Changer d'édition

La langue luxembourgeoise serait-elle menacée?
Luxembourg 3 min. 01.10.2013

La langue luxembourgeoise serait-elle menacée?

La langue luxembourgeoise serait-elle menacée?

Photo: archives saint-paul
Luxembourg 3 min. 01.10.2013

La langue luxembourgeoise serait-elle menacée?

La langue luxembourgeoise serait-elle menacée? Alors que le nombre de locuteurs de langue maternelle luxembourgeoise est en baisse, celui des apprenants est en hausse. wort.lu/fr a mené l'enquête et dresse le portrait d'une langue aux multiples facettes.

D'après l'Atlas des langues en danger de l'UNESCO, la langue luxembourgeoise serait vulnérable voire menacée au même titre que peuvent l'être des dialectes comme le suisse alémanique ou le francique rhénan en Allemagne. En effet, à l'heure actuelle, seul 1/3 des enfants qui intègrent l'école maternelle sont de langue maternelle luxembourgeoise.

Pourtant, la langue luxembourgeoise semble ne s'être jamais aussi bien portée. La preuve, en cette période de campagne électorale, les slogans des différents partis politiques sont tous écrits en luxembourgeois ce qui n'a pas toujours été le cas comme l'explique Marc Barthelemy, président du conseil permanent de la langue luxembourgeoise: "Rendez-vous compte, il y a cinquante ans on ne parlait guère le luxembourgesois à la Chambre des députés! On y parlait uniquement le français! La présence écrite et, dans un cadre officiel, orale de la langue luxembourgeoise est très récente."

Un constat qui va à l'encontre de ce qu'annonce l'UNESCO mais qui semble validé par l'existence même du Conseil permanent de la langue luxembourgeoise: "Le Conseil a plusieurs missions mais en premier lieu, il avise les questions liées à la langue luxembourgeoise en étudiant ses différents aspects, par exemple en complétant le dictionnaire publié en ligne qui sera bientôt disponible dans sa totalité", poursuit son président.

lod.lu est déjà en ligne même s'il n'est pas encore terminé. Actuellement, le dictionnaire propose des traductions du luxembourgeois vers le portugais, l'allemand, le français et l'anglais jusqu'à la lettre R et devrait être terminé pour septembre 2014.

Alors qu'en France des groupes de travail réfléchissent aux mots à ajouter ou à retirer de la langue française, au Luxembourg on échafaude un dictionnaire de traduction de la langue luxembourgeoise qui mette tout le monde d'accord car les locuteurs luxembourgeois ne sont pas toujours qui l'on croit...

"500.000 personnes utilisent le luxembourgeois chaque jour"

"Le nombre de personnes qui utilisent le luxembourgeois est en hausse et on estime à peu près à 500.000 le nombre de personnes qui parlent luxembourgeois chaque jour. 500.000, c'est le nombre de personnes que compte le pays! Mais si on comptabilise les résidents qui ne le parlent pas et les frontaliers qui l'utilisent quotidiennement, ça se tient!", s'exclame Marc Barthelemy.

Du côté des cours de langues, le son de cloche est identique: les frontaliers sont de plus en plus demandeurs d'apprendre la langue luxembourgeoise.

"80% de nos cours de luxembourgeois donnés en entreprise sont des cours destinés à des frontaliers", explique le directeur de cette société basée au Luxembourg depuis plus de 20 ans, Jean-Pierre Piersanti, "et nous remarquons que le luxembourgeois est demandé davantage pour une intégration professionnelle qu'une intégration sociale. Les personnes prenant des cours de langues pour s'intégrer socialement au Luxembourg demandent surtout des cours de français et d'allemand, le luxembourgeois n'arrive qu'en troisième position".

Et les Luxembourgeois dans tout ça?

Oui, les Luxembourgeois prennent également des cours de langues même s'ils pratiquent déjà pas mal... D'après Inlingua, leur choix se porterait vers des langues comme l'italien ou l'espagnol, des langues destinées aux loisirs comme l'explique Pol, un quadra luxembourgeois:

"Je parle déjà le luxembourgeois, le français, l'allemand et l'anglais! Pour moi, apprendre l'italien, c'était mettre une corde de plus à mon arc et surtout apprendre une langue étrangère non plus pour communiquer avec les gens qui vivent ou travaillent dans mon pays mais avec les gens de ma destination de vacances préférée!"

Ainsi, si le luxembourgeois est en perte de vitesse en tant que langue maternelle, il n'en est pas moins largement pratiqué dans la capitale par tous les locuteurs étrangers soucieux de s'intégrer professionnellement. Gageons que la langue luxembourgeoise a encore de belles années devant elle et même si elle reste une "langue écrite en devenir", comme le dit Marc Barthelemy, elle n'en est pas moins une langue orale bien installée dans le paysage linguistique du pays.

Virginie Orlandi


Sur le même sujet