Changer d'édition

La dépression menace un salarié sur trois
Luxembourg 3 min. 10.03.2021 Cet article est archivé

La dépression menace un salarié sur trois

Selon l'étude de la CSL, 16% des parents célibataires présenteraient des signes forts de dépression.

La dépression menace un salarié sur trois

Selon l'étude de la CSL, 16% des parents célibataires présenteraient des signes forts de dépression.
Photo: Getty Images
Luxembourg 3 min. 10.03.2021 Cet article est archivé

La dépression menace un salarié sur trois

Anne-Sophie DE NANTEUIL
Anne-Sophie DE NANTEUIL
Depuis le début de la pandémie, la santé mentale des travailleurs s'est nettement détériorée. Si le risque est présent dans toutes les tranches d'âge et tous secteurs d'activité, les parents isolés seraient néanmoins particulièrement exposés.

Si elle a fortement impacté les enfants et adolescents, la crise covid n'a pas non plus épargné les salariés. La pandémie a ainsi impacté le travail quotidien de près de la moitié des salariés au Luxembourg, mais aussi affecté leur santé mentale. Selon une étude menée par la Chambre des salariés (CSL) entre juin et septembre 2020, près d'un travailleur sur trois - sur les 2.364 salariés interrogés - présenterait un risque de dépression, et plus d'un sur dix montrait des «signes très forts». 


WI,Vorstellung Pressekonferenz Quality of Work Index.Nora Back, Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
«La troisième vague de la pandémie sera mentale»
Traditionnel indicateur de la situation dans les entreprises, le «Quality of work index» de la Chambre des salariés, publié mercredi, fait état d'une «dégradation considérable» de la situation au Luxembourg en 2020. Conséquence directe de la pandémie et de ses effets collatéraux.

Un constat alarmant. En l'espace d'un an, le risque de dépression élevé est donc passé de 8 à 11%. Mais tous les salariés ne sont pas touchés de la même manière. Le danger menacerait en effet davantage les femmes (13%) que les hommes (9%). Mais d'autres facteurs entreraient également en jeu, tels que l'âge, la situation maritale ou la présence d'enfants à charge. 

Ainsi, la proportion de personnes dont le bien-être émotionnel s'est détérioré est plus élevée parmi les personnes vivant seules. Une part d'autant plus importantes chez les parents isolés, qui comptent une plus grande proportion de personnes présentant un risque élevé de dépression (16%). Mais les jeunes adultes ne seraient pas pour autant épargnés : 28% d'entre eux représentent ainsi un risque modéré de dépression. 

Enfin, si le télétravail ne semble avoir un impact que limité, le type de profession et le secteur d'activité jouent en revanche un rôle important. A en croire l'étude, ce sont les salariés dans les professions élémentaires (24%) mais aussi les dirigeants, cadres de direction, gérants (20%) qui présentent le plus souvent un risque élevé de dépression. 

Quant au secteur, cette vague de dépression menace essentiellement les activités spécialisées, scientifiques et techniques et activités de services administratifs et de soutien. Le risque serait ainsi considéré comme élevé pour 16% d'entre eux et modéré pour près d'un tiers (27%). Le secteur de la santé suit avec 15% de risque de dépression élevé et 30% de risque modéré. 


12.02.2021, Schleswig-Holstein, Kiel: Ein komplett mit Eis überzogenes Straßenschild, dass auf einen Fußgängerweg hinweist, steht am Ufer der Kieler Förde. Foto: Axel Heimken/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le bien-être des jeunes comme premier devoir
Contrecoup de la lutte anticovid, toute une génération s'est vu privée de ce qui fait le charme de son âge: l'école, les copains, les sentiments et expériences partagés. Il est donc plus que temps de se préoccuper du moral des élèves.

Conscient de ces nouveaux enjeux sanitaires, le gouvernement a fait de la santé mentale une priorité, et ce, dès le plus jeune âge. Le remboursement des séances de psychothérapie reste néanmoins encore et toujours un point de discorde entre CNS et la fédération des associations représentant des psychothérapeutes du Luxembourg (Fapsylux).

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La crise covid a bouleversé les modes de travail et vu se multiplier les possibilités de se mettre en retrait de son activité (infection, congé pour raison familiale, quarantaine). Mais ce n'est pas pour autant que les salariés ont déserté leur poste. Au contraire.
Plinpling
Contrecoup de la lutte anticovid, toute une génération s'est vu privée de ce qui fait le charme de son âge: l'école, les copains, les sentiments et expériences partagés. Il est donc plus que temps de se préoccuper du moral des élèves.
12.02.2021, Schleswig-Holstein, Kiel: Ein komplett mit Eis überzogenes Straßenschild, dass auf einen Fußgängerweg hinweist, steht am Ufer der Kieler Förde. Foto: Axel Heimken/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Alors que la pandémie sanitaire frappe le pays depuis près d'un an, les jeunes générations sont de plus en plus touchées psychologiquement. Une situation préoccupante que constatent les professionnels de santé au quotidien.
Au Luxembourg, entre 70 et 80 personnes se donnent volontairement la mort chaque année. Le taux des tentatives de suicide serait lui 10 à 20 fois supérieur.
Le risque de dépression au travail augmente dans les entreprises du Luxembourg. L'avis provient de la Chambre des salariés qui estime que près de 26,7% des embauchés pourraient être confrontés à cet état de détresse.