Changer d'édition

La criminalité en col blanc dans le viseur de l'UE
Luxembourg 3 min. 16.06.2020

La criminalité en col blanc dans le viseur de l'UE

Le futur Parquet européen doit s'établir sur le site du Kirchberg en novembre 2020.

La criminalité en col blanc dans le viseur de l'UE

Le futur Parquet européen doit s'établir sur le site du Kirchberg en novembre 2020.
Photo: Antonio Pires
Luxembourg 3 min. 16.06.2020

La criminalité en col blanc dans le viseur de l'UE

L'Union européenne ambitionne prochainement de mettre sur pied une agence de lutte contre le banditisme financier. Les chances de voir cet organisme rejoindre le Luxembourg sont peu élevées d'autant que le pays a d'autres dossiers à traiter avec la Commission.

(ER avec Zuzanna Reda-Jakima) - L'Europe compte mettre en place un nouvel outil pour traquer le blanchiment d'argent annoncent ce mardi nos confrères du Luxembourg Times. La nécessité de mettre en place un nouvel organisme est apparue comme une évidence avec la multitude de scandales (Panama Papers, la  banque ABLV,...) récents qui ont démontré que de grosses sommes d'«argent sale» se retrouvaient dans le secteur financier européen. 

Cette initiative devrait être accueillie favorablement par de nombreux pays de l'Union européenne dont le Luxembourg, qui abrite différents services de l'UE.   


Coronavirus - Leere Plätze - Luxemburg - Lost City - Drone  - Plateau du Kirchberg -   Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Asselborn lutte pour garder un bout d'Europe
Le ministre des Affaires étrangères entend non seulement conserver la Chafea sur le sol luxembourgeois, mais aussi renforcer sa présence. Car les enjeux du départ annoncé de cette dernière vont au-delà du simple déménagement vers Bruxelles.

Selon une étude des Nations Unies, l'argent blanchi en un an équivaut entre 2% et 5% du PIB mondial, soit 800 milliards de dollars. Il y a donc urgence en la matière.  

«Il est absolument nécessaire de centraliser la surveillance anti-blanchiment», a déclaré Diane Pierret, professeure adjointe à l'Université de Luxembourg. «Alors que la criminalité devient de plus en plus internationale, les autorités locales ne peuvent pas répondre efficacement aux menaces et coordonner correctement leurs réponses.»  

Le dossier Chafea en suspens 

Paris est un candidat sérieux pour accueillir cette nouvelle agence. La Commission envisage prochainement d'élargir le mandat de l'Autorité bancaire européenne (ABE) qui est basée dans la capitale française. Ce qui implique qu'il n'y aurait pas besoin de gros investissements pour mettre en place cette nouvelle agence. Mais d'autres pays sont sur les rangs à l'image de l'Espagne ou encore l'Irlande. Deux pays qui, selon le Groupe d'action financière (GAFI), ont fourni de sérieux efforts pour lutter contre le blanchiment d'argent et sanctionner les criminels financiers. 

Quant au Grand-Duché, le pays, avec sa Place financière et sa communauté internationale, affiche de sérieux atouts comme le fait que le Luxembourg soit l'un des rares Etats de l'UE à avoir mis en œuvre la plupart des éléments de la dernière version de la directive européenne anti-blanchiment. Mais selon le Luxembourg Times,  les «chances d'accueillir l'agence sont minces» à cause de la «pression interne pour répartir les institutions européennes de manière plus homogène» au sein de l'UE.


Head of Romania's anti-corruption investigative body, DNA (Directia Nationala Anticoruptie), Laura Codruta Kovesi, gives a press conference at DNA's headquarters in Bucharest on February 14, 2018. 
Kovesi described the voices of the left majority calling for her resignation, as an "attack" on justice aimed at discrediting the institution. According to her, this attack launched  by people "indicted or sentenced", is not an accident, whereas the DNA obtained its "best results" during the last four years, with condemnations of more than 70 senior political leaders, including ministers and elected officials. / AFP PHOTO / Daniel MIHAILESCU
Le parquet européen peine à s'établir à Luxembourg
Peu de fonctionnaires semblent disposés à rejoindre les rangs de l'instance chargée d'enquêter contre la fraude au détriment de l'UE. La procureure Laura Codruta Kövesi réclame des moyens.

Le ministère des Affaires étrangères a refusé de commenter cette information. Jean Asselborn (LSAP) a d'autres dossiers plus urgents à mener comme celui de l'Agence exécutive en charge des programmes sur les droits des consommateurs, la santé, l'agriculture et la sécurité alimentaire (Chafea). Cette dernière est en effet amenée à rejoindre Bruxelles début 2010. Environ 80 personnes sont concernées par ce déménagement.

De plus, les services du ministre des Affaires étrangères et européennes ont également accueilli avec une certaine déception le fait que le Parquet européen (OEPP) nouvellement créé et qui siégera au Kirchberg dès novembre 2020, n'a pas été en mesure de présenter les effectifs attendus. Bien avant son ouverture, il a déjà réduit ses effectifs, supprimant 90 emplois par rapport à ses plans initiaux. Pour rappel, ce Parquet européen, qui sera dirigée par la Roumaine Laura Codruta Kövesi, doit veiller à la bonne utilisation des fonds mis à disposition par l'Europe.    

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Partant pour plus de moyens au Parquet européen
Parole de Premier ministre : le Luxembourg veillera à ce que la cheffe de la nouvelle institution dispose bien d'un nombre de personnels suffisant pour mener à bien sa mission. L'efficacité de la traque des délits à l'encontre des finances de l'Union est à ce prix.
Kirchberg - Photo : Pierre Matgé