Changer d'édition

La colocation sous haute surveillance à Esch
Luxembourg 2 min. 15.06.2020

La colocation sous haute surveillance à Esch

Dans le contexte de pression immobilière, la colocation apparaît comme une solution idéale pour de nombreux jeunes.

La colocation sous haute surveillance à Esch

Dans le contexte de pression immobilière, la colocation apparaît comme une solution idéale pour de nombreux jeunes.
Photo: shutterstock
Luxembourg 2 min. 15.06.2020

La colocation sous haute surveillance à Esch

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
De nouvelles règles ont été établies dans le cadre de la réforme du Plan d'aménagement général (PAG) notamment au sujet de cette nouvelle forme d'habitat. Si la commune ne l'interdit pas, elle souhaite avoir un droit de regard.

Avec l'adaptation de son nouveau PAG, la commune d'Esch-sur-Alzette a pris différentes mesures pour lutter contre les abus au niveau du logement. Dans un communiqué, la Ville annonce vouloir mettre fin à «la prolifération de chambres meublées non conformes et insalubres». Un phénomène, qui selon les responsables eschois, contribue «au morcellement d'appartements et de maisons unifamiliales et à une hausse artificielle des prix de l'immobilier».

La cohabitation se trouve donc clairement dans le viseur de la majorité CSV-DP-Déi Gréng. Mais pour cette dernière, il n'est pas question de mettre fin à ce type d'habitation. Elle souhaite par contre à l'avenir que de nouvelles règles soient respectées. «Dorénavant, il faut adresser une demande de cohabitation à l'administration», annonce la Métropole du fer. La commune se réserve le droit d'accepter ou non la demande. 


La réussite d?une colocation réside en général en la mise en place d?un règlement intérieur accepté par tous. Celui-ci fixe les modalités de la vie du groupe, les droits et devoirs de chacun. (Photo: Shutterstock)
Vers une réglementation plus souple de la colocation
Pour faire face à l'inflation constante des prix du logement, de plus en plus de jeunes ont recours à cette solution d'hébergement. Une pratique qui tend à se développer et qui devrait pousser Henri Kox (Déi Gréng) et le gouvernement à revoir la législation.

Du côté de l'opposition, le LSAP, par la voix de son président Steve Faltz, regrette qu'une analyse au cas par cas des  demandes soit «source de décisions arbitraires, voire discriminatoires». Et les socialistes eschois de mettre en avant une approche plus «progressiste» qui «devrait au contraire favoriser les nouveaux types d'habitat collectif».  

Preuve que la colocation est devenue tendance, la Société nationale des habitations à bon marché entend prochainement développer ce type de logement. Des appartements partagés doivent ainsi voir le jour à Belval-nord (5 appartements pour un total de 22 chambres) ou dans le nouveau village d'Elmen (trois appartements pour 19 chambres).

Enfin du côté du gouvernement, Henri Kox (Déi Gréng) ne cache pas son intention de revoir la législation à ce sujet. «Une proposition, de réglementer la colocation sur le marché locatif privé fait partie du projet de loi sur le bail à loyer», précise le ministère du Logement. En modifiant la loi, la colocation serait ainsi facilitée aussi bien pour les locataires que pour les  propriétaires privés. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La colocation au cœur d'une manifestation à Esch
Pour la troisième fois depuis la mi-juin, plus de 120 personnes ont rappelé leur intérêt en faveur des appartements partagés. Ces habitants ont aussi mis en évidence la problématique du logement au pays.
Eine Stunde lang hörten sich die Demonstranten Reden an.
La SNHBM plus bâtisseuse que jamais
A 101 ans maintenant, la Société nationale des habitations à bon marché se retrousse les manches pour construire bien plus de logements que par le passé. Mais à elle aussi de proposer de nouvelles formes d'habitat (colocation) et développer de nouvelles formes locatives.
SNHBM - OP Elmen - Olm - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Des règles de colocation à géométrie variable
Partager un logement s'impose peu à peu comme une solution d'hébergement pour bien des personnes. Mais avant de vous engager assurez-vous que toutes les mesures de sécurité répondent aux normes en vigueur dans votre commune.