Changer d'édition

La communauté portugaise au Luxembourg: 69, année emblématique
Luxembourg 4 min. 10.06.2015

La communauté portugaise au Luxembourg: 69, année emblématique

Luxembourg - Portugal, en septembre 2012

La communauté portugaise au Luxembourg: 69, année emblématique

Luxembourg - Portugal, en septembre 2012
Luxembourg 4 min. 10.06.2015

La communauté portugaise au Luxembourg: 69, année emblématique

C'est en 1969 que l'immigration portugaise commence à prendre de l'ampleur au Luxembourg alors qu'elle était jusque-là marginale. Regard sur l'aubaine de cette immigration, sur les défis qu'elle a également posés et sur l'évolution du Luxembourg, notamment en terme d'image.

(DN) - C'est en 1969 que l'immigration portugaise commence à prendre de l'ampleur au Luxembourg alors qu'elle était jusque-là marginale. Regard sur l'aubaine de cette immigration, sur les défis qu'elle a également posés et sur l'évolution du Luxembourg, notamment en terme d'image.

Le Luxemburger Wort de ce mercredi publie un Fokus dédié aux 50 ans d'immigration portugaise au Grand-Duché. Extraits.

Un mouvement qui prend de l'ampleur dès 1969

Les tout premiers Portugais sont arrivés au Luxembourg au début des années 1960, indique José Correia, chef d'édition du « Contacto » : 26 Portugais étaient officiellement recensés en 1960, et ils venaient essentiellement comme travailleurs saisonniers dans les vignobles de la Moselle. « Certains ont également aidé à la construction du port de Mertert, entre 1963 et 1965 », précise-t-il.

Le premier consul portugais, José Mendes-Costa, arrive au Grand-Duché en 1965 et fait état de 758 Portugais installés au pays, population qui aurait doublé cette même année. Le consul parle ensuite d'arrivées massives, entre 1.000 et 3.000 personnes entre 1968 et 1969.

Marcel Barnich, premier commissaire à l'immigration, mentionne lui aussi une nette augmentation des Portugais dès 1969, ainsi que le relève Aline Schiltz, spécialiste des questions d'immigration portugaise. Selon les données de M. Barnich, les Portugais dépassent les Italiens en nombre à partir de 1974.

Le caractère « explosif » de cette immigration

Mme Schiltz pointe, dans l'interview menée par Christophe Langenbrink, le caractère « explosif » des débuts de l'immigration portugaise comme élément distinctif par rapport aux autres groupes d'étrangers au Luxembourg. « C'est avec l’immigration portugaise que la pénurie de logements et les limites du système scolaire luxembourgeois sont devenues des problèmes évidents », ajoute-t-elle. La population lusophone est aujourd'hui la première communauté étrangère au Luxembourg, avec plus de 92.000 personnes recensées par le STATEC au 1er janvier 2015.

Une immigration qui n'a pas changé l'image du pays

Mme Schiltz constate que les Portugais, certes plus présents dans le Sud, la capitale et Larochette, ont su se disperser sur tout le territoire, phénomène qui « a entraîné, au cours du temps, une plus grande visibilité des Portugais, par exemple à travers les enseignes de cafés ou de magasins, des quartiers restaurés, les produits portugais vendus dans les grandes surfaces etc. ».

Aline Schiltz
Aline Schiltz

Pour autant, elle « ne pense pas que l’immigration portugaise ait changé l’image du Luxembourg. C’est plutôt la place financière que les Portugais ont aidé à construire qui fait l’image du Luxembourg, non ? »

Une aubaine pour les deux pays

A l’époque, l’arrivée en masse de Portugais « apportait la solution à deux grands problèmes du Luxembourg, à savoir le besoin accru de main-d’œuvre et le déficit démographique. Le Luxembourg a donc „profité“ de cette immigration, tout comme le Portugal de l’époque a „profité“ de l’émigration », résume-t-elle, appelant aujourd'hui à davantage profiter des liens transnationaux, sociaux, économiques, culturels et politiques existant entre les deux pays.

Mais dorénavant, les possibilités d'accueil du Grand-Duché « ont drastiquement diminué », le marché du travail est « plus saturé » et, conséquence, de nombreux Portugais arrivés récemment « risquent de se retrouver dans des situations précaires », alors que les services sociaux « disposent de moins en moins de moyens pour aider les plus démunis ».

Ne pas mettre tout le monde dans le même sac

Mme Schiltz évite le terme de « communauté portugaise », pour éviter de « mettre tout le monde dans le même sac » : ceux arrivés dans les années 1960 ou hier, les enfants de Portugais nés et/ou élevés au Luxembourg, etc. Ce qui lui permet également de répondre à la question des efforts d'intégration : « En gros il y a ceux qui essayent de se mélanger à la population locale et il y a ceux qui cherchent plutôt le contact avec des Portugais. C’est d’ailleurs commun à tous ceux qui s’installent temporairement ou définitivement dans un pays étranger. Il y a ceux qui font un effort pour un «vivre ensemble» et ceux qui n’en font pas et cela vaut pour tout le monde, toutes origines confondues. »

Retrouvez l'ensemble du dossier consacré aux 50 ans d'immigration portugaise au Grand-Duché dans le Luxemburger Wort de ce mercredi.


Sur le même sujet

Le saviez-vous?: Au Luxembourg, un résident sur 14 est Français
Le 14 juillet, c'est le jour de la fête nationale française. Pour la première fois, un grand bal populaire est organisé au cœur de la capitale luxembourgeoise. Toutes les nationalités sont conviées. Savez-vous combien de Français vivent au Luxembourg? Et saviez-vous que, pour la première fois, les Français ont surpassé les Portugais en 2014 en ce qui concerne les flux migratoires?
Pas loin de 3.900 Français se sont installés au Luxembourg en 2014.