Changer d'édition

La ligne Bruxelles-Luxembourg peine à accélérer
Luxembourg 1 3 min. 03.06.2021

La ligne Bruxelles-Luxembourg peine à accélérer

Les deux ministres des Transports écologistes, Georges Gilkinet et François Bausch, aspirent au soutien de l'Union européenne pour conforter la liaison ferrée entre les deux capitales belge et luxembourgeoise.

La ligne Bruxelles-Luxembourg peine à accélérer

Les deux ministres des Transports écologistes, Georges Gilkinet et François Bausch, aspirent au soutien de l'Union européenne pour conforter la liaison ferrée entre les deux capitales belge et luxembourgeoise.
Photo : Chris Karaba
Luxembourg 1 3 min. 03.06.2021

La ligne Bruxelles-Luxembourg peine à accélérer

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Ce n'est plus une liaison ferroviaire, c'est un serpent de mer. Des années que le trafic des trains tourne au ralenti sur ces 226 km. Jeudi, les ministres des Transports belge et luxembourgeois ont réaffirmé leur attente d'aides européennes. Mais quand arriveront-elles?

Un jour viendra où chacun pourra relier, en train, Bruxelles à Luxembourg en 2h37. Mais certainement pas pour l'horizon 2023, comme l'avaient avancé les deux Premiers ministres Charles Michel et Xavier Bettel. D'ailleurs ce jeudi, à l'occasion d'une conférence de presse commune, les deux ministres de la Mobilité belge et luxembourgeois se sont bien gardés d'avancer un quelconque agenda précis... Les 3h38 actuelles de voyage ont donc encore quelques beaux jours devant elles.


Woman standing alone on city street and checking her smartphone at night. Driving tram in background.
Les trains de nuit restent sur la voie de garage
Cinq ans maintenant que le Luxembourg ne bénéficie plus de liaisons internationales de nuit. Et à en croire le ministre de la Mobilité, la situation ne devrait pas s'améliorer de sitôt.

Ce n'est pourtant pas faute, côté belge, d'avoir entamé des travaux conséquents. Mais le ministre Georges Gilkinet l'avoue : compte tenu de ses finances, impossible de faire avancer le chantier à la vitesse du TGV. Il faudra se contenter de l'allure de l'escargot avant de voir aboutir la «modernisation » (entamée depuis 2007!) des 226 km de l'axe 3 du réseau ferré du royaume. «Trop souvent le rail a été la variable d'ajustement budgétaire par le passé», soupire ainsi l'écologiste qui pousse pourtant les navetteurs belges à abandonner la voiture au profit des wagons des lignes 161 et 162.

Côté luxembourgeois aussi, il tarde que la liaison entre les deux capitales (et donc celle avec les provinces voisines) retrouvent une vitesse commerciale et des flux qui puissent favoriser la mobilité transfrontalière.«De ce côté-ci, les investissements ont été faits.», murmure François Bausch (Déi Gréng). Et il n'est pas dans l'intention du Grand-Duché de mettre la main à la poche pour aider la Belgique à financer la pose de caténaires ou avancer une partie des sommes nécessaires pour rectifier la plupart des 130 courbes jalonnant le parcours ou changer rails et ballast, voire consolider certaines parois rocheuses (entre Ciney et Libramont). 

Si le Luxembourg ouvrira son portefeuille, ce sera à la station suivante. Une fois la liaison optimisée en... «je ne préfère plus avancer de date». Alors et alors seulement, le ministère de la Mobilité pourrait convaincre les CFL d'aider à l'exploitation de la ligne. Notamment en mettant en circulation des rames permettant au moins de rejoindre les gares situées juste de l'autre côté de la frontière. Pour ce qui est des aides, c'est à la porte de l'Europe que Georges Gilkinet et François Bausch veulent toquer.

Enfin, pas seulement toquer. Mais se faire entendre surtout. «Parce que n'avoir obtenu que 70 millions d'aides européennes sur ce chantier, c'est trop peu», soupire-t-on côté Luxembourg. Même reproche côté belge où les euros manquent pour réaliser une infrastructure digne d'une liaison entre deux capitales de l'Union. Il y a bientôt un conseil des ministres des Transports européens et la conférence de presse de ce jeudi n'avait pour autre but, finalement, que de donner un nouveau coup de klaxon : «Il faut qu'un budget substantiel soit apporté... sans cela», laisse planer Gilkinet.

Sans cela les lignes 161-2 tiendront toujours du tortillard, malgré les attentes des frontaliers belges qui se rendent au Grand-Duché chaque jour (48.000). Et l'on se souviendra avec nostalgie du bon vieux train Jean-Monet qui, de 2009 à 2011, assurait autrement mieux la liaison entre les deux capitales voisines et amies. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les piétons disposeront, d'ici peu, d'une nouvelle passerelle pour se rendre vers la gare mais avant 2024 certainement les automobilistes qui viendront prendre le train auront 630 nouvelles places de stationnement à disposition.
Pour les CFL, le weekend de Pentecôte n'a pas manqué d'activité. Afin d'assurer le franchissement de l'autoroute au sud de la capitale par la future ligne Bettembourg-Luxembourg, trois jours (et nuits) ont été nécessaires pour poser 248 tonnes de poutres.
Transports résidents et frontaliers
Le deuxième rendez-vous des Râleurs du TER a eu lieu au ministère du Développement durable et des Infrastructures, à l'invitation de François Bausch. Le ministre a souhaité présenter rapidement à la vingtaine de frontaliers les efforts effectués par le Luxembourg en matière de politique des transports.
Le Luxembourg a de nombreux projets en matière de mobilité afin de désengorger le trafic et ainsi préserver l'environnement et la santé des habitants.