Changer d'édition

La deuxième vague d'infections attendue de pied ferme
Luxembourg 4 3 min. 23.04.2020

La deuxième vague d'infections attendue de pied ferme

La deuxième vague d'infections attendue de pied ferme

Photo: Sibila Lind
Luxembourg 4 3 min. 23.04.2020

La deuxième vague d'infections attendue de pied ferme

Opérationnels depuis fin mars, les quatre centres de soins avancés enregistrent une fréquentation en baisse ces derniers jours. Si la possibilité d'une activité plus réduite est envisagée, les responsables sanitaires se méfient d'un nouveau pic, lié à la réouverture des chantiers.

(Jmh avec Jacques Ganser) - Que ce soit au Kirchberg (Luxexpo the Box), à Belval (Rockhal), à Ettelbruck (Däichhal) ou à Grevenmacher (Centre culturel), les centres de soins avancés (CSA) ne tournent plus à plein régime. Opérationnels depuis le 28 mars, ces structures vouées à désengorger les urgences des hôpitaux et les cabinets médicaux de patients infectés par le covid-19 enregistrent désormais «un afflux ralenti», reconnaît le Dr Pierre Hertz, directeur des quatre centres.

Si ce dernier estime que les CSA ont «rempli leur rôle» en permettant une première prise en charge sanitaire dans les premières semaines, il évoque désormais une fréquentation non seulement moindre ces derniers jours, mais également «très irrégulièrement répartie». En lien direct avec la tendance actuelle à la baisse des nouvelles infections enregistrées. 

«Nous n'avons eu que quelque 70 personnes dans les quatre centres ce week-end», assure le Dr Hertz qui ne peut expliquer les raisons précises pour lesquelles le CSA installé au Kirchberg, par exemple, sera fortement fréquenté un jour et beaucoup moins le lendemain. Seule tendance observée depuis le début de la semaine, l'afflux plus important enregistré sur le site de la Rockhal qui serait lié à la reprise de l'activité au sein du secteur de la construction. 

«Cela peut être lié au fait que de nombreux entrepreneurs ont envoyé leur personnel faire des tests, ou encore au fait que les employés qui hésitaient à reprendre le travail se sont présentés à l'examen», estime le responsable sanitaire sans toutefois avancer de chiffres de fréquentation. Mais ce dernier d'indiquer tout de même que «de nombreuses personnes» qui transitent par les CSA présentent des symptômes du covid-19.

Ces dernières sont alors orientées vers les services dédiés au sein des hôpitaux les plus proches. Les autres patients, atteints d'autres maladies, sont généralement envoyés aux urgences. Face à cette baisse globale de l'activité, l'option d'une ouverture plus réduite pour les prochains jours est envisagée, comme c'est le cas à Grevenmacher où le centre n'ouvre plus ses portes qu'entre 10h et 18h, contre un dispositif actif entre 8h et 20h ailleurs.

Même si l'hypothèse d'une fermeture complète du CSA de l'Est du pays, moins fréquenté que les trois autres, n'est pas à l'ordre du jour, la question de la réactivation à plein régime est analysée. «Dans les 10 à 14 jours à venir, nous devrions assister à une nouvelle hausse des cas d'infection en raison de la reprise d'une partie de l'activité économique, la fameuse deuxième vague», affirme le Dr Hertz. Raison pour laquelle ce dernier estime que «même si nous devions être amenés à fermer un centre, nous devrions être en mesure de le rouvrir dans un délai très court». 


Dès leur arrivée à l'entrée d'un des quatre centres, les patients se font prendre la température
Voyage en immersion dans les centres de soins avancés
Le centre culturel de Grevenmacher, Luxexpo The Box au Kirchberg, la Rockhal à Belval et le hall du Deich à Ettelbruck accueillent les patients soupçonnés d'infection au coronavirus. Ces structures de première ligne à grande capacité sont pleinement opérationnelles depuis la semaine dernière.

Interrogé sur la gestion de la pandémie, notamment en comparaison de nos voisins belges et français, le responsable des CSA estime que« le taux relativement faible d'infection» enregistré au Grand-Duché s'explique avant tout par «la discipline des citoyens» mais aussi par «la décision très précoce» de mise en place du confinement. Se disant «positivement surpris que cette première vague ait abouti à des taux d'infection comparativement faibles», le Dr Hertz affirme cependant que «c'était une question de quelques jours».

Prenant l'exemple des structures sanitaires mises en place de l'autre côté des frontières, comme à Thionville installée il y a deux semaines, le responsable luxembourgeois juge non seulement que le pays «a fait ce qu'il fallait» mais aussi qu'il est équipé d'«un instrument puissant pour se préparer à une éventuelle deuxième vague».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le covid-19, source de maladie professionnelle
L'Association d'assurance accident a déjà reconnu que douze salariés avaient bien été contaminés par le virus sur leur lieu de travail, au Luxembourg. De quoi, notamment, leur valoir une prise en charge à 100% des soins.
A cashier works wearing a face mask in a supermarket on April 15, 2020, in Givors, near Lyon, on the 30th day of a strict lockdown in France aimed at curbing the spread of the COVID-19 infection caused by the novel coronavirus. (Photo by JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)
«Nous avons peur, mais nous sommes là»
La crise du covid-19 amène le personnel hospitalier au bord de l'épuisement. Chaque jour, chaque minute, ces professionnels de santé se battent et rassemblent tout leur courage pour lutter contre le virus et ne pas perdre espoir. Aperçu, en vidéo, de ce combat en première ligne, au cœur des unités covid-19 du CHL.
Coronavirus - Hôpital Kirchberg - COVID-19 - intensivstation  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le déconfinement démarre en douceur
Jour un de la reprise économique dans quelques secteurs à peine, après cinq semaines de paralysie imposée par le coronavirus. Le retour des ouvriers a bien eu lieu ce lundi sur différents chantiers et il y a eu des files devant les magasins de bricolage.
Wiedereröffnung Baustellen - COVID-19 - Tram Baustelle - Avenue de la Liberté - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Les quatre centres de soins avancés quasi opérationnels
Le dernier centre régional à grande capacité sera ouvert ce vendredi à Grevenmacher. Destinés aussi bien à accueillir des patients qui présentent des signes d'infection que d'autres, ces structures seront ouvertes douze heures par jour, weekend compris.
Lokales, Centre de soins avancés Rockhal, Belval, Esch Alzette. Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort