Changer d'édition

La jeunesse pousse les dirigeants mondiaux à agir
Luxembourg 1 4 min. 23.09.2019 Cet article est archivé

La jeunesse pousse les dirigeants mondiaux à agir

La jeunesse pousse les dirigeants mondiaux à agir

Photo: Lex Kleren
Luxembourg 1 4 min. 23.09.2019 Cet article est archivé

La jeunesse pousse les dirigeants mondiaux à agir

Maurice FICK
Maurice FICK
Une soixantaine de chefs d'Etat et de gouvernement, dont le Premier ministre Xavier Bettel, participent ce lundi au sommet sur «l'urgence climatique» de l'ONU. Avant la grande manifestation de vendredi, Youth for Climate Luxembourg crie la nécessité de s'activer.

«Nous avons pris un bel élan pour le 4e acte vendredi (27 septembre) qui sera organisé sous la bannière commune "united for Climate justice"», avait conclu vendredi passé Thaïs Lasar, coorganisatrice de la manifestation pour la justice climatique qui a rassemblé près de 1.200 jeunes décidés dans les rues de Luxembourg. Une jeunesse qui n'«accepte pas l'inaction politique» et qui est décidée à faire grimper la pression sur les décideurs.


Klima Demo, Schüler demonstrieren für eine bessere Klimapolitik,  Place de l'Europe, Foto: Guy Wolff/Luxemburg
«La jeunesse n'accepte pas l'inaction politique»
Alors que les étudiants luxembourgeois se lancent ce vendredi dans une troisième grève pour le climat, de multiples événements auront lieu tout au long de la semaine du 22 septembre. Avec une manifestation monstre prévue vendredi prochain. Explications.

En pointe de cortège, sa collègue et porte-parole de Youth for Climate Luxembourg, Selma Vincent, s'adressait directement au gouvernement Bettel et aux dirigeants de l'ONU «pour leur dire que nous voulons la justice climatique, qu'elle est totalement ignorée et que nous voulons que nous et nos gouvernements formions une coalition et déclarions la justice climatique comme une vraie urgence et une vraie priorité!»

 «Nous nous attendons vraiment à ce que le camp politique se rende enfin compte de la catastrophe absolue qui nous attend s'il n'agit pas», enfonce le clou la même Selma Vincent, ce lundi matin dans les colonnes du Quotidien. Elle est catégorique et estime que «2050 est bien trop tard pour toutes les limites qu'on se fixe. On entre dans la décennie la plus décisive de l'histoire de l'humanité, qui va assurer notre survie ou pas».


Une semaine climatique bien engagée
Ils étaient plusieurs centaines dans les rues de la capitale ce vendredi, à l'occasion de la troisième grève pour le climat. Les jeunes du collectif «Youth for Climate» étaient plus que jamais mobilisés pour faire entendre leurs voix.

Comment le message est-il passé auprès de Xavier Bettel ? Comment le Premier ministre luxembourgeois -qui sera à New-York toute cette semaine- le fera-t-il passer à la tribune de la 74e assemblée générale des Nations unies ? 

Réduire plus drastiquement les émissions de CO2

Invité par le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, Xavier Bettel interviendra notamment au Sommet Action Climat 2019, qui aura comme but de concrétiser et accélérer les actions visant à mettre en œuvre le chancelant accord de Paris sur le changement climatique. Xavier Bettel aura également des entrevues bilatérales avec plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement.

Trois jours après que des millions de jeunes ont manifesté sur cinq continents pour le climat, et quatre jours avant une nouvelle grève mondiale de l'école, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, espère que des dizaines de leaders annonceront une révision à la hausse de leurs plans de réduction des émissions de gaz à effet de serre.  

Symbole de la jeunesse révoltée, la Suédoise Greta Thunberg, 16 ans, a été invitée à prononcer devant les dirigeants un discours qu'on attend sans détours.

  Neutres en carbone d'ici 2050 ?

 A la tribune, les Etats-Unis seront les grands absents; Donald Trump sera dans les murs mais s'exprimera à un événement sur la liberté de religion. Le Brésil et l'Australie, dont le Premier ministre conservateur était à la Maison Blanche la semaine dernière, non plus, faute de choses à annoncer. Mais la Chine, qui dévore du charbon et émet deux fois plus de gaz à effet de serre que les Etats-Unis, s'exprimera par la voix de son chef de la diplomatie, Wang Yi. Chaque dirigeant aura trois minutes. 


Une manifestation monstre de la coalition «United for Climate Justice» est annoncée pour vendredi dans les rues de la capitale
De la finance à l'urgence climatique, au fil de la semaine
De la grande conférence annuelle de l'ALFI sur les fonds d'investissement mardi à la manifestation pour le climat vendredi, et ponctuée par la «Nuit du Football» de la FLF, la semaine s'annonce éclectique au Luxembourg.

L'Indien Narendra Modi, dont le pays est comme la Chine fidèle au charbon mais qui installe des quantités industrielles de panneaux solaires, commencera la journée avec Angela Merkel et les dirigeantes de Nouvelle-Zélande et des îles Marshall, dans le Pacifique. Un nombre important d'Etats devraient annoncer leur intention d'être neutres en carbone d'ici 2050, selon Antonio Guterres, c'est-à-dire qu'ils réduiront grandement leurs émissions et compenseront le reliquat, par exemple en replantant des arbres, qui absorbent le carbone de l'air. 

Semaine diplomatique

Ce but de «neutralité carbone», considéré si radical en 2015 qu'il avait été exclu du texte de l'accord de Paris, est devenu un point de ralliement pour de plus en plus d'Etats (Royaume-Uni, France, Union européenne...) et de multinationales, rendu plus pressant par les canicules de l'été dernier, les cyclones et les images de glaciers fondant presque à vue d’œil.

Les cinq années passées devraient constituer la période la plus chaude jamais enregistrée, selon un rapport publié dimanche par l'ONU. La Terre est en moyenne plus chaude d'1°C qu'au XIXe siècle, et le rythme va s'accélérer. Mais les promesses de lundi n'auront pas de valeur légale. Le sommet n'est qu'un «tremplin» vers la réunion COP26 de Glasgow fin 2020, quand les pays sont censés soumettre à l'ONU des engagements révisés à la hausse de la lutte contre le changement climatique. 


Sur le même sujet

Pas d'avancées concrètes pour le climat à l'ONU
La Suédoise Greta Thunberg, symbole international de la conscience climatique de la jeunesse, s'est heurtée lundi aux réalités de la diplomatie mondiale, son discours brut à la tribune de l'ONU n'ayant pas suscité l'impulsion recherchée chez les dirigeants réunis.
NEW YORK, NY - SEPTEMBER 23: U.S. President Donald Trump (C) speaks at a meeting meeting on religious freedom at United Nations (U.N.) headquarters on September 23, 2019 in New York City. While hundreds of world leaders gather for the climate summit during the U.N. General Assembly, President Trump chose to skip the event in favor of his own meeting on religious freedom and persecution.   Drew Angerer/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==