Changer d'édition

La dimension environnementale de l'après-crise en débat
Luxembourg 3 min. 12.06.2020 Cet article est archivé

La dimension environnementale de l'après-crise en débat

La mobilité électrique est un des enjeux majeurs de l'après-crise sanitaire

La dimension environnementale de l'après-crise en débat

La mobilité électrique est un des enjeux majeurs de l'après-crise sanitaire
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 3 min. 12.06.2020 Cet article est archivé

La dimension environnementale de l'après-crise en débat

Les députés ont consacré une heure d'actualité au plan de relance économique du gouvernement, jeudi à la Chambre. Si l'idée de considérer la crise sanitaire comme une opportunité de rendre la société plus durable est partagée, les moyens pour y arriver divergent.

(JFC avec Marc Hoscheid) - A l'initiative de Claude Wiseler (CSV), les députés ont débattu de la dimension environnementale du plan de relance économique «Neistart Lëtzebuerg» jeudi lors d'un débat d'actualité au Parlement. Wiseler s'est posé la question de savoir si le nouveau départ devait être suivi d'un retour à la situation antérieure ou si l'économie devait être restructurée. Le député CSV est en tout cas d'avis que la politique de croissance actuelle devrait être reconsidérée, car elle «ne peut être réalisée à long terme».

Selon Wiseler, la mondialisation a «atteint ses limites». Et pour lui, le Luxembourg doit à nouveau réinstaller son industrie, car «c'est pour lui une question d'indépendance». En ce qui concerne le paquet de mesures du gouvernement, il a critiqué le soutien unilatéral apporté aux voitures électriques. Une aide devrait également être «accordée aux voitures hybrides et aux véhicules à faible consommation de carburant», estime-t-il.

Pour Max Hahn (DP), la numérisation pourrait jouer un rôle important dans l'orientation plus durable de la société
Pour Max Hahn (DP), la numérisation pourrait jouer un rôle important dans l'orientation plus durable de la société
Photo: Guy Wolff

Max Hahn (DP) voit également la crise comme une opportunité, à condition que les investissements soient consentis «dans les bons domaines». Par exemple, la numérisation pourrait jouer un rôle important dans l'orientation plus durable de la société. Le boom du télétravail, qui est passé de 20 à 70% pendant la crise, l'a prouvé.

Georges Engel, le président du groupe LSAP souligne pour sa part «l'importance de l'aspect social». Pour atteindre les objectifs du plan climat et énergie, les émissions de CO2 doivent être réduites de 7,6% chaque année jusqu'en 2030, et la crise devrait réduire les émissions de 8% en 2020. Cependant, il ajoute qu'«on ne peut pas se permettre de faire des coupes aussi drastiques dans la vie des citoyens chaque année».

Le pays ne se compose pas seulement d'une classe moyenne supérieure

Fernand Kartheiser (ADR) a notamment critiqué Déi Gréng, qualifiant les mesures présentées d'«économie planifiée». Ainsi, dans ce contexte, les entreprises ont avant tout besoin de «planifier la sécurité, en vue de garantir les emplois». Pour le député de l'ADR, la mobilité électrique soulève un sérieux problème en matière de droits de l'Homme, car «le cobalt nécessaire pour la production de piles est principalement extrait par des enfants».

Si David Wagner (Déi Lénk) ne relève pas de désaccord entre son parti et le gouvernement sur les objectifs, il pointe toutefois la manière de les atteindre. Le gouvernement entend réguler la crise par le biais de primes et donc via les mécanismes du marché. Or, de nombreux ménages pauvres n'auraient pas du tout accès à cette aide, c'est pourquoi il rappelle que «le pays ne se compose pas seulement d'une classe moyenne supérieure».

Carole Dieschbourg (à g.) et Claude Turmes ont souligné le succès des mesures "vertes" prises par le gouvernement
Carole Dieschbourg (à g.) et Claude Turmes ont souligné le succès des mesures "vertes" prises par le gouvernement
Photo: Gerry Huberty

Du côté du gouvernement, Claude Turmes (Déi Gréng), le ministre de l'Énergie a annoncé que «80 stations de recharge rapide seront installées à travers le pays d'ici la fin 2021». S'agissant de l'énergie solaire, le ministre a évoqué une augmentation de 30 mégawatts en 2019, soit trois à quatre fois plus qu'en Allemagne.

Sa consœur Carole Dieschbourg (Déi Gréng), ministre de l'Environnement a de son côté noté que les mesures du gouvernement étaient déjà bien accueillies par la population. Elle en veut pour preuve que dès la première semaine, le guichet «myenergy» avait déjà reçu 250 appels de personnes souhaitant bénéficier de primes. Alors qu'en temps normal, la moyenne se situe à 75 à 100 appels par mois.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Avant même que l'Etat ne vienne doubler le montant de ses primes, les adeptes du pédalage assisté avaient déjà trouvé le bon filon. Pour 2019, ce sont ainsi 1,64 million d'euros de soutiens qui ont été accordés.
L'annonce du ministre de l'Energie de ne reconduire l'avantage fiscal lié aux véhicules de société seulement pour des modèles électriques n'est pas du goût des professionnels de l'automobile. Et de klaxonner vivement sur le cavalier seul de Claude Turmes
la voix du luxembourg
Si la crise sanitaire a fait chuter les ventes de carburant au Luxembourg, elle n'a en revanche produit qu'un effet limité sur la qualité de l'air. Selon François Bausch (Déi Gréng), il faut «encore attendre» avant de connaître «l'impact réel de la crise» sur l'environnement.
Lokales, Das Leben ist zurückgekehrt, Terrassen, Luxembourg stadt, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
A l'avenir, pour les entreprises et les salariés, l'Etat ne procédera à la défiscalisation que pour les modèles à propulsion électrique. Claude Turmes, ministre de l'Energie, a levé le voile sur cette mesure qui entrera dans la prochaine réforme fiscale.
Le volet écologique du plan de redémarrage "Neistart Lëtzebuerg" passera par l'augmentation des primes accordées pour l'amélioration de l'efficacité énergétique de l'habitat et encouragera le déploiement des énergies renouvelables. Ce sera tout bénéfice pour les citoyens, le climat et... les artisans.
Isolation
Avec 150 MW de puissance disponible à partir des installations déjà en place, le Luxembourg a doublé sa capacité de production en sept ans. Et de nombreuses implantations sont attendues pour 2020, notamment au-dessus de la Philharmonie au Kirchberg.
Solaranlage Fotovoltaik
Malgré des coûts à la hausse, «investir dans une voiture électrique reste rentable», estime ce mercredi le ministre de l'Energie. Et Claude Turmes de préciser que les «frais d'entretien restent bien inférieurs à ceux des voitures thermiques».