Changer d'édition

La colère gronde dans les rangs
Luxembourg 2 min. 27.11.2019 Cet article est archivé

La colère gronde dans les rangs

L'armée doit devenir plus attrayante : tel est le souhait du Syndicat professionnel de la force publique (SPFP).

La colère gronde dans les rangs

L'armée doit devenir plus attrayante : tel est le souhait du Syndicat professionnel de la force publique (SPFP).
Photo: Guy Wolff
Luxembourg 2 min. 27.11.2019 Cet article est archivé

La colère gronde dans les rangs

Quand un syndicat en vient à demander la démission du chef d'état-major de l'armée, c'est que la situation est grave. Le SPFP réclame ainsi des têtes mais surtout des mesures pour que les métiers de la force publique retrouvent leur attrait.

(pj avec Steve Remesh) Le charme de l'uniforme n'opère plus au Grand-Duché. Les métiers de militaires, policiers, gardiens de prison, douaniers et même facteurs) peinent ainsi à recruter. Et lors de l'Assemblée générale annuelle du Syndicat professionnel de la force publique (SPFP), cette préoccupation a été centrale dans les débats. Un regret commun d'ailleurs avec le syndicat de police SNPGL et le syndicat de l'armée SPAL.

Et le ton de la rencontre a vite monté quand il s'est agi de commenter les initiatives prises par les plus hauts gradés concernés. Ainsi, ni le général Alain Duschène qui gère les troupes militaires, ni Philippe Schrantz, chef de l'administration de la police ne trouvent grâce aux yeux de Pascal Ricquier, président de SPFP, et ses militants. Avec un constant cinglant : «La force publique aura bientôt plus de véhicules que d'hommes».

Pascal Ricquier a parlé avec sa double casquette de président du syndicat SPFP et du syndicat de police SPFP.
Pascal Ricquier a parlé avec sa double casquette de président du syndicat SPFP et du syndicat de police SPFP.
Photo: Gilles Kayser

La tête du chef d'état-major a clairement été demandée. En effet, les syndicalistes ne tolèrent pas que leur vice-président se soit vu muté et ait subi des pressions de la part du général Duschène. Une enquête disciplinaire à l'encontre du haut gradé est donc réclamée. Son attitude ne viserait en effet qu'à rendre le travail syndical impossible dans l'armée.  

Pour relancer l'intérêt de l'engagement, le syndicat a pourtant des propositions. A commencer par offrir de meilleures perspectives de carrières aux recrues, ou permettre aux jeunes de passer un diplôme de fin d'études secondaires alors qu'ils sont sous les drapeaux. Un rapprochement de l'état-major par rapport aux préoccupations des engagés serait également un plus appréciable.

Des policiers fatigués

Du côté de la police, le SPFP en vient à craindre pour la sécurité des hommes sur le terrain. Moins nombreux et surtout ne disposant plus du repos nécessaire entre deux prises de poste. Selon le syndicat, les heures supplémentaires des policiers dépassent l'entendement. Il serait question de 443 fois plus de dix heures de service prestées sur quatre mois, et 90 fois plus de douze heures pour les 70 agents du service de garde et de protection.

Autant de dépassements qui, regrettent le syndicat et ses partenaires, n'ont pas l'air d'émouvoir la hiérarchie. Compris le ministre de la Sécurité intérieure, François Bausch (déi Gréng) qui en a, lui aussi, pris pour son grade dans les critiques exprimées. Et si pour l'heure, aucun mouvement de contestation n'est prévu, l'ensemble des syndicats des forces publiques ont prévu de se retrouver en janvier 2020 pour discuter d'une possible action collective.


Sur le même sujet

L'affaire du soldat Schleck provoque l'ire des syndicats
Après avoir réclamé la tête du général qui dirige l'armée luxembourgeoise, le Syndicat professionnel de la force publique (SPFP) et la CGFP demandent à François Bausch, ministre de la Défense, de stopper la mutation sanction de Christian Schleck.
Ouverture officielle du bureau d'information de l'armée luxembourgeoise.Foto:Gerry Huberty
Les portraits de Checkpoint Charlie vendus aux enchères
Les clichés pris en 1996 par le photographe berlinois Frank Thiel sont devenus des icônes du Mur de Berlin. Un repère visuel pour tous les touristes ayant visité le site de l'ancien point de contrôle séparant la capitale allemande jusqu'en 1989.
Gallerists hangs giant photos by photographer Frank Thiel of the Allied soldiers who once patrolled Berlin that have been displayed at Checkpoint Charlie ar up for auction in Berlin on November 20, 2019. - The pictures were taken by photographer Frank Thiel in 1994, several years after the fall of the Berlin Wall and before British, French, Russian and US forces that had been stationed in Berlin since World War II were re-deployed. They were installed at Checkpoint Charlie, a crossing point between East and West Berlin where soldiers from the rival sides in the Cold War would have stood. (Photo by Tobias SCHWARZ / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY MENTION OF THE ARTIST UPON PUBLICATION - TO ILLUSTRATE THE EVENT AS SPECIFIED IN THE CAPTION
Un cadeau de Noël pour la police et l'armée
Le nouvel Airbus H145M estampillé «Police Lëtzebuerg» servira aussi bien pour des missions policières que militaires. L'engin a été accueilli officiellement par deux ministres ce vendredi après-midi à l'aéroport.
Lokales,Cérémonie d'Acceuil du premier des deux hélicopteres Airbus H145M,Polizeihubschrauber,Polizeihelicopter. Armee, Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le Sherman de Clervaux part en tournée
Symbole de la bataille des Ardennes à Clervaux, le char américain de 36 tonnes vient de prendre la route, direction les Pays-Bas, puis Bastogne. A son retour, il ne retrouvera plus sa place devant le château.