Changer d'édition

La flexibilité financière des employeurs prolongée
Luxembourg 05.06.2020 Cet article est archivé

La flexibilité financière des employeurs prolongée

Les cotisations sociales des employeurs pourront être différées jusqu'à la fin de l'année 2020.

La flexibilité financière des employeurs prolongée

Les cotisations sociales des employeurs pourront être différées jusqu'à la fin de l'année 2020.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 05.06.2020 Cet article est archivé

La flexibilité financière des employeurs prolongée

Décharger les patrons et leur permettre de préserver des liquidités. C'est le double objectif de deux mesures temporaires qui ont été mises en place durant la crise du covid 19 et qui ont été reconduites jusqu'à la fin de l'année. Coût de l'opération: un peu plus de 100 millions d'euros.

(ER) -  Le texte qui prévoit un échelonnement au courant de 2020 a été examiné jeudi par les membres de la commission du Travail et de la Sécurité sociale. Concrètement, il s'agit de deux mesures mises en place pour soutenir les sociétés et les indépendants en leur offrant une plus grande flexibilité dans la gestion du paiement des cotisations sociales.  

La première concerne la prise en charge directe de l'indemnité de maladie (Krankegeld) par l'Assurance maladie (CNS) jusqu'à la fin du mois de juin. 

La seconde concerne la suspension du calcul des intérêts moratoires. Autrement dit, les employeurs peuvent payer les cotisations sociales d'ici la fin de l'année 2020 sans risquer de poursuite ou d'amende administrative en cas de retard. 

38 millions d'euros par mois

Si les cotisations sociales devront être payées, les patrons ont donc la possibilité de mieux organiser leurs différents payements. Le ministre de la Sécurité sociale Romain Schneider (LASP) a précisé aux députés que deux tiers des employeurs ont réglé leurs cotisations dans les délais habituels.

L'impact financier de ces mesures est estimé à près de 38 millions d'euros par mois, soit un peu plus de 100 millions d'euros pour les trois mois de crise.


Lokales,CNS,Assurances Sociales,Krankekees. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
L'épidémie met la CNS sous pression
Avec la crise sanitaire, la Caisse nationale de santé est confrontée à un surplus d'activité. En temps normal, elle procède à 8.000 paiements par mois, aujourd'hui il faut en réaliser près de 80.000.

Reste à voir qui va financer ces dépenses? Si certains députés ont mis en avant les réserves de la CNS ce qui lui a permis de réagir de manière rapide, d'autres ont attiré l'attention sur le fait que l'Etat devra prendre ses responsabilités pour les dépenses avancées par la CNS. Romain Schneider a expliqué que le  gouvernement allait mener une analyse a posteriori «de l'ensemble des dépenses destinées aux mesures temporaires dont celles liées au congé pour raisons familiales». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Suite à une motion du CSV, le ministre de la Sécurité sociale a maintenu mardi sa position devant les commissions du Travail et de l'Economie. Il a estimé suffisantes les aides déjà mises en place par l 'Etat.
Lokales,Corona,Covid19. Restaurants und Geschäfte sind immer noch geschlossen.,Luxemburg Stadt, Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Alors que la pandémie se poursuit, le gouvernement a annoncé jeudi mettre en place des initiatives complémentaires visant à alléger la charge financière des employeurs et travailleurs indépendants en matière de cotisations sociales.
Les demandes d'indemnisation pourront être faites dès la semaine prochaine.
Si la Caisse nationale de Santé affiche un excédent de 6,7 millions d'euros cette année, les réserves seront utilisées à partir de l'année prochaine. 386 millions d'euros serviront ainsi à couvrir les frais liés à la pandémie sanitaire.
CNS
Alors que le gouvernement a annoncé «un budget exceptionnel pour une époque exceptionnelle», l'institution a revu à la hausse son solde excédentaire. Mieux même, le ministre Romain Schneider table sur un excédent pour les trois années à venir.
Le ciel s'assombrit sur les finances de la Sécurité sociale pour 2020