Changer d'édition

«La crise actuelle va bien au-delà de la pandémie»
Luxembourg 6 min. 01.07.2020

«La crise actuelle va bien au-delà de la pandémie»

Nicolas Buck, le président de l'UEL, demeure confiant quant à l'issue de la tripartite de ce vendredi.

«La crise actuelle va bien au-delà de la pandémie»

Nicolas Buck, le président de l'UEL, demeure confiant quant à l'issue de la tripartite de ce vendredi.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 6 min. 01.07.2020

«La crise actuelle va bien au-delà de la pandémie»

Nicolas Buck, le président de l'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL), livre ses sentiments avant la tripartite de vendredi. Le «patron des patrons» insiste sur «le monde du travail de demain», des compétences à acquérir et dénonce à nouveau «les lourdeurs administratives».

DH avec Dani Schumacher

Nicolas Buck, la tripartite qui se réunira vendredi était en premier lieu une exigence des syndicats, non des employeurs. Vous y avez pourtant souscrit, pourquoi?

Nicolas Buck - «La situation est grave. Ni les perspectives à court terme, ni celles à long terme ne sont bonnes. Il est donc logique que les partenaires sociaux s'assoient à la même table que le gouvernement.

Cette tripartite va se dérouler dans des conditions exceptionnelles. Généralement, les partenaires sociaux entament des pourparlers avec des demandes spécifiques. Cette fois-ci, un solide plan d'aide est déjà sur la table...

«Le plan d'aide ne sera pas la priorité de cette tripartite. Mais le sujet reste d'actualité et des ajustements sélectifs sont nécessaires. Certaines mesures fonctionnent très bien, d'autres non. Et elles ne fonctionneront probablement jamais. Le marché du travail sera donc le thème dominant de la tripartite. 

Le chômage, le monde du travail de demain et des compétences seront au centre des discussions. Les salariés représentent 90% de la population active et si nous voulons maintenir une communauté solidaire, alors toutes ces personnes ont besoin d'un emploi. Le marché du travail doit fonctionner, les entreprises doivent donc créer des emplois. Les défis sont les mêmes qu'avant la pandémie, mais la crise les exacerbe.

Les syndicats ne seront guère en désaccord avec vous sur ce point. Ils auront probablement aussi l'emploi en tête de leur agenda...

«En effet, je suppose que les syndicats aborderont également la politique du marché du travail. La réunion de vendredi marque le début d'un processus. Aucune décision ne sera probablement prise ce jour-là et il s'agira plutôt d'aligner les priorités des deux parties pour voir où sont les interfaces qui méritent d'être discutées. Le gouvernement doit ensuite décider de la marche à suivre et tracer la route.


«L'économie doit pouvoir respirer»
Le président de l’UEL Nicolas Buck appelle à des pourparlers bilatéraux avec le gouvernement sur le droit du travail. Par ailleurs, pour répondre aux défis du XXIe, il estime légitime de réclamer un cadre qui permette aux entreprises de se développer.

Pourquoi la politique du marché du travail est-elle si importante aux yeux des employeurs? Selon vous, quelles sont les adaptations à y appliquer?

«Si une entreprise souhaite se repositionner afin d'être compétitive, des sujets tels que les emplois et les compétences sont d'une importance capitale. A court terme, il s'agit de lutter contre le chômage. Les questions centrales sont les suivantes: que pouvons-nous faire pour aider les entreprises à créer des emplois en ces temps incertains? Que devons-nous faire pour qu'ils embauchent des apprentis ou des chômeurs?

Nous prévoyons une augmentation rapide du nombre de demandeurs d'emploi au cours des prochains mois. Pour relever ce défi, il est nécessaire d'adapter l'ensemble du système, de la formation à la formation continue, jusqu'à l'ADEM.

Ne devrions-nous pas également améliorer le droit du travail?

Les positions des employeurs et des syndicats divergent à ce sujet. Les syndicats sont toujours à la recherche d'une solution en droit du travail. Pour eux, le droit du travail est une sorte de catéchisme. Ils sont principalement concernés par la sécurité, la protection et les droits des travailleurs. Il n'y a absolument aucune objection à cela, mais si les entreprises ne créent pas d'emplois, la meilleure législation du travail restera inutile. De leur côté, les employeurs ont besoin d'un environnement favorable pour que les entreprises puissent se développer. Pour nous, il s'agit là de la clé de voûte d'une politique du marché du travail réussie.

Les entreprises doivent être placées au centre de la politique du marché du travail  

Les compétences sont une autre priorité. Pour se repositionner, les entreprises ont également besoin de suffisamment de flexibilité. Vous devez être en mesure de licencier des employés pour embaucher de nouveaux employés dans d'autres secteurs. Selon nous, les entreprises doivent être placées au centre de la politique du marché du travail, et c'est précisément ce qui fait défaut actuellement. Notre objectif est le plein emploi. Mais nous devons également nous assurer que les employés continuent de se développer et à mener une vie décente avec leurs revenus. Cela ne réussira que si les entreprises sont compétitives, peuvent se restructurer et se développer.

Nous abordons là le débat sur la croissance, n'est-ce pas?

Le débat sur la croissance a plusieurs facettes. L'important, ce sont les recettes de l'administration centrale. C'est exactement la différence entre la crise financière et la crise du covid-19. Les recettes de l'administration centrale n'ont jamais baissé pendant la crise financière. Tout le contraire de ce qui se passe lors de cette crise sanitaire. En 2019, nous étions au zénith. En 2020, les revenus diminueront pour la première fois depuis 20 ans. Et c'est exactement pourquoi nous avons besoin d'entreprises qui se développent, nous avons besoin d'entreprises modernes qui paient des impôts directement ou indirectement par le biais de l'impôt sur le revenu. 

Les entreprises ne devraient-elles pas se positionner de manière plus durable si elles se développent davantage? Nous allons finir par manquer de terrains à bâtir...

«Le problème n'est pas le terrain à bâtir, nous avons assez d'espace. Au contraire, nous sommes étouffés par les réglementations. Notre problème est notre lenteur. Depuis des années, nous discutons d'une usine de yaourts qui va créer 150 emplois. Nous sommes les champions de la lenteur. Nous devons également y faire face.


IPO,corona Tripartite Senningen. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le patronat salue «un échange constructif»
L'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL) a apprécié l'entrevue accordée par Xavier Bettel et sept de ses ministres mercredi matin. Même si rien ne presse encore à ses yeux, l'organisation patronale se dit prête à participer à une tripartite.

Il nous faut donc une deuxième loi Omnibus?

«Nous discutons de ce sujet depuis des années et nous n'arrivons à rien. Chaque fois qu'une crise survient, le problème s'aggrave. Nous devons investir de manière anticyclique, surtout en temps de crise. Cela vaut aussi bien pour l'Etat que pour le secteur privé. Si vous voulez investir, vous avez besoin de permis. L'Etat devrait donner aux entreprises les fonds leur permettant d'investir rapidement. C'est précisément cette lourdeur bureaucratique qui est notre deuxième sujet majeur que nous voulons aborder à la tripartite.

Selon vous, quelles sont les chances que la tripartite parvienne à un accord?

«Les chances sont bonnes. Je pense qu'il y aura un dialogue constructif. Je suppose que nous arriverons à une évaluation très similaire des défis auxquels le pays est confronté. Cependant, cela suppose que les syndicats, mais aussi le gouvernement, soient conscients que la crise actuelle va bien au-delà de la pandémie.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'UEL ne dira pas non à la tripartite
Pas véritablement favorable à la tenue d'une réunion entre gouvernement, syndicats et patronat, l'Union des entreprises luxembourgeoises se pliera toutefois à une éventuelle invitation du Premier ministre. Encore faut-il que celui-ci l'adresse...
Wirtschaft , Jean-Paul Olinger, UEL-Direktor. Thema: Wünsche der UEL an die REgierung, 100 Tage im Amt, Luxemburg, Luxemburg, Chambre de Commerce, Foto: PierreMatgé/Luxemburger Wort
Le SOS des commerces de la capitale
Attention, magasins en danger... Voilà le message d'alerte que lance l'Union commerciale de la Ville de Luxembourg au gouvernement. Dans l'espoir notamment d'une bouée de sauvetage qui viendrait les dispenser de payer leurs loyers.
Baustelle Tram und geschlossene Geschäfter im Garer Viertel, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
La pandémie condamne le Luxembourg au ralenti
Les mesures draconiennes adoptées par le gouvernement face à l'impact du coronavirus et les initiatives du secteur privé commencent à peser sur l'économie du pays. Pour un temps, nos habitudes de vie vont changer.
Lok , PK Corona , SARS-CoV-2 , ,Knuedler , Mairie  Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
«L'État doit accompagner financièrement les entreprises»
Alors que Nicolas Buck, son prédécesseur à la présidence de la Fedil, affichait un optimisme certain, Michèle Detaille, la première femme nommée à ce poste, se montre plus circonspecte. A l'heure de la transition écologique, l'ex-femme politique belge demande l'aide du gouvernement.
Wirtschaft, FEDIL Präsidentin Michèle Detaille Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Mais qui est la nouvelle patronne de l'OGBL?
Pour la première fois depuis sa création, le syndicat sera présidé par une femme: Nora Back. Un choix fait à 97,5% par les délégués nationaux, vendredi. L'ancienne secrétaire générale prend la succession d'André Roeltgen. Portrait d'une quadra engagée.
POL, Interview Nora Back, OGBL, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le patronat prêt à retrouver la tripartite
Au lendemain de la grande mobilisation qui a réuni près de 1.500 personnes à l'appel de l'OGBL, du LCGB et de la CGFP, le président de l'UEL affirme qu'il sera bien présent au prochain Comité permanent du travail et de l'emploi, le 2 décembre.
Nicolas Buck, «patron des patrons» reste ferme : «Il faut revoir les modalités de travail du Comité permanent du travail et de l'emploi».
Le dialogue social à la sauce patronale
Cette fois, le dialogue social entre le patronat luxembourgeois et les syndicats est bien rompu. L'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL) propose une nouvelle façon d'avancer en obligeant le ministre du Travail à prendre ses responsabilités.
Wirtschaft,CdP Fedil,Nicolas Buck,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort