Changer d'édition

La location solidaire en plein boom
Luxembourg 3 min. 09.03.2020 Cet article est archivé

La location solidaire en plein boom

Pour inciter les propriétaires à utiliser la GLS, l'État leur garantit la disponibilité du bien immobilier loué à tout moment, en cas de besoin

La location solidaire en plein boom

Pour inciter les propriétaires à utiliser la GLS, l'État leur garantit la disponibilité du bien immobilier loué à tout moment, en cas de besoin
Photo: Lex Kleren
Luxembourg 3 min. 09.03.2020 Cet article est archivé

La location solidaire en plein boom

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Début 2020, près d'un millier de logements, vides à la base, étaient occupés par des ménages à faible revenu. Ce, grâce au système de la gestion locative sociale (GLS), fruit de la collaboration entre le ministère du Logement et ses 29 partenaires conventionnés.

Dans un contexte de pénurie d'habitations et de flambée des prix de l'immobilier, le ministère du Logement a décidé de jouer sur deux critères: d'une part la construction de nouveaux logements, et d'autre part l'exploitation sociale des logements inhabités. Mis en place en 2009, le concept de gestion locative sociale apparaît en effet comme une alternative de plus en plus crédible.

En effet, selon les données du ministère du Logement, le parc immobilier de la GLS se chiffre à 960 logements au premier trimestre 2020, soit près de trois fois plus que son niveau de 2016. Ce lundi, Henri Kox (Déi Gréng), ministre du Logement et 25 des 29 partenaires conventionnés, tous acteurs à vocation sociale, ont signé la nouvelle convention de collaboration 2020 dans le cadre de la GLS.

Un succès que le ministre Déi Gréng explique par les «avantages» de cette location solidaire, tant pour les propriétaires que pour les locataires. Ainsi, les biens sont loués à un prix «entre 30 et 40% en dessous des loyers du marché», et le locataire bénéficie en outre d'un «accompagnement social» par une équipe de professionnels du domaine social.

Pour le propriétaire, le loyer est garanti par la signature du bail avec un partenaire conventionné, et surtout, il lui est loisible de «récupérer son bien rapidement en cas de besoin». En outre, le manque à gagner du loyer bas est compensé par «une exonération fiscale de 50% sur les revenus locatifs nets». Henri Kox ajoute que ce pourcentage «sera revu à la hausse dans le cadre de la nouvelle réforme fiscale». Une annonce faite par le nouveau locataire du ministère du Logement sans livrer aucun détail, ni sur le périmètre concerné, ni sur la date d'application. De quoi «inciter les propriétaires de biens vides à les mettre à la location», conclut Henri Kox.

En octobre 2019, près de 15.000 logements vides étaient recensés au Grand-Duché
En octobre 2019, près de 15.000 logements vides étaient recensés au Grand-Duché
Photo: Jeroen van der Hoef

Autre mesure incitative envisagée par le ministre du Logement, la réévaluation du forfait de 100 euros par mois et par logement alloué à l'organisme conventionné signataire du bail, en charge de la gestion de l'habitation, comme les menus travaux d'entretien à effectuer. «Cette somme sera adaptée l'année prochaine suite aux négociations budgétaires», confirme Henri Kox.

L'objectif de la GLS reste d'assurer l’insertion sociale des bénéficiaires et leur sortie du système d'aide au logement. Les données du ministère du Logement indiquaient en 2019 que «59% des locataires» ont pu sortir du système «avant trois ans». Et, dans «10% des cas», ils sont même devenus propriétaires.


Sur le même sujet

Les résidents toujours préoccupés par le logement
Le dernier sondage de l'opinion publique de l'Union européenne, réalisé en novembre 2019, reflète un certain optimisme des résidents luxembourgeois envers les institutions. Mais comme les années précédentes, le problème de l'habitat arrive largement en tête de leurs préoccupations.
Lokales, Illustration, Immo, Immobilien, Wunnengsbau, Wohnungen, soziale Wohnungen, nachhaltig bauen, Mietwohnungen, Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
La traque aux logements vides va s'intensifier
La taxe communale sur les logements inoccupés vit ses derniers mois. La prochaine réforme de l'impôt foncier dotera le pays de nouveaux moyens pour inciter les propriétaires à mettre leurs appartements inoccupés à disposition de locataires.
Le Pacte logement en pleine construction
Le ministre du Logement a exposé sa vision sur l'avenir à donner au développement de logements abordables au Luxembourg. Mais la majorité peine à trouver un accord sur les moyens de lutter contre la spéculation immobilière.
Illustration, cloche d'Or, Deloitte, Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Les logements vides détestent les taxes
En fixant un impôt spécifique aux propriétaires d'appartements vacants ou de terrains constructibles non bâtis, les communes ont la possibilité d'inciter la remise de biens sur le marché immobilier. Elles ne sont pourtant que huit actuellement à avoir saisi cette opportunité.
Près de 15.000 logements seraient vides de tout occupant au Luxembourg alors que la pression pour louer ou acheter est forte
Plus de logements en gestion sociale locative
Le dispositif monte en puissance mais se pose encore la problématique du délai de trois ans accordé aux bénéficiaires de cette mesure sociale. Ce bail étant souvent prolongé en attendant que les ménages puissent se reloger par eux-mêmes.
De 2016 à 2018, le nombre de logements en gestion locative sociale est passé de 360 à 714.