Changer d'édition

La deuxième vague signe la fin de l'état de grâce
Luxembourg 4 min. 11.11.2020 Cet article est archivé

La deuxième vague signe la fin de l'état de grâce

Si une majorité d'électeurs continuent de soutenir l'action du gouvernement dans sa gestion de la pandémie, les effets psychologiques des mesures commencent à peser sur les esprits.

La deuxième vague signe la fin de l'état de grâce

Si une majorité d'électeurs continuent de soutenir l'action du gouvernement dans sa gestion de la pandémie, les effets psychologiques des mesures commencent à peser sur les esprits.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 4 min. 11.11.2020 Cet article est archivé

La deuxième vague signe la fin de l'état de grâce

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Si neuf électeurs sur dix soutenaient le gouvernement lors de l'arrivée de la pandémie au Luxembourg, ce nombre n'atteint désormais plus que six électeurs sur dix, selon les résultats du Politmonitor de novembre 2020, réalisé pour le compte du «Luxemburger Wort» et de «RTL».

Six mois après la mise en place des premières mesures sanitaires en lien avec la circulation du covid-19 au Luxembourg, la situation pèse sur les esprits. Et donc sur la perception de la situation actuelle. C'est ainsi que 56% des 1.039 personnes interrogées par TNS-Ilres dans le cadre du Politmonitor déclarent connaître un stress psychologique, en lien direct avec le respect des gestes barrières. Que ce soit le port du masque ou l'application stricte de la distanciation sociale. 14% d'entre eux déclarent même subir un impact très fort sur leur quotidien.

Une perception négative qui concerne essentiellement les personnes actives, puisque plus d'une personne sur deux, âgée entre 18 et 54 ans, se dit affectée. Tendance nettement plus forte auprès des plus jeunes, puisque 70% des 18-24 ans ressentent ces mesures comme de réelles contraintes. En particulier dans leurs interactions sociales, fortement impactées par le couvre-feu, les restrictions imposées au sein de l'Horeca ou bien encore la limitation des événements à moins de 100 personnes

Cet état d'esprit général a pour conséquence directe une modification de la manière dont le gouvernement gère la crise. Si neuf électeurs sur dix trouvaient, au début de la crise sanitaire, que les mesures mises en oeuvre au Luxembourg étaient adaptées et que l'exécutif faisait «un bon travail», dont la moitié faisait état d'un «très bon travail», la donne a changé six mois plus tard. 

Si le gouvernement conserve le soutien de la majorité du panel représentatif, ils ne sont plus que six électeurs sur dix à faire état d'un «bon travail» dans la gestion de crise. Alors qu'un quart des sondés (24%) évoque «un très bon travail», ils sont un tiers (37%) à estimer un «mauvais travail». 

A noter que la perception des électeurs interrogés varie en fonction des partis de la coalition, le DP et le LSAP parvenant à tirer leur épingle du jeu, à la différence de Déi Gréng en charge d'aucun ressort en lien direct avec le secteur de la santé. Si les libéraux et les socialistes décrochent 39 et 38% d'opinions favorables, les écologistes obtiennent, eux, 22%. Interrogés également sur l'action du CSV, principal parti d'opposition, les sondés jugent cette dernière peu visible, puisque moins d'un sur cinq (19%) la considère comme étant du «très bon travail».


Lok , Coronavirus , Sars-CoV-2 , Covid-19, Xavier Bettel und Paulette Lenert besuchen Hopital Kirchberg , Hopitaux Robert Schuman , Mundschutz , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Face au covid, de nouvelles mesures en salle d'attente
Alors que le Premier ministre avait assuré que «le moment de vérité» sur la pandémie devait tomber cette semaine, aucune nouvelle annonce n'a été faite lors du Conseil de gouvernement de vendredi. Idem lors de la réunion de la commission de la Santé, organisée le même jour.

L'un des autres enseignements de cette édition du Politmonitor réalisé pour le compte du Luxemburger Wort et de RTL tient notamment dans le ressenti des mesures sanitaires décidées face à la deuxième vague. Des mesures différentes de celles appliquées chez nos voisins puisqu'à ce jour, un nouveau confinement ne figure pas à l'ordre du jour. Or, les avis sur la question apparaissent comme partagés. Si 46% des personnes interrogées jugent que les mesures en vigueur sont «correctes», 41% estiment qu'elles ne sont «pas assez sévères». Et 9% estiment qu'elles sont «exagérées».

Une perception différente de la situation qui se retrouve notamment entre les plus jeunes et les plus âgés. Si les avis sont relativement partagés entre 18 et 54 ans, avec une tendance en direction d'un satisfecit sur la vigueur des mesures en application, les avis s'affirment comme plus tranchés à partir de 55 ans. Pour ces catégories d'âge, une majorité affirme ne pas vouloir de durcissement.

Pour mémoire, le Luxembourg enregistre à ce jour officiellement 206 victimes du covid et voit le nombre d'hospitalisations de malades du virus ou cas suspects atteindre les 230 personnes. Selon Xavier Bettel (DP), le «moment de vérité» autour de l'évolution de la pandémie devait se situer début novembre. Une affirmation laissée à ce jour en suspens, le Premier ministre n'ayant plus communiqué sur le sujet depuis une dizaine de jours. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Bien que la fin de la pandémie ne soit pas encore à l'ordre du jour, le recul important des effets du covid-19 au Luxembourg rebondit sur l'exécutif qui bénéficie d'un soutien massif des électeurs, selon les conclusions du Politmonitor réalisé pour le «Luxemburger Wort» et «RTL».
IPO , PK Xavier Bettel und Paulette Lenert ,Corona , Covid-19 , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Malgré les nombreuses restrictions imposées par la situation sanitaire, huit résidents sur dix accordent leur confiance au gouvernement pour parvenir à une sortie de crise, selon un sondage commandité par le «Luxemburger Wort» et «RTL» et publié mardi par TNS-Ilres.
Au cours des trois décennies à venir, le Luxembourg devrait être le point de chute de 131.210 nouveaux salariés, selon les prévisions des offices statistiques de la Grande Région. Soit une hausse d'un tiers par rapport à la population active actuelle.
Alors que le Premier ministre avait assuré que «le moment de vérité» sur la pandémie devait tomber cette semaine, aucune nouvelle annonce n'a été faite lors du Conseil de gouvernement de vendredi. Idem lors de la réunion de la commission de la Santé, organisée le même jour.
Lok , Coronavirus , Sars-CoV-2 , Covid-19, Xavier Bettel und Paulette Lenert besuchen Hopital Kirchberg , Hopitaux Robert Schuman , Mundschutz , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Si la production de données autour de l'évolution de la pandémie au Luxembourg reste «un combat», Serge Allegrezza, estime que «la tendance à vouloir tout exprimer en chiffres» constitue une tendance de fond. Raison pour laquelle le Statec va s'intéresser aux données en temps réel.
online.fr, Statec, Serge Allegrezza Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort