Changer d'édition

La couverture sanitaire universelle refait parler d'elle
Luxembourg 3 min. 05.07.2021
Remboursement des soins

La couverture sanitaire universelle refait parler d'elle

A ce jour, les malades sans-papiers sont pris en charge gratuitement par des associations et ONG comme Médecins du Monde.
Remboursement des soins

La couverture sanitaire universelle refait parler d'elle

A ce jour, les malades sans-papiers sont pris en charge gratuitement par des associations et ONG comme Médecins du Monde.
Photo: Lex Kleren (archiives)
Luxembourg 3 min. 05.07.2021
Remboursement des soins

La couverture sanitaire universelle refait parler d'elle

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
Plusieurs associations et acteurs de la société civile relancent le débat autour de l'accès aux soins gratuits pour tous. Les mineurs, les jeunes précaires, ou encore les sans-papiers doivent être couverts par la CNS, estiment-ils dans une lettre ouverte publiée ce lundi.

Si le sujet avait été éludé par le covid et la gestion de la pandémie, voilà que la question de la couverture sanitaire universelle revient sur la table ce lundi. Dans une lettre ouverte, 13 organismes de la société civile interpellent les ministres de la Famille, de la Santé, de l'Immigration et de la Sécurité sociale, sur les inégalités d'accès aux soins au Grand-Duché.


Coronavirus - Hôpital Kirchberg - COVID-19 Stock  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Forces et faiblesses avouées du système de santé
L'absence de clarté sur le port des masques, le manque de données sur le matériel, un système qui repose en grande partie sur les frontaliers. Propulsée ministre de la Santé juste avant la crise sanitaire, Paulette Lenert, fait le point.

Les membres du groupe de travail Santé au sein du «Ronnen Dësch» demandent à ce que «l'accès gratuit aux soins» soit garanti pour tous au Luxembourg. La lettre pointe notamment du doigt le sort réservé aux jeunes de moins de 25 ans dans une situation précaire. «Non scolarisés» et ne percevant pas le Revis, la prise en charge de leurs soins par la Caisse nationale de santé (CNS) «n'est pas garantie» selon les signataires. Médecins sans frontières, l'Asti, Passerell et leurs cosignataires pointent également du doigt la situation des personnes en situation irrégulière, à commencer par les mineurs.

Bien que dans les faits leur cotisation puisse être «prise en charge par l'Etat», le groupe de travail du «Ronnen  Dësch» indique aux ministres que cette mesure est «encore peu connue» des prestataires de santé comme des partenaires sociaux. La création d'un «guide pour les professionnels» serait une solution selon ces organisations. 

Les 13 organismes estiment également que «l'offre de soins psychologiques» doit être augmentée dans le pays, que ce soit dans «les foyers, les centres de santé» ou «les services hospitaliers de jour», ce qui permettrait de «réduire les longs délais d'attente». Hasard du calendrier, le remboursement à 100% des séances de psychothérapie fait actuellement l'objet de débats entre la CNS et les représentants des professionnels du secteur. 

Si les deux instances peinent à s'accorder sur les dispositions de ce remboursement des soins par la CNS, toutes deux font état, comme les signataires de la lettre ouverte, de «l'urgence» de la situation engendrée par la crise sanitaire. Et pour cause: un salarié sur trois reste exposé à un risque de dépression, et les idées suicidaires sont en hausse de 15% chez les adolescents.


lokales
Le tiers payant pour tous en 2023
La mise en place, l'an prochain, d'une appli à destination des affiliés à la Caisse nationale de santé est le premier pas qui permettra bientôt à chaque assuré de ne plus avoir à avancer ses frais médicaux.

Pour rappel, l'accès à une couverture sociale, et par conséquent aux soins de santé de base, est réclamé par Médecins du Monde depuis 2018. L'ONG souhaiterait ainsi que toute personne étant au Luxembourg «depuis trois mois», puisse être couverte par l'assurance maladie, «même sans revenu ou logement stable», indiquait en 2020 la directrice de l'ONG Sylvie Martin à nos confrères de Paperjam.

Les différents ministères n'ont pour l'instant pas répondu à nos sollicitations à ce sujet. En revanche, l'extension du tiers payant à tous les affiliés de la CNS d'ici 2023 devrait représenter un premier pas dans l'élargissement de la couverture sociale. Une mesure dont se sont d'ailleurs réjouis les signataires de la lettre ouverte.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Caisse nationale de santé et la fédération représentant les psychothérapeutes doivent reprendre cette semaine les négociations autour du remboursement à 100% des psychothérapies. Mais pour les professionnels de santé, pas question de se laisser imposer un calendrier.
Depuis février 2020, le gouvernement tente de répondre aux défis imposés par un virus imprévisible. Une année marquée par des mesures inédites qui resteront dans les mémoires. Six ministres livrent leur vision personnelle des douze mois écoulés.
La mise en place, l'an prochain, d'une appli à destination des affiliés à la Caisse nationale de santé est le premier pas qui permettra bientôt à chaque assuré de ne plus avoir à avancer ses frais médicaux.
lokales
L'absence de clarté sur le port des masques, le manque de données sur le matériel, un système qui repose en grande partie sur les frontaliers. Propulsée ministre de la Santé juste avant la crise sanitaire, Paulette Lenert, fait le point.
Coronavirus - Hôpital Kirchberg - COVID-19 Stock  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Les enfants du Luxembourg reprennent ce lundi le chemin de l'école mais ont-ils tous les mêmes droits? Détenir ou non une carte de sécurité sociale ferait toute la différence tant au niveau de l'accès aux soins médicaux qu'en matière d'éducation.