Changer d'édition

La CNS payera sa part pour les nouvelles IRM
Luxembourg 1 07.02.2020 Cet article est archivé

La CNS payera sa part pour les nouvelles IRM

La CNS payera sa part pour les nouvelles IRM

Photo: Pierre Matgé
Luxembourg 1 07.02.2020 Cet article est archivé

La CNS payera sa part pour les nouvelles IRM

Il n'y a plus d'incertitudes quant au financement des quatre nouveaux appareils d'imagerie par résonance magnétique. L'Etat payera 80%, le reste sera à la charge de la CNS, annonce vendredi le ministère de la Sécurité sociale.

(ota) - Le ministre de la Sécurité sociale, Romain Schneider (LSAP), se veut ferme. «La Caisse nationale de santé n'a jamais refusé» d'apporter sa contribution financière pour l'achat de quatre nouveaux appareils d'imagerie par résonance magnétique (IRM). 

Une mise au point formulée dans une réponse parlementaire après la prise de position de la Fédération des hôpitaux (FHL) qui évoquait début janvier un blocage inacceptable de la CNS rechignant à mettre la main au portefeuille pour les nouvelles IRM.


Jeden Tag profitieren bereits zwischen 20 und 29 Menschen vom neuen MRT.
Un troisième IRM en service au CHL
Pour réduire les délais d’attente des patients pour cet examen, le Centre hospitalier de Luxembourg a réceptionné, ce mardi, un nouvel appareil d'imagerie par résonance magnétique.

L'achat des quatre appareils avait été validé en juin 2018 mais la question de leur financement restait en suspens. Laquelle a été réglée ce 20 janvier lors d'une réunion de la commission permanente pour le secteur hospitalier (CPH). Y siègent des représentants des ministères de la Santé, de la Sécurité Sociale, des Finances mais aussi de la CNS, de la FHL, des médecins et d'autres professions de santé.

Les membres de la CPH sont tombés d'accord pour qu'à l'avenir, tout équipement acheté dans le cadre d'un projet d'extension d'un service hospitalier soit financé à 80% par l'Etat, le reste à la charge de la CNS. Ainsi, sur la facture présentée pour les quatre nouveaux appareils – près de 2,4 millions d'euros –  480.000 seront à la charge de la CNS.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Les nouveaux appareils devraient permettent de réduire considérablement le délais d'attente pour obtenir un rendez-vous. A l'heure actuelle, plus de 49.000 examens sont réalisés chaque année, soit 200 par jour ouvré. 

Le hôpital Kirchberg a été le premier a ouvrir le bal avec la mise en service de son nouveau matériel dès juillet 2019. Le centre hospitalier de Luxembourg et le centre hospitalier Emile Mayrisch de Esch ont tout deux été livrés en octobre. Celui de l'hôpital du Nord devrait être livré en mars et être opérationnel d'ici juin.


Sur le même sujet

Les IRM de la discorde
La Caisse nationale de Santé (CNS) rechigne à apporter sa part du financement des quatre nouveaux appareils d'imagerie par résonance magnétique installés dans le pays. Une situation qui ne devrait pas impacter les patients, assure la Fédération des hôpitaux luxembourgeois (FHL).
Le coût d'acquisition d'un équipement IRM s'élève à 600.000 euros. Auxquels s'ajoutent des frais d'infrastructure entre 400.000 et 1,5 million d'euros.
Quand l'IRM tombe du ciel à Esch-sur-Alzette
Le centre hospitalier d'Esch-sur-Alzette dispose désormais d'un nouvel appareil d'imagerie par résonance magnétique. Et c'est de façon spectaculaire que l'outil médical a été livré.
Les médecins tirent la sonnette d'alarme
L'AMMD est très préoccupée par la pénurie annoncée de médecins au Luxembourg et prévient qu'à l'horizon 2030 la situation pourrait devenir catastrophique. Les médecins et dentistes attendent surtout des réponses de leurs deux ministres de tutelle.
Un appareil d'IRM cardiaque supplémentaire
A l'heure actuelle, seuls deux appareils permettent de faire des IRM cardiaques sur tout le territoire du Luxembourg. Et le délai d'attente des patients se compte en semaines. D'ici la fin de l'année, un troisième scanner doit être opérationnel.