Changer d'édition

La gestion de crise n'écorne pas l'image du gouvernement
Luxembourg 5 min. 16.11.2021
Politmolitor 2021

La gestion de crise n'écorne pas l'image du gouvernement

La santé a tenu, l'économie n'a pas (trop) flanché, l'emploi a été préservé : les électeurs en sont visiblement reconnaissants au chef du gouvernement et son équipe.
Politmolitor 2021

La gestion de crise n'écorne pas l'image du gouvernement

La santé a tenu, l'économie n'a pas (trop) flanché, l'emploi a été préservé : les électeurs en sont visiblement reconnaissants au chef du gouvernement et son équipe.
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 5 min. 16.11.2021
Politmolitor 2021

La gestion de crise n'écorne pas l'image du gouvernement

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Dix-huit mois que le covid s'est invité dans la vie de chacun et dans les axes de la politique nationale. Mais le dernier sondage Politmolitor, réalisé pour RTL et le Luxemburger Wort, crédite Xavier Bettel et ses ministres d'avoir su mener le pays de façon satisfaisante.

Covid, covid, covid... A la vérité, ce n'est pas forcément ce qui ressort en tête des préoccupations des Luxembourgeois aujourd'hui. Ainsi, sur les 1.016 électeurs de plus de 18 ans interrogés pour le second volet du Politmolitor 2021, la crainte principale demeure l'accès au logement. Ils sont ainsi 82% à faire de la question le thème le plus préoccupant du moment. Le devenir des enfants et les difficultés de déplacement (61%) occupant respectivement les 2e et 3e marches de ce podium des anxiétés avouées auprès de Tns-Ilres, entre le 2 et le 10 novembre derniers.

La pandémie? Tout juste si 3% des sondés reconnaissent qu'elle occupe leur esprit. Sans doute faut-il voir dans cette réponse une façon de minimiser le virus et son impact. Reste qu'en 18 mois de crise sanitaire, les Luxembourgeois ont eu le temps d'apprécier la gouvernance du pays qui a déjà vu 859 habitants perdre la vie du fait de l'infection virale. Et Xavier Bettel (DP) peut souffler : son équipe ne ressort pas amoindrie d'un an et demi de décisions ni agréables à annoncer de son côté, ni agréables à vivre par la population. 

 Les hôpitaux ont tenu le coup, l'économie est en état de rebondir, le chômage est à des niveaux satisfaisants, le recours élargi au chômage partiel a permis d'éviter bien des faillites de sociétés et le pouvoir d'achat des ménages n'a pas été trop détérioré : autant d'éléments qui n'étaient pas gagnés...  En cet automne, voilà même l'action gouvernementale saluée par une grande majorité de citoyens. 

75% des sondés estiment ainsi que l'exécutif a fait du bon (voire du très bon) travail. Un chiffre certes moindre que l'été dernier (85%) mais qui s'établit bien au-dessus de la satisfaction exprimée il y a tout juste un an. Les choix sanitaires comme sociaux des dirigeants politiques ne recueillaient alors que 63% d'avis positifs.


Lokales, Luc FELLER, Hoher Kommissar für nationale Sicherheit, centre national de crises  Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Le confinement des non-vaccinés n'est pas une option
Luc Feller, le haut-commissaire à la protection nationale repousse l'idée de contraindre à l'isolement les 24% des 12 ans et plus n'ayant pas encore reçu une injection anti-covid.

 Sans surprise, la cote de popularité du gouvernement reste particulièrement élevée chez les électeurs proches de l'un ou l'autre des trois partis de la coalition. Mais, du côté des sondés proches du CSV aussi, la qualité du travail gouvernemental dans ces mois si particuliers est reconnue. Ainsi, 65% des interrogés se disant plutôt sensibles aux idées du premier parti d'opposition, saluent les actions décidées pour que le Luxembourg traverse la crise sans trop de dégâts. 

 La "cohésion nationale'' prend donc visiblement le dessus sur les querelles de camp ou la défiance à l'égard de l'autorité des dirigeants actuels du pays. La contestation qui a pris forme au fil des dernières éditions de la marche blanche ne correspondrait donc pas forcément à l'opinion majoritaire au Grand-Duché.

Aussi, alors qu'il faudra sans doute bientôt se prononcer sur des mesures à nouveau contraignantes pour faire barrage à la «quatrième vague» covid, le Premier et ses ministres savent pouvoir compter sur une opinion publique plutôt compréhensive. Voire même prête à plus de contraintes individuelles ou collectives si nécessaire.


A man holds a smartphone showing a tracking and tracing app launched by the National Institute of Public Health to try to halt a return of the new coronavirus, on April 17, 2020 in Oslo. - Norway, one of the first European countries to begin lifting confinement measures, is launching a smartphone tracking and tracing app that has been developed to provide health authorities a better picture of the spread of COVID-19 and tell users if they have been in contact with the disease. (Photo by Heiko Junge / NTB Scanpix / AFP) / Norway OUT
Où l'on reparle d'une application de tracing
En 2020, le Statec a interrogé des habitants sur leur acceptation à disposer, sur leur mobile, d'un tel programme dans le cadre du suivi de l'épidémie virus. Et l'acceptation se relève majoritaire, sous conditions toutefois.

Le sondage a d'ailleurs pris le pouls des électeurs pour savoir, dans quelle mesure, ils apprécieraient l'application de certaines mesures jusque-là non employées. Et force est de constater que la fermeté de certains choix pourrait ne pas susciter trop de vagues. La preuve : rendre la vaccination obligatoire conviendrait semble-t-il à 54% des personnes questionnées. Et plus on monte en âge, plus cette option est encouragée, jusqu'à être soutenue possiblement par 74% des seniors de plus de 65 ans questionnés.

Faire du CovidCheck une obligation au travail (il n'est que facultatif actuellement)? Voilà également qui ne pose pas de soucis à 54% des sondés. Donner plus de droits aux personnes présentant un CovidCheck positif? Cela conviendrait à 67% du panel. De quoi soulager la ministre de la Santé si elle devait avancer ces propositions dans le débat public. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Malgré les nombreuses restrictions imposées par la situation sanitaire, huit résidents sur dix accordent leur confiance au gouvernement pour parvenir à une sortie de crise, selon un sondage commandité par le «Luxemburger Wort» et «RTL» et publié mardi par TNS-Ilres.
Au cours des trois décennies à venir, le Luxembourg devrait être le point de chute de 131.210 nouveaux salariés, selon les prévisions des offices statistiques de la Grande Région. Soit une hausse d'un tiers par rapport à la population active actuelle.
Si neuf électeurs sur dix soutenaient le gouvernement lors de l'arrivée de la pandémie au Luxembourg, ce nombre n'atteint désormais plus que six électeurs sur dix, selon les résultats du Politmonitor de novembre 2020, réalisé pour le compte du «Luxemburger Wort» et de «RTL».
Politik, online, Paulette Lenert,Xavier Bettel besuchten die Test Covid-Station Park&Ride, Bouillon Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort