Changer d'édition

«La direction est bonne, pas la vitesse»
Luxembourg 5 min. 08.11.2021
Engagement clilmatique

«La direction est bonne, pas la vitesse»

A la COP-26, Xavier Bettel aurait plus se montrer plus volontaire dans l'engagement du pays vers la "finance verte". Occasion manquée.
Engagement clilmatique

«La direction est bonne, pas la vitesse»

A la COP-26, Xavier Bettel aurait plus se montrer plus volontaire dans l'engagement du pays vers la "finance verte". Occasion manquée.
Photo : AFP
Luxembourg 5 min. 08.11.2021
Engagement clilmatique

«La direction est bonne, pas la vitesse»

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Pour Greenpeace Luxembourg, le gouvernement s'est engagé sur des objectifs ambitieux pour la protection de l'environnement. Mais l'ONG encourage Bettel et ses ministres à veiller à ce que chacun dans la société tienne les engagements pris, y compris l'Etat.

A Glasgow, la COP-26 s'achèvera ce 12 novembre. La Terre en sortira-t-elle sauvée? Rien de moins sûr... Reste que de beaux discours en grandes discussions, les Etats les plus convaincus de la nécessité d'agir pour contenir le réchauffement climatique auront tenté au fil des semaines d'entraîner dans leur sillage d'autres pays moins ''vert-ueux''.  Et dans ce brouhaha mondial, la voix du Luxembourg est-elle crédible? Le directeur de Greenpeace Luxembourg tente de débriefer les messages passés par le Grand-Duché, entre accents de sincérité et oublis.


Ce que le Grand-Duché attend de la COP26
Si le Luxembourg a fixé sa feuille de route en matière de protection du climat, il entend aussi faire pression sur les partenaires rassemblés pour la 26e Conférence sur les changements climatiques qui vient de débuter, ce 1er novembre en Ecosse.

Selon vous, le Luxembourg mérite-t-il les lauriers verts qu'il se tresse et dont il s'est paré à la COP26?

Raymond Aendekerk : «Ce n'est en tout cas pas la volonté de bien faire qui lui manque. Avoir fait le choix, par exemple, de vouloir diminuer ses rejets de gaz à effet de serre à moins 55% d'ici 2030 (contre -40% auparavant) est un acte fort. Même si on peut toujours regretter que l'on ne soit pas allé encore au-delà pour éviter, à notre échelle, la menace qui pèse avec la hausse globale des températures sur le globe.


Garten
Le Luxembourg vit à crédit depuis le 15 février
Alors que les ressources que la Terre peut régénérer en un an sont épuisées ce mercredi, le Grand-Duché a franchi ce «jour du dépassement» cinq mois plus tôt, se plaçant juste derrière le Qatar au classement mondial. Une deuxième place due notamment aux émissions de CO2.

Reste qu'une loi Climat a été votée, qu'un Plan national ambitieux (le PNEC) a été approuvé, qu'une taxe carbone est appliquée, que chaque secteur de notre économie sait maintenant quels sont les efforts qu'il doit faire pour les années à venir et qu'un comité de suivi va se mettre en place. L'Etat sera autour de la table quand les premières évaluations de l'action climatique tomberont mais aussi les ONG environnementales du pays, les communes, la société civile, les industriels. Cela a pris un peu de temps, mais on y vient.

Mais...? Vous semblez ne pas être satisfait de tous ces dispositifs, exact?

«Disons qu'il y a des points qui dérangent encore. Comme ce système de compensation qui ressort systématiquement. Si tel secteur ne tient pas ses objectifs, tel autre ou telle action pourraient annuler le manque. Il faudrait plus de fermeté. Ce n'est pas parce que l'agriculture fait mieux une année en matière environnementale que cela doit dédouaner les transports, par exemple. Ou ce n'est pas parce que l'on va planter mille arbres d'un côté que cela va annuler nos émissions nuisibles à l'environnement. Le mal fait à la nature ne se gomme pas à la calculette.

Il faut en avoir conscience d'autant plus que le Luxembourg reste l'un des Etats à l'empreinte carbone la plus forte. Pas en Europe, mais bien dans le monde. Oui, même si la part du solaire a doublé en quelques années, même si l'éolien se développe bien, même si le pays rattrape un retard considérable en matière de transports en commun, il en faudrait tellement plus. 

Qu'est-ce que vous n'avez pas assez entendu dans les interventions de Xavier Bettel, Carole Dieschbourg ou Pierre Gramegna à la COP-26?

«Greenpeace aurait adoré entendre le Premier ministre et ses ministres des Finances et de l'Environnement faire une annonce forte pour réduire le tourisme à la pompe. Mais, compte tenu de son profil de Place financière majeure, le Luxembourg pourrait aussi s'engager dans une démarche spécifique en matière de fonds verts. Même si le pays se targue d'être un acteur de premier plan sur les green funds que représentent-ils réellement sur les (plus de) 5.000 milliards d'euros de fonds gérés depuis le Grand-Duché? De 2 à 4% du global. Cela signifie donc que pour minimum 96% de l'argent brassé ici, on baigne encore dans les ''fonds gris'' ceux qui parient encore sur les énergies fossiles et polluantes. 


Le GIEC lance une «alerte rouge» pour l'humanité
Dans leur dernier rapport publié lundi, les experts climats de l'ONU estiment que le réchauffement de la planète devrait atteindre le seuil des +1,5°C autour de 2030, soit dix ans plus tôt que leurs dernières prévisions. Les catastrophes naturelles devraient se multiplier.

Greenpeace a fait le calcul : l'activité des seuls 100 plus grands fonds de la Place pollue plus que le pays dans son ensemble. Ce n'est pas le tout de taxer le petit automobiliste, l'artisan ou l'habitant si l'on ne s'attaque pas aussi à ces ''gros poissons''.

Quel serait LE geste fort que le gouvernement luxembourgeois pourrait faire à l'issue de cette 26ème Conférence pour le climat?

«Donner l'exemple en matière de finance verte. A commencer par les fonds que l'Etat administre par lui-même. Depuis plusieurs années, Greenpeace dénonce ainsi le Fonds de pension souverain qui est purement climaticide dans ses choix. Ce produit, le Fonds de compensation, n'a aucune stratégie d'investissement durable. Il se base sur bien des sociétés polluantes ou des secteurs à forte teneur en carbone, sous prétexte que cela rapporte plus. C'est une contrevérité : un cela nuit à la planète, deux il y a des investissements verts ou socialement respectueux qui offrent des taux d’intérêt aussi ou plus intéressants.

Le gouvernement pourrait donner là un bon exemple d'engagement, à son échelle. Le poids de la responsabilité du changement climatique ne repose pas que sur les habitants, l'Etat -qui a les épaules plus larges- peut aussi agir. Annoncer que l'administration compensera le bilan CO2 des déplacements en voiture de ses fonctionnaires, c'est microscopique en comparaison avec les effets de ce qui pourrait être mené sur le seul secteur financier. En résumé donc : globalement au Luxembourg, la direction (environnementale) est bonne, pas la vitesse.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Chine a accru de plus d'un million de tonnes sa production quotidienne d'énergie fossile pour faire face à une pénurie d'électricité, au moment où les dirigeants mondiaux négocient âprement un accord à Glasgow pour épargner à la planète un réchauffement climatique «catastrophique».
Même si la part d'énergies produites sur le sol national grimpe, elle ne couvre encore que 19% des besoins. Le Luxembourg continue donc d'importer la plupart du gaz et de l'électricité qu'il consomme.
Les concentrations de gaz à effet de serre ont atteint des records l'an dernier, tandis que l'Amazonie perd de sa capacité à absorber le CO2, a alerté l'organisation internationale lundi, à six jours de la COP26 sur le climat à Glasgow.
Quelque 2.500 personnes ont manifesté ce vendredi dans les rues de la capitale pour tenter d'accélérer la lutte contre le réchauffement climatique. Une initiative qui s'intègre dans une opération menée en parallèle dans plus de 80 villes en Europe.
Lokales, Klimastreik, youth for climate Luxembourg  Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Pour Déi Gréng, si l'année parlementaire 2020/2021 aura été marquée par la pandémie et ses conséquences, le parti de la coalition estime que le défi principal à venir tient dans les modifications environnementales qui se dessinent.
IPO,Presseiessen Déi Gréng, Josée Lorsché. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
La Chambre des députés a adopté le nouveau plan d'action encourageant les 102 communes à faire plus et mieux en matière environnementale. Avec un accompagnement nouveau de la part de l'Etat.
TO GO WITH AFP STORY IN FRENCH BY CHRISTIAN SPILLMANN "UE-CLIMAT-RECHAUFFEMENT-INDUSTRIE" --- (FILES) This photo taken on September 20, 2007 shows construction supervisor Ingolf Krahl (R) watching over the installation of a carbon dioxide reservoir at the construction site of Vattenfall's CO2-free power plant in the eastern German town of Schwarze Pumpe. European industries, invited to develop Carbon Dioxide (CO2) storage in the setting of the struggling EU plan against global warming, are ready to play the game if they are adequately funded to do so, a point which remains in question. The EU is devoted to the objective of reducing all its Carbon emissions by at least 20% before 2020 in comparison with their levels of 1990, and 30% in case of international agreement. AFP PHOTO/DDP/MICHAEL URBAN ---GERMANY OUT---