Changer d'édition

La fièvre gagne les enseignants
Luxembourg 3 min. 06.07.2020

La fièvre gagne les enseignants

Désormais, contrairement à la reprise des classes du fondamental, les écoliers n'ont plus l'obligation de porter le masque en cours.

La fièvre gagne les enseignants

Désormais, contrairement à la reprise des classes du fondamental, les écoliers n'ont plus l'obligation de porter le masque en cours.
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 3 min. 06.07.2020

La fièvre gagne les enseignants

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Il est temps que l'année scolaire s'achève, soufflent nombre d'instituteurs du fondamental. Après le confinement, les cours à distance, la reprise par demi-groupes, le retour à des classes entières et maintenant des écoliers placés en quarantaine: les syndicats enseignants notent durement l'action du ministre de l'Education.

Deux vidéoconférences début avril, autant fin juin. Et c'est tout... Aucun doute, cette crise sanitaire n'aura pas été marquée par une grande concertation entre le ministre de l'Education et les syndicats enseignants. «Il nous a un peu informés, n'a pas du tout sollicité nos idées, ni demandé comment ses mesures étaient perçues», regrette amèrement Patrick Arendt, président du syndicat SEW-OGBL. 

Et apprendre via la presse qu'une vingtaine de classes ont dû être placées en quarantaine, en raison de jeunes ou professeurs positifs au covid-19, ne va pas améliorer la note attribuée à Claude Meisch (DP) par les représentants syndicaux. «Il nous maintient à l'écart des décisions et des informations essentielles, peste Raoul Scholtes pour la Fédération enseignante Feduse-CGFP.   Pourtant, les professionnels de l'enseignement sont maintenant en première ligne.» Aussi, même si les syndicats ne réclament pas le nom des jeunes ou collègues testés positifs (respect du secret médical), au moins attendent-ils de l'autorité gouvernementale un peu plus de transparence sur la situation réelle.


Lokales, Schoulrentrée Ribeschpont Besuch Claude Meisch, Maske, Maskenpflicht, Schule, Covid-19, Corona, Grundschule, Fondamental, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Une vingtaine de classes en quarantaine au Luxembourg
Le ministre de l'Education, Claude Meisch, persiste à affirmer que dans la majorité des cas d'infection d'écolier l'origine est à trouver dans le cercle familial. Et cela même si le nombre de cas révélés parmi les élèves et les enseignants grimpe.

D'autant que voilà les enseignants plus exposés que jamais. Avec la fin de l'obligation du port du masque en classe (maintenant facultatif) et la réunion des demi-groupes qui avaient été instaurés pour la reprise le 25 mai, d'aucuns estiment le risque de contamination comme d'autant plus élevé. «Beaucoup de confrères reconnaissent que cela leur procure une peur particulière que d'aller en classe dans ces conditions. Et pas certain que pédagogiquement les classes y aient beaucoup gagné», soulignent les syndicats.

Sans compter qu'à cette incertitude pour leur santé, les enseignants restent aussi dans le doute pour ce qui les attend à la rentrée. Certes, Claude Meisch ne saurait pronostiquer l'avenir dans cette période sanitaire incertaine. Mais, au moins, pourrait-il discuter avec eux des plans B ou C à mettre en place en cas de reprise de l'épidémie au retour des vacances. «Ce serait bien de préparer les choses, note ainsi Raoul Scholtes. Pour mémoire, quand il s'est agi de fermer toutes les écoles, en à peine deux jours, il a fallu tout repenser pour passer au télétravail, en prenant les adresses mail des enfants, essayant de réfléchir aux exercices à donner, etc.»


Quand les parents prennent la place de l'enseignant
Depuis le 16 mars, les papas et mamans résidents font office d'enseignants à domicile pour leurs enfants. Nous avons donné la parole à trois d'entre eux, qui racontent comment ils ont vécu cette dizaine de jours de cours à la maison. Et comment ils appréhendent la suite.

Avec le retour d'expérience et deux mois de préparatifs (juillet-août), les syndicats enseignants estiment qu'il serait possible de mieux préparer la suite des événements. Encore faut-il que le ministre accepte de faire de cet exercice inédit un devoir commun. «Vous savez, deux jours après la mise en place de l'enseignement à distance, Claude Meisch était devant les caméras pour dire combien tout se passait à merveille. Sans nous avoir demandé ce qu'il en était d'ailleurs. Oui, le Luxembourg avait mis les outils à disposition, mais il a fallu s'y adapter, aussi bien les écoliers que les maîtres», note Patrick Arendt. 

Aussi, les voix de SEW et Feduse réclament-elles un état des lieux rapide au ministre. Il serait ainsi bon de voir dès maintenant combien de jeunes n'ont pas bénéficié d'un environnement favorable pour bénéficier des apprentissages; quels sont ceux qui ne disposaient pas des ressources matérielles pour bien suivre (accès à l'ordinateur ou à internet); quelles ont été les difficultés pour les professeurs, etc. Dans un second temps, sitôt la rentrée 2020-2021 sonnée, les écoliers pourraient également passer un test d'évaluation. Ce serait là un bon moyen de savoir ce qui a été retenu, ou non, du long trimestre de crise. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Onze cas de contaminations au lycée
Depuis la reprise du secondaire, neuf élèves et deux enseignants ont été testés positifs au covid-19. Un lycée de la capitale a même vu trois élèves d'une même classe détectés infectés au même moment. La ministre de la Santé a évoqué, lundi, les dispositifs activés pour éviter toute contamination supplémentaire.
Middle school pupils attend a lesson in their classroom, on June 22, 2020 in Boulogne-Billancourt, outside Paris, as primary and middle schools reopen in France. - After six weeks of unsteady school sessions and more than three months of class at home to fight against the spread of the new coronavirus Covid-19, French pupils and middle school students return to class on June 22, thanks to a lighter health protocol. (Photo by Thomas SAMSON / AFP)
Fini les classes séparées en deux
La mesure réduisant de moitié les effectifs scolaires accueillis dans la même salle dans les écoles fondamentales ne devrait plus durer. Le ministère de l'Enseignement envisage en effet de réunir les groupes A et B à compter du 29 juin.
ARCHIV - 06.05.2020, Schleswig-Holstein, Aukrug: Mit einem Schild mit der Aufschrift "Willkommen zurück" begrüßt eine Lehrerin die Viertklässler einer Grundschule. Wenn nach den Sommerferien die Schulen wie geplant wieder komplett öffnen, sollten Lehrer aus Sicht des Deutschen Lehrerverbandes einmal pro Woche auf das Coronavirus getestet werden. (Zu dpa "Debatte über besten Weg für Schulöffnungen hält an") Foto: Carsten Rehder/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Pas de prolongation pour le congé pour raisons familiales
L'Etat devra débourser de l'ordre de 280 millions d'euros pour assurer le revenu des parents ayant fait le choix de s'occuper de leur enfant durant la crise. Mais le dispositif dans son état actuel ne devrait pas se poursuivre sitôt l'année scolaire achevée.
Dispensé de masques jusqu'à 6 ans
A l'heure d'évoquer la reprise du fondamental et la réouverture des crèches, le 25 mai, le ministre de l'Education a limité l'obligation du port de la protection buccale dans le cadre scolaire. Et Claude Meisch d'annoncer aussi la réouverture de l'accueil en maison relais.
Stichwörter: Kind, Kinder, Betreuung, Kinderbetreuung, Crèche, Maison relais, Kindertagesstätte Chèques-Service, Sprachförderung / Foto: © Getty Images
Qui veut vraiment de la rentrée des classes?
Lundi 4 mai. Plus la date approche, plus la reprise des cours semble se compliquer pour le ministre de l'Education nationale. Claude Meisch doit résoudre une équation d'autant plus délicate que s'y mêlent peur de la contamination, problèmes matériels et organisation inédite.
Sad little girl protecting herself from the flue virus by medical face mask