Changer d'édition

La guerre en Ukraine pèse sur le moral des Luxembourgeois
Luxembourg 6 min. 16.03.2022 Cet article est archivé
Sondage

La guerre en Ukraine pèse sur le moral des Luxembourgeois

La population est préoccupée par la guerre en Ukraine et se montre solidaire des réfugiés ukrainiens.
Sondage

La guerre en Ukraine pèse sur le moral des Luxembourgeois

La population est préoccupée par la guerre en Ukraine et se montre solidaire des réfugiés ukrainiens.
Photo: Alain Piron
Luxembourg 6 min. 16.03.2022 Cet article est archivé
Sondage

La guerre en Ukraine pèse sur le moral des Luxembourgeois

Mélodie MOUZON
Mélodie MOUZON
82% des personnes interrogées dans le cadre du sondage réalisé par TNS Ilres pour le compte du Luxemburger Wort et de RTL se disent affectées par la situation en Ukraine.

Le conflit en Ukraine affecte de nombreux résidents luxembourgeois. C'est notamment ce qui ressort de l'enquête d'opinion réalisée par TNS Ilres pour le compte du Luxemburger Wort et de RTL, menée auprès d'un échantillon représentatif de 503 personnes résidant au Luxembourg.


A woman (R) holds the hand of her daughter about to board a bus in the direction of her grandmother's in Portugal, while she will go back to Ukraine helping in humanitarian aid, in Przemysl, southeastern Poland, on March 16, 2022. - More than three million people have fled Ukraine since the start of the invasion, the UN migration agency IOM says. Around half are minors, says the UN children's agency. The UN refugee agency, UNHCR, says 1.8 million people have fled to Poland. (Photo by Louisa GOULIAMAKI / AFP)
50 tonnes de matériel et 2,8 millions d'euros en route vers l'Ukraine
Le Premier ministre a fait le point vis-à-vis de l'aide humanitaire luxembourgeoise déployée en Ukraine.

Le sondage révèle que 82% des répondants se sentent affectés par les événements qui se déroulent en Ukraine. 31% disent même que la situation leur pèse très fortement. Les citoyens les plus âgés se montrent plus inquiets que les plus jeunes. Dans le groupe d'âge des plus de 65 ans, 39% soulignent qu'ils considèrent ce fardeau comme très lourd. Au total, seules 4 % des 503 personnes interrogées déclarent que la situation ne les affecte pas du tout.

La guerre en Ukraine fait les gros titres des journaux depuis presque un mois maintenant. Pour autant, les résidents luxembourgeois s'estiment-ils suffisamment informés sur le conflit? Oui, pour 85% des répondants. 26% se disent très bien informés sur la guerre qui se déroule en Ukraine et 59% estiment être plutôt bien informés. Là encore, des différences se marquent selon les tranches d'âge. 93% des personnes âgées de 55 à 64 ans se disent bien informées, contre 73 % des 25-34 ans.

Une grosse majorité des résidents interrogés (86%) estiment que l'argumentaire russe pour justifier l'opération militaire n'est pas justifié. Pour 65%, l'intervention russe n'est même «pas du tout justifiée». La Russie ne souhaite pas que l'OTAN s'étende vers l'est. C'est l'un des arguments que le pays utilise depuis le début du conflit pour justifier le déploiement militaire en Ukraine.

Il est frappant à ce niveau de constater que parmi les personnes qui se sentent bien informées, les doutes concernant la justification russe sont plus élevés que parmi les personnes interrogées qui déclarent ne pas disposer de suffisamment d'informations. Dans le premier groupe, 89% considèrent que la justification russe de la guerre est fausse, alors que dans le second, ils ne sont que 67%. En outre, les Luxembourgeois se montrent un peu plus sceptiques que les étrangers sur la question.

La crainte d'une crise européenne

Outre un impact émotionnel, la guerre en Ukraine suscite également de l'inquiétude chez les résidents luxembourgeois. L'évolution du conflit fait craindre que certains des pires scénarios se produisent à court terme. 

Interrogés à ce sujet, 89% des répondants sont inquiets que la guerre déclenche une crise économique et financière européenne. 58% disent craindre l'intervention militaire d'un pays de l'OTAN en Ukraine. Ils sont 65% à craindre que la Russie attaque un pays de l'OTAN. Et 68% à se montrer particulièrement inquiets que le conflit ne dégénère en une troisième guerre mondiale. 41% des personnes interrogées craignent par ailleurs que ces quatre scénarios se produisent à court terme.

Depuis le début du conflit, une grande solidarité s'est manifestée au sein de la population luxembourgeoise. Les autorités ont entre autres débloqué des aides financières pour aider l'Ukraine et ont envoyé du matériel létal et non létal pour soutenir l'armée ukrainienne. Les participants au sondage ont été interrogés sur la forme que devrait prendre l'aide luxembourgeoise à l'Ukraine.

L'unanimité ou presque sur l'aide humanitaire

Quasiment tous les répondants (98%) sont d'accord que le Grand-Duché aide l'Ukraine en livrant des biens de première nécessité et de l'aide humanitaire. 93% approuvent aussi l'accueil des réfugiés au Luxembourg. Avec 58 %, le soutien à la livraison d'armes est nettement plus faible. Ils sont seulement un peu plus d'un tiers (37%) à marquer leur accord sur le fait que le Grand-Duché participe à une opération militaire. 57% y sont opposés.

Les répondants au sondage estiment également que le conflit va continuer à faire augmenter les prix de l'énergie et des aliments dans les semaines à venir. Par contre, ils n'envisagent pas une pénurie alimentaire suite à la guerre. Pour 79% de résidents interrogés, le conflit aura un impact important sur l'économie européenne. 49% estiment par ailleurs que l'économie luxembourgeoise sera affectée par cette guerre.

La question des sanctions imposées à la Russie fait régulièrement débat. Près de la moitié des résidents interrogés estiment que celles-ci sont justes et adéquates, contre 32% qui pensent que les sanctions ne sont pas assez strictes.

Si les autorités européennes sont parfois critiquées quant à leur gestion de la crise entre la Russie et l'Ukraine, une majorité de personnes ayant répondu au sondage (69%) estiment de leur côté que l'Union européenne fait plutôt du bon travail en la matière. Idem pour le gouvernement luxembourgeois. 63% des répondants estiment qu'il fait du bon ou du très bon travail. 18 % sont par contre convaincus du contraire.

Le Luxembourg doit rester dans l'OTAN

Interrogés sur les réactions possibles à la suite du conflit, 86% des sondés affirment que le Luxembourg devrait rester membre de l'OTAN, 67% souhaiteraient que les comptes des entreprises qui collaborent étroitement avec la Russie soient temporairement gelés. 63% pensent que les Luxembourgeois qui siègent au conseil d'administration d'une entreprise russe devraient démissionner de leur mandat. Par ailleurs, 60% souhaitent voir les troupes de l'OTAN se renforcer à la frontière ukrainienne et 57% sont favorables à la création d'une armée européenne.


(de g. à dr. ) Roberta Metsola, présidente du Parlement européen ; Xavier Bettel, Premier ministre, ministre d’État
«L'Europe doit se montrer plus unie que jamais»
Roberta Metsola a été reçue par le Grand-Duc ce mardi matin. Elle a participé également à une réunion de travail avec le Premier ministre et s'est adressé aux députés à la Chambre, en soulignant l'importance de la solidarité européenne contre à la guerre en Ukraine.

En revanche, aucune majorité ne se dessine en faveur de l'adhésion de l'Ukraine à l'UE (46 %). Respectivement 45% et 43% des personnes interrogées affirment que la Russie devrait être exclue pour une longue période des compétitions sportives et des manifestations culturelles. 37% souhaitent que le Luxembourg rompe ses relations diplomatiques avec la Russie, tandis que 36% seulement pensent que l'Ukraine devrait être admise au sein de l'OTAN. Et seuls 16% sont favorables à une intervention militaire de l'OTAN en Ukraine.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Premier ministre luxembourgeois a appelé à mettre un terme à la «tragédie humaine» en Ukraine et à «instaurer un cessez-le-feu», tout en insistant sur l’importance «d’une solution négociée à ce conflit».
Luxembourg's Prime Minister Xavier Bettel talks to journalists on the second day of a European Union (EU) summit at The European Council Building in Brussels on June 25, 2021. - . (Photo by Olivier Matthys / POOL / AFP)
Les ministres des Finances de l'UE se réunissent ce lundi à Bruxelles pour évaluer l'impact de la guerre en Ukraine sur l'économie européenne. Yuriko Backes plaide pour plus d'investissements dans les énergies renouvelables.
02.02.2022 Yuriko Backes , Finanzminister , Finanzministerin , Portät , interview  Foto : Marc Wilwert / Luxemburger Wort