Changer d'édition

La Commission nationale d'éthique contre l'avis des experts
Luxembourg 2 min. 24.01.2022
Obligation vaccinale

La Commission nationale d'éthique contre l'avis des experts

Le fait de restreindre la mesure aux personnes de plus de 50 ans «affaiblit la solidarité entre les générations", estime la Commission nationale d'éthique.
Obligation vaccinale

La Commission nationale d'éthique contre l'avis des experts

Le fait de restreindre la mesure aux personnes de plus de 50 ans «affaiblit la solidarité entre les générations", estime la Commission nationale d'éthique.
Photo: AFP
Luxembourg 2 min. 24.01.2022
Obligation vaccinale

La Commission nationale d'éthique contre l'avis des experts

La Commission nationale d'éthique a rendu son avis concernant l'obligation vaccinale. Elle estime que si celle-ci doit être effective, elle ne peut relever de l'obligation d'un seul groupe.

(m. m. avec Susy MARTIN) -    Les personnes âgées de plus de 50 ans et le personnel soignant devront se faire vacciner. Tel en a décidé le gouvernement la semaine dernière, se retranchant derrière l'avis des experts, qui avaient préconisé l'obligation vaccinale pour ces deux groupes. 


Les plus de 50 ans devront se faire vacciner
A l'issue de plusieurs heures de débat, les députés sont tombés d'accord pour ouvrir la voie à la vaccination obligatoire des plus de 50 ans et à celle du personnel soignant.

La Commission nationale d'éthique a elle aussi remis un avis au sujet de l'obligation vaccinale, dans le cadre de ces débats. Cette dernière est contre la proposition des experts qui recommandent la vaccination obligatoire pour les personnes de plus de 50 ans et pour les professionnels de santé et autres professions qui entrent en contact avec des personnes vulnérables.

Dans son avis, la Commission souligne que s'il existe une « obligation », celle-ci ne peut relever de la responsabilité d'un seul groupe. Le fait de restreindre la mesure aux personnes de plus de 50 ans «affaiblit la solidarité entre les générations», estime l'organisme.  

Le comité d'éthique ajoute que les personnes n'appartenant pas au groupe soumis à l'obligation de vaccination peuvent, avec cette obligation partielle, être moins motivées à se faire vacciner voire à respecter les mesures sanitaires.

Aussi pour les frontaliers

La Commission nationale d'éthique rappelle que, même si le risque de maladie grave pour les moins de 50 ans est moindre, les effets du «long-covid» sur les plus jeunes ne peuvent être ignorés.

En ce qui concerne les cas transfrontaliers, la Commission est d'avis que la vaccination obligatoire ne peut être limitée aux résidents, mais doit être étendue aux personnes vivant de l'autre côté de la frontière mais travaillant au Grand-Duché. Un système 2G sur le lieu de travail serait un moyen d'obliger les frontaliers à se faire vacciner.  

L'organisme estime également que de longs mois ont été perdus dans la discussion. Il ne s'agit pas ici d'un reproche, dit la Commission nationale d'éthique, mais d'une leçon à retenir. «Les décisions du gouvernement et du Parlement devront prendre en compte les risques que le coronavirus fait courir à la société dans les mois à venir, notamment en automne prochain. Une obligation vaccinale éventuelle ne se justifie donc pas par l’actuelle vague Omicron à laquelle rien ne permet plus d’échapper, mais par une gestion des risques futurs.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Sam Tanson sur la vaccination obligatoire
La ministre de la Justice Sam Tanson prend position sur l'obligation de vaccination, les débordements lors des manifestations contre les mesures sanitaires et sur la Constitution.
Für Justizministerin Tanson ist die Impfpflicht weder ein Wundermittel, noch darf sie Selbstzweck sein: Sie ist ein Weg, um die Restriktionen, die seit zwei Jahren gelten, zu überwinden.
Les députés luxembourgeois évoqueront l'épineux sujet de l'obligation vaccinale, à l'occasion d'un débat de concertation ce mercredi à 14h. Tour d'horizon sur la mise en œuvre de cette mesure.
18.01.2022, Brandenburg, Potsdam: Ursula Nonnemacher (2.v.l, Bündnis90/Die Grünen), Brandenburgs Gesundheitsministerin, sieht dabei zu, wie die Apothekerin Barbara Oberüber (2.v.r) einer Frau in der Impfstelle Metropolishalle eine Corona-Impfung erklärt, während die Ärztin Bushra Malik ihr beratend zur Seite steht. In Brandenburg starten in dieser Woche die Schulungen von Apothekerinnen und Apotheker zur Corona-Impfung. Foto: Joerg Carstensen/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le virologue Claude Muller salue l'offre d'une troisième dose pour les plus de 18 ans. Il encourage le gouvernement à davantage cibler les personnes vulnérables dans cette nouvelle étape de la campagne de vaccination.