Changer d'édition

La contestation des règles covid gonfle ses rangs
Luxembourg 7 3 min. 17.10.2021
Marche blanche

La contestation des règles covid gonfle ses rangs

Jamais la "Marche blanche" n'avait rassemblé autant de participants (ici place Guillaume).
Marche blanche

La contestation des règles covid gonfle ses rangs

Jamais la "Marche blanche" n'avait rassemblé autant de participants (ici place Guillaume).
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 7 3 min. 17.10.2021
Marche blanche

La contestation des règles covid gonfle ses rangs

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Une centaine voilà un mois, un millier il y a deux semaines, et maintenant plus de 3.500 participants. Aucun doute : les opposants aux mesures sanitaires ou sociales liées à l'épidémie se fédèrent de plus en plus.

Longtemps, la population luxembourgeoise s'est montrée docile durant cette crise covid. Et si ailleurs les opinions rebelles à la vaccination, aux restrictions de sortie ou au port du masque n'avaient guère tardé à se faire entendre dans la rue, le Grand-Duché semblait épargné. Jusqu'à cet automne, la capitale n'avait enregistré que quelques mouvements d'humeur. Rares, timides et sans mobilisation significative. Aussi, la «Marche blanche et silencieuse» de cette mi-octobre 2021 marque-t-elle un tournant.


Des tests offerts pour les schémas vaccinaux incomplets
Suite à la recommandation du Conseil d'Etat sur l'extension à venir du régime CovidCheck, la ministre de la Santé indique jeudi que des bons gratuits seront mis à disposition des personnes qui auront reçu une première injection avant le 18 octobre.

D'abord par son ampleur. Ainsi, vendredi soir, pas moins de 3.500 personnes ont tenu à afficher publiquement leur ras-le-bol des mesures sanitaires et sociales. Un cortège inédit depuis le début de la crise covid; un cortège qui a triplé en deux semaines. Une manifestation d'ampleur qui, des marches de la Philharmonie à celles de la Chambre des députés, a tenu à faire entendre sa voix. Enfin, ses voix plutôt tant les motivations des uns et des autres restent diverses. 

Cette Marche blanche du 15 octobre s'inscrit aussi dans un climat de défiance des choix de l'exécutif. Ainsi, quelques jours auparavant le Premier ministre et le directeur de la Santé n'hésitaient plus à témoigner des menaces de mort reçues en réponse à leurs prises de décision. Alors même que la campagne vaccinale a déjà atteint au-delà de 75% de la population luxembourgeoise, quelque chose se grippe incontestablement.

Pour peu, on pourrait voir là un mouvement de balancier. La grogne monte pas à pas alors que le rythme des contaminations marque le pas. Moins l'infection respiratoire se fait dangereuse et omniprésente, plus la soif de «liberté» (le mot le plus entendu dans les slogans au fil du cortège) se fait grande. De quoi mettre la pression sur les parlementaires qui, lundi matin, devront se prononcer sur les mesures qui s'imposeront pour les huit prochaines semaines. 

La grogne populaire fait aussi écho à celle des syndicats. OGBL, LCGB, CGFP sont vent debout face à la possible arrivée du CovidCheck à la porte des entreprises, certains participants à la Marche blanche ne cachaient pas non plus leurs réticences. «Vaccinés ou non-vaccinés, nous restons unis et solidaires. Nous refusons la division de la société», a-t-on pu entendre dans la bouche de manifestants craignant de voir le pays fonctionner à deux vitesses entre résidents ayant accepté la vaccination et les autres.


Illustration, Lokales, Politik, Online,  Demo, Impf,Masken-Gegner, ich war zufällig da, kein gefragtes Bild, keine weitere Infos  Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Un certificat médical douteux contre le port du masque
En exemptant un de ses patients à porter une protection buccale en pleine crise covid, le Dr Marcel Lang a-t-il agi en conformité avec les règles sanitaires et de la médecine? La justice contesterait son choix en raison du profil du patient, un anti-masque notoire.

Et une partie de la foule s'est trouvé un ''héros'', son résistant national. Après avoir été interdit de pratiquer la médecine pour un an (il a fait appel), voilà le Dr Benoit Ochs paré des vertus de chevalier blanc. Corona sceptique, volontiers critique avec les choix du ministère de la Santé, repoussant la vaccination particulièrement chez les enfants : le médecin généraliste controversé a été porté aux nues au cours de la mobilisation de vendredi dernier. 

La prochaine Marche blanche est prévue pour le 29 octobre.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'administration de la Santé estime à 3.203 le nombre d'infections covid actives au Luxembourg. Le pays n'avait pas enregistré un tel niveau d'infections depuis sept mois.
Comme deux semaines auparavant, près de 3.500 personnes ont à nouveau manifesté dans la capitale leur opposition aux mesures votées pour contrer l'épidémie covid. Un cortège aux motivations toujours aussi multiples.
La compagnie aérienne luxembourgeoise réclame, notamment, que ses passagers puissent voler sans protection buccale. Pas sûr que l'association du transport aérien international n'ait entendu le message.
09.10.2021, Brandenburg, Schönefeld: Reisende gehen am Hauptstadtflughafen Berlin Brandenburg «Willy Brandt» (BER) durch das Terminal 1. Foto: Christoph Soeder/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Si huit résidents sur dix se sont déclarés favorables à l'injection du sérum anti-covid, selon une étude du Statec parue mardi, certains s'y opposent encore et toujours. Avec comme argument principal les incertitudes dans les effets à long terme. Explications.
FILE PHOTO: A man walks past anti-vaccine graffiti amid the outbreak of the coronavirus disease (COVID-19) in Belfast, Northern Ireland January 1, 2021. REUTERS/Phil Noble/File Photo
Trop poreux pour retenir le virus ou au contraire susceptibles d'asphyxier son porteur... Ces théories servent souvent d'arguments dans les manifestations contre les mesures de lutte contre la pandémie qui se multiplient en Europe.
06.09.2020, Belgien, Brüssel: Demonstranten protestieren mit Plakaten gegen die Einschränkungen zur Bekämpfung der Corona-Pandemie. Foto: Nicolas Maeterlinck/BELGA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++