Changer d'édition

La dette de l'Etat a baissé de 2,3% depuis 2013
Luxembourg 09.12.2016 Cet article est archivé
Pas de nouvel emprunt en 2016

La dette de l'Etat a baissé de 2,3% depuis 2013

Pas de nouvel emprunt en 2016

La dette de l'Etat a baissé de 2,3% depuis 2013

Shutterstock
Luxembourg 09.12.2016 Cet article est archivé
Pas de nouvel emprunt en 2016

La dette de l'Etat a baissé de 2,3% depuis 2013

Anne FOURNEY
Anne FOURNEY
Le Luxembourg réduit sa dette. Grâce à des finances saines et équilibrées, l'actuel gouvernement est fier d'annoncer qu'il n'a pas souscrit de nouvel emprunt en 2016.

Le Luxembourg réduit sa dette. Grâce à des finances saines et équilibrées, l'actuel gouvernement est fier d'annoncer qu'il n'a pas souscrit de nouvel emprunt en 2016.

L'endettement de l'Etat est passé de 15,7% du PIB en 2013 à 13,4% en 2016. La dette de l'Etat se chiffre à 7,1 milliards d'euros en 2016.

 «Les chiffres montrent clairement que notre politique d’assainissement des finances publiques porte ses fruits», s'est félicité le ministre des Finances Pierre Gramegna. «La spirale de l’endettement est durablement brisée. Le niveau d’endettement est aujourd’hui non seulement moins élevé qu’en 2013, il reste également inférieur aux projections antérieures.»

La dette de l'Etat a baissé de 2,3% en trois ans. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

C'est une première depuis 2013 et l'arrivée au pouvoir du gouvernement Bettel. Le Luxembourg a placé cette semaine un emprunt obligataire de 2 milliards d'euros qui va permettre de «maintenir un niveau élevé d'investissements».
Fin 2017, la dette publique de l'Etat luxembourgeois actuellement de 20,5% du PIB passera à 22,5% du PIB.
Il aura tout juste fallu 40 minutes à Pierre Gramegna, ministre des Finances, pour présenter le budget de l'Etat pour 2017 devant le parlement. Esquissant un tableau très positif de la situation dans laquelle se trouve le Luxembourg.
«Nous avons toutes les raisons d'envisager l'avenir avec optimisme», a estimé mercredi Pierre Gramegna en présentant le budget du gouvernement Bettel pour 2017.