Changer d'édition

La CSL s'oppose à une école obligatoire jusqu'à 18 ans
Luxembourg 2 min. 29.09.2022
"Une entrave à la liberté individuelle"

La CSL s'oppose à une école obligatoire jusqu'à 18 ans

Une telle extension «prive le jeune de 16 ans de la possibilité d'aller travailler et de cotiser en vue de sa retraite» selon la CSL.
"Une entrave à la liberté individuelle"

La CSL s'oppose à une école obligatoire jusqu'à 18 ans

Une telle extension «prive le jeune de 16 ans de la possibilité d'aller travailler et de cotiser en vue de sa retraite» selon la CSL.
Photo: dpa
Luxembourg 2 min. 29.09.2022
"Une entrave à la liberté individuelle"

La CSL s'oppose à une école obligatoire jusqu'à 18 ans

Thomas BERTHOL
Thomas BERTHOL
Prolonger l'obligation scolaire de 16 à 18 ans ne convainc pas la Chambre des salariés, qui y voit seulement une astuce pour masquer les chiffres inquiétants du décrochage scolaire. Un avis partagé aussi par l'OGBL.

Avant les prochaines élections législatives en octobre 2023, Claude Meisch (DP) souhaiterait rendre l'école obligatoire de 16 à 18 ans. Cette mesure n'est toutefois pas vue d'un bon œil par la Chambre des salariés (CSL). Celle-ci a estimé lors de sa conférence de presse de rentrée ce mercredi qu'une telle extension «prive le jeune de 16 ans de la possibilité d'aller travailler et de cotiser en vue de sa retraite». La CSL considère même que cette mesure constitue «une entrave à la liberté personnelle de l'individu». Elle souligne aussi que ce projet entrerait en conflit avec le Code du travail qui prévoit la possibilité de travailler à partir de l'âge de 15 ans. 


08.09.2022 Claude Meisch Bildungsminister , Interview Virgule , Ministère de l'Education ,  Luxemburg , Foto: Marc Wilwert / Luxemburger Wort
Claude Meisch détaille les nouveautés de la rentrée
A quelques jours de la rentrée scolaire, le ministre de l'Education Claude Meisch explique les nouvelles mesures prévues pour cette rentrée.

Pour la CSL, prolonger l'obligation scolaire ne permettra pas non plus de régler le problème de l’abandon scolaire et du chômage de jeunes non qualifiés. Selon elle, les problèmes scolaires qui poussent les jeunes à quitter l'enseignement à 16 ans ont déjà souvent leur origine à l'école fondamentale.

Si la CSL se demande si cette mesure est efficace ou s'il s'agit d'«un trompe-l’œil», l'OGBL s'interroge s'il est question d' «une solution ou d'un emplâtre sur une jambe de bois». La section jeune du syndicat (OGJ) ne se dit pas non plus convaincue par cette mesure. Pour l'OGJ, la possibilité de pouvoir travailler en cas de décrochage scolaire à 16 ans «permettait en effet aux jeunes concernés d’atteindre assez rapidement une autonomie et constituait en même temps une première expérience qui souvent les conduisait plus tard à réintégrer le milieu scolaire en vue de l’obtention d’un diplôme».


Le décrochage scolaire a repris de plus belle chez les jeunes
Le phénomène est en hausse chez les jeunes âgés entre 16 et 18 ans. Faut-il y voir un effet de la crise sanitaire qui n'a cessé de provoquer des remous dans les établissements scolaires ?

La CSL et l'OGJ considèrent que le projet de Claude Meisch ne permettra en réalité que «d'assainir les mauvais chiffres en matière de décrochage». Le nombre d'étudiants de 16-17 ans considérés comme étant en décrochage scolaire était de 273 en 2020-2021 contre 237 en 2019-2020, soit une augmentation de 15%.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le jeudi 15 septembre, les jeunes écoliers reprennent le chemin vers l'école. Découvrez dans ce dossier nos sujets consacrés à cette nouvelle rentrée scolaire.
Lokales, Rentrée Scolaire, Erster Schultag, Schule, Schüler Grundschule Sassenheim, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort