Changer d'édition

La France va prolonger les contrôles aux frontières
Luxembourg 2 min. 06.10.2018 Cet article est archivé

La France va prolonger les contrôles aux frontières

La France va prolonger les contrôles aux frontières

Photo: Maurice Fick
Luxembourg 2 min. 06.10.2018 Cet article est archivé

La France va prolonger les contrôles aux frontières

La France va une nouvelle fois prolonger de six mois les contrôles à ses frontières, rétablis au soir des attentats du 13 novembre 2015, jugeant que la menace terroriste restait «très prégnante» sur son territoire, selon un document consulté par l'AFP.

AFP  - Ces contrôles, qui devaient s'achever fin octobre, seront reconduits jusqu'au 30 avril 2019, peut-on lire dans une note des autorités françaises adressée au Conseil de l'UE, qui représente les gouvernements des États membres.

Il ne s'agit pas de contrôles systématiques mais d'une possibilité de procéder à des vérifications d'identité aux frontières, par dérogation aux règles de la libre circulation dans l'espace Schengen.

Les frontières terrestres, avec la Belgique, le Luxembourg, l'Allemagne, la Suisse, l'Italie et l'Espagne, sont concernées, ainsi que les frontières aériennes et maritimes.

«La menace terroriste reste très prégnante en France», juge le gouvernement dans ce document, pour expliquer la prolongation de cette mesure censée être exceptionnelle. «L'année 2018 a été marquée à ce jour par deux attaques revendiquées par l'Etat islamique, qui ont fait cinq morts et 20 blessés» au total en France, et «cinq autres projets d'attaques terroristes» ont été déjoués depuis le début de l'année dans ce pays, a-t-il poursuivi.

Les autorités françaises estiment que des individus isolés dangereux sont «susceptibles de se déplacer dans l'UE». Elles soulignent aussi que «le risque du retour de combattants terroristes étrangers, ressortissants européens, s'accroît par la démilitarisation annoncée par la Turquie et la Russie du dernier bastion jihadiste d'Idlib (ou Idleb, ndlr) en Syrie».

Une zone qui «compterait environ 10.000 terroristes, dont possiblement 400 ressortissants français ou étrangers résidant en France». Face à des «cellules terroristes» se déployant dans plusieurs pays pour compliquer la tâche des services de renseignement, une prolongation des contrôles aux frontières s'impose, selon Paris.

Au total, six pays ont réintroduit des contrôles aux frontières intérieures de l'espace Schengen (la France, l'Allemagne, l'Autriche, le Danemark, la Suède, la Norvège), invoquant des questions de sécurité ainsi que les déplacements transfrontaliers de migrants entrés irrégulièrement dans l'UE.

Plusieurs Etats, ainsi que la Commission européenne, s'inquiètent régulièrement de voir ces mesures dérogatoires devenir peu à peu la norme et provoquer à terme la fin de l'espace Schengen. Cette zone de libre circulation, où les contrôles aux frontières sont abolis en temps normal, est actuellement composée de 26 pays, dont 22 membres de l'UE.

Les autorités françaises ont assuré qu'elles procédaient aux contrôles «dans le respect du principe de proportionnalité, au regard d'analyses de risques actualisées». Des «dispositions ont été prises pour assurer la plus grande fluidité possible du franchissement des frontières» malgré les contrôles, ont-elles ajouté.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Prolongement des contrôles aux frontières
Les contrôles aux frontières dans l'UE sont indispensables face à la menace terroriste, selon plusieurs pays qui vont une nouvelle fois les prolonger, mais leurs voisins s'inquiètent des dérogations de plus en plus longues à la libre-circulation dans l'espace Schengen.
 Dimitris Avramopoulos, commissaire européen en charge des affaires intérieures a fait écho aux Etats membres s'inquiétant de voir les contrôles aux frontières, normalement exceptionnels et temporaires, se prolonger sans cesse.
Suite aux attentats de Paris, des contrôles renforcés ont lieu aux frontières franco-luxembourgeoises. Résultat: les travailleurs frontaliers doivent compter entre 2 et 3 heures pour rejoindre leur lieu de travail le matin. Et rebelote le soir.
Police officers and border police (PAF - Police aux fronti�res) control the A31 motorway at the France-Luxembourg border, on November 19, 2015 in Entrange, eastern France. France revealed on November 19 it will spend an extra 600 million euros (USD 641 million) next year to ramp up security after the Paris attacks. President Francois Hollande announced this week that France is freezing plans to cut troop numbers through 2019. At the same time, the country will add 8,500 law enforcement jobs including 5,000 new police. AFP PHOTO / JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN
La Commission européenne présentera "d'ici la fin de l'année une proposition de réforme du Code frontières Schengen", pour que des contrôles systématiques aux frontières extérieures de l'UE puissent être réalisés sur les ressortissants européens.
(LtoR) France's Justice Minister Christiane Taubira, French Interior Minister Bernard Cazeneuve, Luxembourg's deputy prime minister Etienne Schneider and Luxembourg's Justice Minister Felix Braz address a press conference at the end of an extraordinary Justice and Home Affairs Council following the attacks in Paris, at the European Council in Brussels, on November 20, 2015. AFP PHOTO / EMMANUEL DUNAND
L'accord pionnier signé le 14 juin 1985
En 1985, la France, l'Allemagne, les Pays-Bas, le Luxembourg et la Belgique franchissaient un nouveau pas dans la construction européenne en signant l'accord de Schengen. Retour sur cet épisode historique.
Collection de casquettes et képis de douaniers au musée de Schengen