Changer d'édition

La Halle des Soufflantes de Belval recalée d'Esch 2022
Luxembourg 3 2 min. 07.05.2019 Cet article est archivé

La Halle des Soufflantes de Belval recalée d'Esch 2022

La Halle des Soufflantes de Belval recalée d'Esch 2022

Photo: Guy Jallay
Luxembourg 3 2 min. 07.05.2019 Cet article est archivé

La Halle des Soufflantes de Belval recalée d'Esch 2022

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
En raison des «importants travaux» nécessaires à sa réhabilitation, le ministère de la Culture indique mardi que le bâtiment emblématique ne «pourra être remis en état d'ici 2022» pour accueillir des événements liés à la tenue de la capitale culturelle européenne.

Véritable arlésienne depuis 2007 et la fin de la dernière année culturelle européenne organisée au Luxembourg, le sort de la Halle des soufflantes de Belval semble enfin avoir été tranché. Ou du moins, son avenir immédiat. Dans une réponse parlementaire publiée mardi, Sam Tanson (Déi Gréng), ministre de la Culture, indique que «les Soufflantes ne sauraient être remises en état d'ici 2022», date de la prochaine année culturelle européenne qui se déroulera au Grand-Duché.

Basée sur une «analyse approfondie» menée par le ministère des Travaux publics, la décision a tenu compte de «l'état de la couverture de béton du bâtiment, de la présence d'amiante, de l'état de l'enveloppe thermique et des dégradations par ailleurs constatées». Un constat qui pousse la nouvelle locataire de l'Hôtel des Terres Rouges à annoncer officiellement «l'abandon de la Halle des Soufflantes comme lieu d'implantation pour le projet Esch 2022».

Si l'avenir proche du bâtiment apparaît comme réglé, une reconversion ultérieure ne semble toujours pas exclue. Soulignant que «le gouvernement a l'intention de valoriser le patrimoine industriel et identifie dans ce cadre notamment la Halle des Soufflantes comme 'bâtiment phare de l'histoire industrielle'», Sam Tanson assure que la revalorisation du site figure «parmi les préoccupations du ministère». Sans toutefois avancer de piste d'affectation future.

Pour rappel, cette question ressurgit régulièrement depuis des décennies. Alex Bodry (LSAP), ministre de la Jeunesse entre 1998 et 1999, souhaitait y installer «une salle de musique pour jeunes», avant que le Fonds Belval n'y projette le  Centre national de la culture industrielle ou que les différents ministres de la Culture y voient tour à tour un espace de stockage pour les collections de différents musées ou un lieu de valorisation de la culture industrielle. 

Pour Esch 2022, Sam Tanson assure que les organisateurs de la capitale européenne de la Culture et le Fonds Belval «analysent actuellement les autres sites à Belval» susceptibles d'accueillir le grand public. Mais vu «qu'aucune décision n'ayant été prise» à ce jour, elle se refuse d'évoquer aussi bien un site précis que de confirmer que «celui-ci sera trouvé d'ici le 5 juin 2019, date du prochain monitoring de la Commission européenne» sur l'état d'avancement de l'organisation de l'événement.