Changer d'édition

La délicate question de l'intégration en débat
Luxembourg 3 min. 29.01.2021 Cet article est archivé

La délicate question de l'intégration en débat

Avec 170 nationalités présentes sur son territoire, le Luxembourg souhaite s'adapter pour favoriser le vivre-ensemble.

La délicate question de l'intégration en débat

Avec 170 nationalités présentes sur son territoire, le Luxembourg souhaite s'adapter pour favoriser le vivre-ensemble.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 3 min. 29.01.2021 Cet article est archivé

La délicate question de l'intégration en débat

Si un large consensus a émergé, jeudi à la Chambre, autour du besoin de continuer à maintenir un Luxembourg multiculturel, l'ADR se démarque en plaidant pour une action à destination également des Luxembourgeois.

(Jmh avec Marc Hobscheid) - L'avenir de l'«esprit multikulti» était au cœur des échanges, jeudi, à la Chambre. Concept purement luxembourgeois lié à la présence de quelque 170 nationalités sur le territoire, ce dernier ne peut empêcher certaines difficultés. «Nous ne devons pas nous contenter d'apparences flatteuses», estime Paul Galles (CSV), initiateur du débat de consultation, en référence à l'image de tolérance et de richesses culturelles que promeut le Luxembourg à l'étranger. 


04.10.06 drapeau national luxembourg, proposition de michel wolter, photo: Marc Wilwert
Le Grand-Duché améliore son intégration des étrangers
Si des progrès restent à faire, les non-Luxembourgeois seraient davantage intégrés au pays qu'il y a cinq ans, selon l'Asti. Bien que des zones d'ombre persistent, notamment pour ce qui est de l'accès à la fonction publique.

Car le risque de voir s'accentuer le fait que les différentes communautés vivent les unes à côté des autres et non ensemble existe. Raison pour laquelle le député chrétien-social plaide pour la création d'«un centre qui n'exclut pas, mais qui unit». Pour ce faire, il plaide notamment pour l'amélioration de la participation politique des non-Luxembourgeois. 

Principalement au niveau communal, en inscrivant automatiquement sur les listes électorales les résidents qui auraient déjà voté à ces élections au cours des deux derniers scrutins. Mais aussi en s'inspirant des conseils de citoyens en place notamment dans la partie germanophone de la Belgique. L'intégration linguistique pourrait aussi, selon lui, être améliorée via une extension du congé linguistique pour apprendre le luxembourgeois.


Ilu. Luxemburg,Luxemburger Sprache,Nationalität. Foto:Gerry Huberty
La langue luxembourgeoise rime avec intégration
Luxembourgeois et étrangers affichent une approche pragmatique du «vivre-ensemble». Une étude publiée ce lundi par l'Asti montre que la famille est constitutive de l'identité pour la majorité alors que la langue apparaît essentielle en matière d'intégration.

«Un pays et une société ne fonctionnent réellement que s'ils connaissent leur histoire», assure de son côté Simone Asselborn-Bintz (LSAP). Référence directe au passé d'émigration, mais aussi d'immigration du pays. Sur une population active de 445.000, seul un tiers possède la nationalité luxembourgeoise a rappelé l'élue socialiste qui estime que «la langue ne doit pas être un obstacle à la réussite scolaire». Et cette dernière de plaider pour «une alphabétisation partielle en français», solution qui permettrait de contribuer à éviter une partie des écueils actuels.

Pour Charles Margue (Déi Gréng), la complexité du pays ne peut être perçue de l'étranger, raison pour laquelle «chacun doit faire sa part pour assurer une intégration réussie». Mais pour cela, il faut que tous bénéficient des mêmes chances, notamment dans le soutien reçu par les services d'intégration des communes. Or, cette offre «diffère fortement» d'une partie du territoire à l'autre. Ce qui nécessite «une plus grande professionnalisation» des communes dans ce domaine.


IPO , ADR , Bilanz Chambersession , Fernand Kartheiser , Gast Giberyen , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
L'ADR joue la carte de l'offensive
Le parti d'opposition a dressé le bilan des douze derniers mois à la Chambre. Sans surprise, la majorité mais aussi le CSV figurent parmi les cibles privilégiées de Fernand Kartheiser qui a aussi rendu hommage à son prédécesseur à la Chambre Gast Gibéryen.

Cheval de bataille de Fred Keup (ADR), la question de la valorisation du luxembourgeois a été au centre de sa position, le nouveau député estimant que «malgré toutes les concessions linguistiques faites par les Luxembourgeois, il faut s'attendre à ce que les étrangers apprennent notre langue». Et ce dernier d'estimer qu'une intégration réussie passe par la motivation personnelle, l'ouverture d'esprit des résidents et par l'école publique. Mais si cette dernière «est difficile pour les étrangers, elle l'est aussi pour les Luxembourgeois car beaucoup ont des difficultés à parler français», indique-t-il. Un fossé qui se creuserait d'autant plus que «de plus en plus d'enfants fréquentent des écoles privées, surtout dans la capitale».

Un discours qui entre quelque peu en collision avec la vision défendue par Corinne Cahen (DP), ministre de la Famille et de l'Intégration. Car pour elle, «il ne suffit pas de demander aux nouveaux arrivants de s'adapter». Et de se demander si le terme d'«intégration» reste toujours d'actualité ou si le processus ne doit pas plutôt être pensé en termes «d'apprentissage des uns et des autres» afin de «créer un Luxembourg ensemble». A noter que ce débat s'intègre dans les réflexions en cours autour de la réforme de la loi de 2008 sur l'intégration qui doit être réalisée dans les prochains mois.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Cinq ans après la dernière grande vague d'immigration, la situation des bénéficiaires de protection internationale reste compliquée. Les difficultés d'accès au marché du travail et à un logement constituent une réalité, «faute de volonté politique» selon les associations.
ARCHIV - Ein Flüchtling sitzt am 10.10.2014 in München (Bayern) in einem Unterkunftszelt am Internationalen Jugendübernachtungscamp am Kapuzinerhölzl in seinem Bett.    (zu «dpa-Umfrage in den Bundesländern zur Flüchtlings-
unterbringung» vom 04.01.2017) Foto: Tobias Hase/dpa +++(c) dpa - Bildfunk+++
Si une manifestation est organisée vendredi en signe de solidarité aux afro-américains victimes de racisme, l'événement sera également l'occasion de revenir sur une problématique peu médiatisée au Grand-Duché, bien qu’existante selon les associations.
Lok , Luxemburg Stadt , Bevölkerung , Demografie , Grand Rue , Foto:Guy Jallay/Luxembuzrger Wort
Luxembourgeois et étrangers affichent une approche pragmatique du «vivre-ensemble». Une étude publiée ce lundi par l'Asti montre que la famille est constitutive de l'identité pour la majorité alors que la langue apparaît essentielle en matière d'intégration.
Ilu. Luxemburg,Luxemburger Sprache,Nationalität. Foto:Gerry Huberty
De ses jeunes années au Lycée de Garçons du Limpertsberg, Emile Eicher a conservé le sentiment que l'apprentissage du français devrait se faire moins rigoureux et plus vivant. Député CSV depuis neuf ans, il dénonce aujourd'hui une lourdeur administrative qui, selon ses mots, pèserait sur le Grand-Duché, à tous niveaux.
10.7.2018 Luxemboug, ville, CSV, Emile Eischer,   photo Anouk Antony
Depuis les modifications apportées à la loi sur la nationalité, se cache parfois derrière la nationalité luxembourgeoise une autre nationalité. Comment penser dans ce cas la cohésion sociale et l'intégration? Quel est l'impact de l'article 89 sur les nouvelles acquisitions de nationalité?