis, qui ne contenait finalement rien de dangereux, était adressé au président de la Chambre. Le quartier autour du Parlement et du palais grand-ducal a été bouclé une partie de la matinée.

En juin 2020, une opération de cyberpolice avait permis de décrypter les téléphones portables cryptographiques d'Encrochat, qui comptait environ 60.000 utilisateurs, puis en janvier 2020, les forces de sécurité ont intercepté pendant des semaines les données des serveurs de la plateforme Sky-ECC. 171.000 appareils ont été identifiés et plus d'un milliard de messages texte et image ont été décryptés. Depuis, ceux-ci sont progressivement traités. Cela provoque également des tensions et de la nervosité dans le milieu. A Artselaar, près d'Anvers, le capo d'un des principaux chefs de la mafia albanaise a par exemple été exécuté en janvier de plusieurs balles dans la tête. 

Les crypto-téléphones portables, un gamechanger et un talon d'Achille

Auparavant, à Bruxelles, où Aldo Iamandi est également considéré comme une pointure dans le milieu criminel, 250 agents de la police fédérale avaient démantelé le 1er décembre un réseau de trafiquants de drogue albanais après avoir analysé les données cryptographiques des téléphones portables de Sky-ECC. 40 personnes ont été arrêtées. 64 arrestations ont eu lieu le 26 octobre lors d'un raid axé sur Bruxelles. Celui-ci visait certes des structures colombiennes, mais leurs acheteurs pour des importations directes d'Amérique du Sud étaient des Albanais. Les révélations de SKY-ECC ont permis aux autorités d'enquête de découvrir toute la structure d'achat en Belgique, de la réception dans le port d'Anvers à la vente à des dealers de rue, en passant par l'extraction à la douane, le reconditionnement, le stockage et le conditionnement. Environ 1.000 policiers ont participé à cette opération sur 120 sites. 

La justice allemande peut utiliser les données des téléphones portables cryptés du fournisseur d'accès Encrochat tant que cela sert à élucider des crimes graves. C'est ce qu'a décidé la Cour fédérale de justice le mois dernier. Celle-ci devrait permettre à d'autres enquêtes d'aboutir.
La justice allemande peut utiliser les données des téléphones portables cryptés du fournisseur d'accès Encrochat tant que cela sert à élucider des crimes graves. C'est ce qu'a décidé la Cour fédérale de justice le mois dernier. Celle-ci devrait permettre à d'autres enquêtes d'aboutir.
Photo: Robert Michael/dpa

L'un des principaux enseignements de cette opération a également été l'alliance très étroite entre les organisations mafieuses albanaises et italiennes à Bruxelles. Celle-ci n'est en fait pas nouvelle. Seulement, si les groupes albanais étaient autrefois considérés comme des hommes de main des structures mafieuses italiennes, la collaboration se fait désormais d'égal à égal. 

«La mafia du futur» 

Selon les experts, la branche albanaise est celle qui se réorganise actuellement le plus rapidement après les revers et qui étend donc rapidement sa zone d'influence dans des pays comme la Belgique, l'Allemagne, la France et certainement aussi le Luxembourg. La police fédérale belge a attribué cela au fait que les groupes albanais, grâce à leur discipline, leur fiabilité et leur professionnalisme, se connectent particulièrement rapidement à d'autres organisations criminelles. Ce n'est probablement pas le cas de leur représentant, qui a des liens étroits avec le Luxembourg. Aldo Iamandi a atteint par ses escapades à la gâchette facile exactement ce qui est le moins souhaitable dans ce milieu: l'attention.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet