Changer d'édition

La flotte luxembourgeoise prend peu à peu son envol
Luxembourg 2 min. 10.01.2020 Cet article est archivé

La flotte luxembourgeoise prend peu à peu son envol

Le ravitailleur commandé par le Luxembourg pourrait alimenter l'A400 attendu en juin dans ses missions au long cours.

La flotte luxembourgeoise prend peu à peu son envol

Le ravitailleur commandé par le Luxembourg pourrait alimenter l'A400 attendu en juin dans ses missions au long cours.
Photo : Shutterstock
Luxembourg 2 min. 10.01.2020 Cet article est archivé

La flotte luxembourgeoise prend peu à peu son envol

Alexander ABDELILAH
Alexander ABDELILAH
En participant à l'achat d'un nouvel avion ravitailleur aux côtés de cinq autres pays, le Grand-Duché entend appliquer sa nouvelle stratégie militaire. Si l'appareil ne sera pas stationné au Findel, le pays pourra en bénéficier pour ses missions de soutien logistique.

Dans l'actualité militaire grand-ducale, un avion chasse l'autre. Alors que l'Airbus A400 acheté par le Luxembourg doit être livré en juin 2020, en avance d'un an sur sa date officielle d'inauguration, un second aéronef se profile. Cette fois-ci, il s'agirait d'un avion ravitailleur d'Airbus, de type A330 MRTT.  


L'A400M luxembourgeois atterrira en avance au Findel
Le drapeau luxembourgeois figure déjà sur son empennage. Depuis ses hangars de Séville, Airbus fait savoir que le futur avion militaire de l'armée luxembourgeoise est en train d'être mis en peinture. Il sera livré dans six mois.

L'avion commandé avec cinq autres pays membres de l'OTAN sera la propriété de l'organisation de coopération militaire et immatriculé aux Pays-Bas. Côté budget, aucun prix n'a encore été communiqué. Pour autant, le Luxembourg en paiera bien une partie et pourra donc en profiter; les pays partenaires «pouvant mettre leurs heures de vol annuelles à disposition des autres», explique le ministère de la Défense.

Cette commande n'est que le début d'une nouvelle ère pour l'armée luxembourgeoise. «La Défense envisage de développer progressivement une composante aérienne de l’armée», confirme le ministère dirigé par François Bausch (Déi Gréng). La commande de cinq hélicoptères, dont deux ont déjà été livrés en novembre dernier, apparaît déjà comme la concrétisation de la stratégie pour 2025 des forces armées.

Les ministres de la Défense et de l'Intérieur ont réceptionné les hélicoptères prévus pour la police et l'armée, en novembre 2019.
Les ministres de la Défense et de l'Intérieur ont réceptionné les hélicoptères prévus pour la police et l'armée, en novembre 2019.
Photo: Gerry Huberty

Pour mener cette refonte annoncée, la participation du pays aux opérations aériennes de l'Alliance atlantique passera «à moyen terme» de 200 heures de vol annuelles à 1.200 heures. Un objectif qui devrait être rempli «vers 2025», alors que les investissements du pays dans l'OTAN doivent tendre vers 2% de son PIB, comme le martelait encore par Donald Trump lors du dernier sommet de l'organisation internationale. 


Le 70e anniversaire de l'OTAN est marqué par les tensions entre les présidents français Emmanuel Macron (à g.) et américain Donald Trump (à dr.)
L'OTAN tente de réparer les pots cassés
Les 29 membres du Traité de l'Atlantique Nord vont tenter d'afficher leur unité de façade mercredi lors du 70e anniversaire de l'Alliance et de masquer ainsi les divergences exposées au grand jour entre les Etats-Unis, la France et la Turquie.

Si à l'heure actuelle la contribution annuelle du pays à l'OTAN est autour de 0,5% de son PIB, cette multiplication des heures de vol va faire s'envoler la facture due. Le ministère de la Défense estime ainsi que le budget nécessaire devrait passer de 43 millions d'euros actuellement à 259, sans préciser le calendrier. Un objectif déjà inscrit dans les lignes directrices de la Défense luxembourgeoise à l'horizon 2025.


Sur le même sujet

L'Etat triple son investissement dans l'aviation militaire
Le gouvernement s'apprête à investir 598 millions d'euros au lieu des 172 millions initialement prévus pour l'achat de huit avions ravitailleurs et de transport polyvalents. Une hausse importante du budget qui s'explique par l'augmentation de la quote-part luxembourgeoise au bon fonctionnement de l'OTAN.
Le ravitailleur commandé par le Luxembourg pourrait alimenter l'A400 attendu en juin dans ses missions au long cours.
Schleck reste au bureau d’information de l’armée
François Bausch, le ministre de la Défense, a confirmé mardi que l’adjudant-chef de l’armée luxembourgeoise et président du Syndicat professionnel de l’armée (SPAL) conservera sa place auprès du bureau d’information de l’armée et ne sera pas muté à un autre poste.
L'adjudant-chef Christian Schleck conserve son poste au bureau de recrutement à Luxembourg.
L'A400M luxembourgeois atterrira en avance au Findel
Le drapeau luxembourgeois figure déjà sur son empennage. Depuis ses hangars de Séville, Airbus fait savoir que le futur avion militaire de l'armée luxembourgeoise est en train d'être mis en peinture. Il sera livré dans six mois.
Colère et grogne pour le sommet de l'OTAN
Les dirigeants des pays de l'OTAN se réunissent ces mardi et mercredi en sommet à Watford, près de Londres, pour le 70e anniversaire de l'alliance, mais l'ambiance est loin d'être festive à cause de multiples différends.
Le Norvégien Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'OTAN assure qu'en 2020, les alliés non-américains auront augmenté leurs dépenses pour la défense de 130 milliards de dollars depuis 2016