Changer d'édition

La ligne RGTR 512 Gilsdorf-Warken devient électrique
Luxembourg 02.10.2018 Cet article est archivé

La ligne RGTR 512 Gilsdorf-Warken devient électrique

La ligne RGTR 512 Gilsdorf-Warken devient électrique

Christophe Olinger
Luxembourg 02.10.2018 Cet article est archivé

La ligne RGTR 512 Gilsdorf-Warken devient électrique

Dès novembre, la ligne de bus RGTR 512 Gilsdorf-Warken sera desservie exclusivement par des autobus 100% électriques. Pour cela, la société Voyages Koob SA, exploitant de cette ligne, a commandé 4 véhicules du type VDL CITEA.

Elle sera prolongée vers Bettendorf et Moestroff en décembre 2018. Pour Claude Turmes, ce projet marque une nouvelle étape dans la décarbonisation des transports publics, conformément aux conclusions tirées de l’étude Rifkin: «L’initiative électrique sur la ligne 512 s’inscrit entièrement dans la politique du gouvernement qui préconise qu’en 2030, tous les bus RGTR au Luxembourg seront entièrement 'zéro émission', au vu de l’avancement des technologies. Je suis fier que le Luxembourg est un précurseur au niveau européen dans les bus électriques et la décarbonisation du transport», a-t-il souligné.

En 2019, la flotte de bus RGTR disposera de plus de 70 bus à 100% électriques, desservant la Ville de Luxembourg et sa périphérie, la région du sud, la vallée de l’Alzette et la Nordstad.Le choix de l’électrification est tombé sur la ligne 512 parce qu’elle améliore considérablement la qualité de vie (air, bruit) dans la Nordstad. L’électrification des lignes d’autobus sera encore poussée dans le cadre de la réorganisation du réseau RGTR, qui sera mise en place à partir de mi 2019.

Cette réorganisation sera basée sur un concept de lignes d’autobus express qui seront alimentées par des correspondances avec des services d’apport et navettes. Le poste de commande «Leetstell» garantira la bonne exécution des correspondances.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Luxembourg-ville veut renouveler sa flotte et acquérir 28 bus électriques pour 16 millions d'euros. Si le collège échevinal espère «en recevoir quelques-uns cette année», cette annonce politique se heurte à la réalité de la production à l'échelle européenne.
Depuis six mois, trois bus électriques circulent à Luxembourg et à partir de juillet, huit autres bus entreront en service. Ce n'est qu'un début. Car «à l'avenir, la Ville «vise une flotte 100 % électrique», assure Patrick Goldschmidt.