Changer d'édition

La durée d'isolement au covid réduite à quatre jours
Luxembourg 06.10.2022
Pandémie au Luxembourg

La durée d'isolement au covid réduite à quatre jours

Pandémie au Luxembourg

La durée d'isolement au covid réduite à quatre jours

Photo: AFP
Luxembourg 06.10.2022
Pandémie au Luxembourg

La durée d'isolement au covid réduite à quatre jours

Le gouvernement a procédé ce mercredi à quelques modifications de la loi Covid existante. Le délai d'isolement passera de sept à quatre jours.

Le conseil du gouvernement réuni ce mercredi a adopté le projet de loi portant modification de la loi modifiée du 17 juillet 2020 sur les mesures de lutte contre la pandémie COVID-19.


«Nous voulons apprendre de nos erreurs»
Un rapport de l'OCDE a analysé la manière dont le Luxembourg a géré la pandémie. Si le petit pays peut se targuer d'une maîtrise réussie sur plusieurs points, des axes d'amélioration sont toutefois nécessaires pour affronter les prochaines crises.

Ce projet de loi vise à maintenir en vigueur des mesures minimales jusque fin mars 2023 en gardant l’option de réviser la loi rapidement en cas d’émergence d’un variant plus pathogène.

Fin du «contact tracing» systématique

Les nouvelles modifications de la loi prévoient notamment de réduire la durée d'isolement de sept à quatre jours. Une ordonnance d'isolement vaudra comme arrêt de travail pour ces 4 jours. Le projet de loi ne prévoit pas d'isolement forcé et met également fin au «contact tracing» systématique.

Le conseil a aussi approuvé la recommandation du Conseil supérieur des maladies infectieuses concernant une deuxième dose de rappel de vaccin contre le covid.


Le nombre de contaminations a presque doublé en une semaine
La hausse des nouvelles infections au covid-19 se poursuit au Luxembourg, mais les répercussions restent mesurées au niveau des hospitalisations. On déplore par ailleurs trois décès en l'espace de sept jours.

Le dernier rapport hebdomadaire de la Santé publié ce jeudi recense 2.324 personnes positives au covid pour la semaine du 26 septembre au 2 octobre, soit 1.024 cas supplémentaires que la semaine précédente.

Fin septembre, le Dr Thomas Dentzer, virologue de la direction de la Santé,   avait estimé que le pays devait «probablement s'attendre à une nouvelle vague».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Annoncé dimanche par le Premier ministre, le renforcement de l'arsenal législatif à l'encontre des entreprises qui ne respectent pas les mesures de distanciation sociale a été analysé mardi en commission parlementaire. Outre des amendes plus sévères, la suspension de l'activité deviendra possible.