Changer d'édition

La clôture sera rallongée jusqu'à Pétange

La clôture sera rallongée jusqu'à Pétange

Photo: Lëtzebuerger Arméi
Luxembourg 4 min. 15.04.2019

La clôture sera rallongée jusqu'à Pétange

Maurice FICK
Maurice FICK
Les habitants de Bascharage ont redessiné la clôture contre la peste porcine africaine. Un tracé alternatif qui sera «probablement» pris en compte par les ministères «si c'est faisable» sur le terrain. La clôture sera prolongée dans Pétange et terminée plus tard.

Plusieurs agriculteurs, propriétaires et habitants directement concernés par l'érection de la clôture contre la peste porcine à la frontière belgo-luxembourgeoise avaient participé à une réunion publique le 4 avril à Clemency et ont poussé la commune de Bascharage à proposer un tracé alternatif.


La Meurthe-et-Moselle se pare contre la peste porcine
Après les Ardennes, la Meuse et le Luxembourg, c'est au tour du département meurthe-et-mosellan d'être placé en zone blanche face à la peste porcine africaine qui vient de Belgique.

La finalité de la clôture de 8 km dont le coût s'élève à 500.000 euros est d'éviter le passage de sangliers infectés par le virus de la peste porcine africaine au Grand-Duché afin de protéger les 92.300 porcs élevés dans une centaine d'exploitations du pays.

Le tracé partiellement redessiné par l'administration communale sous l'œil du bourgmestre Michel Wolter (CSV) et avalisé par l'ensemble des propriétaires des terrains traversés, présenterait plusieurs avantages. Le premier étant «d'être beaucoup plus proche de la frontière belgo-luxembourgeoise». Et par conséquent, de «réduire la zone blanche».

Clemency et Linger hors «zone blanche»

La zone délimitée par les grillages luxembourgeois et belge sera, à terme dépeuplée de tous ses sangliers. «Dès que la clôture est terminée, il faut commencer la destruction des sangliers dans la zone blanche. On est dans un cas d'urgence», avait expliqué fin mars Félix Wildschutz, directeur de l'Administration des services vétérinaires au ministère de l'Agriculture. Urgence dictée par la présence toute proche du virus, côté belge.

Photo: Commune de Käerjeng

Autres avantages du tracé bascharageois, il permet d'exclure Clemency et Linger de la zone blanche et de contourner partiellement Clemency.

Si c'est faisable, on va probablement changer le tracé


Règlements de compte sur fond de peste porcine
Dans un entretien à la radio 100.7 ce jeudi, le ministre de l'Agriculture Romain Schneider a répondu aux critiques de Michel Wolter le bourgmestre de Bascharage, sur son manque de communication quant au traitement de l'épidémie.

Ce lundi la proposition communale a été présentée au coordinateur du ministère de l'Agriculture pour la lutte contre la peste porcine africaine, comme au directeur de l'Administration des ponts et chaussées, en présence d'un représentant de l'armée. Depuis le 27 mars, des militaires érigent la barrière sur le terrain.

«Si c'est faisable, on va probablement changer le tracé», avance dès ce lundi Félix Wildschutz au ministère de l'agriculture. Il comprend bien que la ligne déplacée par les Bascharageois répond à une réalité de travail de certains agriculteurs gênés dans leurs déplacements en tracteur par le tracé initial. Mais le tracé proposé ne peut devenir réalité dans son intégralité. 

L'ennui, c'est que «certaines parties de la clôture sont déjà posées et resteront en place. D'autres morceaux, n'ont pas été posés suite à la réunion de la semaine dernière», sous-entendu, ils pourront être adaptés.

«Une protection tout le long de la frontière»

Dans la foulée, explique le directeur de l'Administration des services vétérinaires, «de petites modifications vont probablement être mises en place et vont permettre de rallonger la clôture vers le sud, jusqu'à la ville de Pétange. De sorte que nous aurons une protection tout le long de la frontière, c'est-à-dire de l'A6 jusqu'à l'A4 au sud. De leur côté, les Belges ont également prolongé leur clôture d'Arlon à Aubange, vers le Sud».


Un cas de peste porcine limiterait les loisirs
Si le virus de la peste porcine passait la frontière, toutes les activités humaines dans la forêt concernée, seraient immédiatement interdites. Ce qui «pourrait avoir un impact sur le tourisme» au Luxembourg, reconnaissent les ministres.

Depuis la semaine passée, la Meurthe-et-Moselle se pare à son tour contre la peste porcine. Une zone blanche a été érigée au nord d’une ligne située entre Villers-le-Rond et Mont-Saint-Martin, passant notamment par Longuyon et Cosnes-et-Romain, jusqu'à la frontière belge.

Le corollaire de ces modifications de parcours est que le délai de construction de la clôture contre la peste porcine sera évidemment plus long. Félix Wildschutz table sur «la fin mai», cette fois. Soit deux semaines plus tard que prévu au départ.

Rappelons que si un sanglier devait être porteur du virus sur le sol luxembourgeois, monsieur et madame tout le monde seraient directement impactés puisque toutes les activités de loisir seraient interdites dans la zone infectée.


Sur le même sujet

Un cas de peste porcine limiterait les loisirs
Si le virus de la peste porcine passait la frontière, toutes les activités humaines dans la forêt concernée, seraient immédiatement interdites. Ce qui «pourrait avoir un impact sur le tourisme» au Luxembourg, reconnaissent les ministres.
Qui éradiquera les sangliers de la «zone blanche» ?
Aussitôt la clôture contre la peste porcine dressée, se posera la question du dépeuplement de tous les sangliers dans la zone blanche. La fédération des chasseurs juge «tout à fait insuffisante» la solution retenue .
La trop petite zone blanche en cours de création aux yeux des chasseurs a «tout au plus une fonction d'alibi».
Clôture contre la peste porcine: «C'est un cas d'urgence»
Les militaires érigent la clôture de 8 km à la frontière belgo-luxembourgeoise. Elle doit éviter qu'un sanglier, atteint de peste porcine, n'arrive au Luxembourg. Le pays compte près de 100.000 porcs d'élevage. «On est dans un cas d'urgence», explique le Dr Wildschutz.
Une clôture de 8 kilomètres contre la peste porcine
Comme en Belgique, le gouvernement luxembourgeois va ériger «dans les prochains jours» une clôture de 8 kilomètres de long qui s'étendra de Steinfort à Pétange. Il étudie aussi la possibilité de créer une «zone blanche» qui sera alors vidée de ses sangliers.
La peste porcine à nos frontières
La question n'est plus de savoir si la peste porcine va toucher le Luxembourg, mais quand, selon les spécialistes. Les éleveurs de porcs craignent surtout une interdiction d'exporter.