Changer d'édition

La future skyline des «Rout Lëns» se dévoile
Luxembourg 9 3 min. 13.11.2020

La future skyline des «Rout Lëns» se dévoile

Pensés comme «un quartier stratifié», les Rout Lëns doivent s'intégrer «dans un nouveau cycle de l'histoire eschoise» via notamment la présence de quatre hectares d'espaces verts.

La future skyline des «Rout Lëns» se dévoile

Pensés comme «un quartier stratifié», les Rout Lëns doivent s'intégrer «dans un nouveau cycle de l'histoire eschoise» via notamment la présence de quatre hectares d'espaces verts.
Crédit: Iko Real Estate
Luxembourg 9 3 min. 13.11.2020

La future skyline des «Rout Lëns» se dévoile

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Situés en bordure de la frontière française, les 10,5 hectares de l'ancienne friche industrielle doivent se transformer en nouveau quartier écologique. Les premiers des 3.000 habitants attendus à deux pas du centre-ville d'Esch-sur-Alzette, doivent emménager d'ici 2024-2025.

Quatre décennies après la fin de l'activité sidérurgique, le site des «Lentilles Terres-Rouge» - «Rout Lëns» en luxembourgeois - s'apprête à revivre. A l'image de la dizaine de friches du sud du pays qui doivent être réhabilitées, les 10,5 hectares regroupés en forme de lentille accueilleront un nouveau quartier qui doit, à terme, héberger quelque 3.000 nouveaux habitants. Mais contrairement aux sites de Belval ou d'Esch-Schifflange, la transformation se fera sous la houlette d'un promoteur privé. En l'occurrence Iko real estate de l'homme d'affaires Eric Lux.

La métamorphose du site, laissé en l'état depuis 1977 alors que situé à proximité immédiate du centre-ville d'Esch-sur-Alzette, se fera selon trois axes principaux, selon le masterplan qui sera officiellement présenté ce samedi. A savoir, «une allée de la culture industrielle», un «quartier stratifié» et enfin «un sentiment végétal», selon les termes du promoteur immobilier. 

Autrement dit, la présence d'un axe central qui doit structurer la desserte intégrale du nouveau quartier, la présence de bâtiments de différentes hauteurs, dont deux tours de 60 mètres de hauteur, et la présence d'un total de quatre hectares d'espaces verts. Autant d'éléments qui doivent permettre de faire sortir de terre un quartier qui se veut écoresponsable et s'inscrire «dans un nouveau cycle de l'histoire eschoise».

Voué à faire grandir la population de la Métropole du fer, le futur ensemble sera composé d'un mélange de logements, de commerces et de bureaux. Sans oublier un groupe scolaire qui doit comprendre une école, une maison-relais, une crèche et un gymnase. Si de nouveaux bâtiments doivent sortir de terre, dont 128.300 m2 bruts de logements et 9.000 m2 bruts de bureaux, des anciens seront conservés. 

Ce sera notamment le cas de la Halle des soufflantes, bâtie vers 1900, l'ancien entrepôt baptisé «bâtiment TT» ou bien encore d'un ancien poste d'aiguillage. Ce qui doit représenter 9.100 m2 bruts de patrimoine culturel réhabilité, et dédié notamment à des activités sportives.

Pour permettre l'intégration de ce nouveau quartier dans le tissu urbain de la deuxième ville du pays, le masterplan prévoit de faire la part belle à la mobilité douce. A savoir que le quartier sera traversé non seulement par la future piste cyclable qui doit relier Luxembourg-Ville à Belval, mais aussi intégré dans le futur système de bus à haut niveau de service transfrontalier. 

Et ce, via la création d'un arrêt situé «à mi-hauteur du site», selon le communiqué officiel qui doit permettre une connexion non seulement vers la gare d'Esch, mais aussi avec le tram rapide qui desservira le futur quartier Alzette. Avec pour finalité la suppression du passage à niveau actuel qui empêche, à l'heure actuelle, la desserte efficace du site.


Créer «un trait d'union» entre Esch et la capitale
Les détails du couloir multimodal qui reliera, à l'horizon 2030, les deux principales agglomérations du Luxembourg ont été dévoilés mercredi. Rejoindre l'Uni depuis la Cloche d'Or devrait alors prendre 26 minutes.

Selon le calendrier avancé par Iko, les travaux de viabilisation du site doivent débuter en 2022. En même temps que ceux dédiés à la réhabilitation du «bâtiment TT» visant à en faire une «Maison du projet» et le début de la commercialisation du site. Les livraisons des premiers logements sont annoncées pour «2024-2025» et doivent s'étendre jusqu'en 2030. 

Pour mémoire, d'ici 2040, le sud du pays devrait connaître une forte hausse de sa population, puisque pas moins de 20.000 nouveaux habitants sont attendus sur l'ensemble des anciennes friches industrielles amenées à être réhabilitées.

 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Créer «un trait d'union» entre Esch et la capitale
Les détails du couloir multimodal qui reliera, à l'horizon 2030, les deux principales agglomérations du Luxembourg ont été dévoilés mercredi. Rejoindre l'Uni depuis la Cloche d'Or devrait alors prendre 26 minutes.
Le Sud va se peupler de 20.000 nouveaux habitants
Les futurs aménagements des friches industrielles vont transformer le paysage avec pour conséquence une forte croissance de la population. Mais la création de ces nouvelles zones d'habitat devra aller de pair avec une diversification du marché de l'emploi.
Ehemaliges Stahlwerksgeländes Esch/Schifflange - ARBED - Esch-Schifflange - Foto : Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Les logements vides détestent les taxes
En fixant un impôt spécifique aux propriétaires d'appartements vacants ou de terrains constructibles non bâtis, les communes ont la possibilité d'inciter la remise de biens sur le marché immobilier. Elles ne sont pourtant que huit actuellement à avoir saisi cette opportunité.
Près de 15.000 logements seraient vides de tout occupant au Luxembourg alors que la pression pour louer ou acheter est forte