Changer d'édition

La Cloche d'Or se cherche une âme
Luxembourg 3 min. 30.08.2021
Urbanisme

La Cloche d'Or se cherche une âme

Même si près de 1.200 appartements ont déjà trouvé preneurs, la vie tarde à prendre dans le quartier.
Urbanisme

La Cloche d'Or se cherche une âme

Même si près de 1.200 appartements ont déjà trouvé preneurs, la vie tarde à prendre dans le quartier.
Photo : Anouk Antony
Luxembourg 3 min. 30.08.2021
Urbanisme

La Cloche d'Or se cherche une âme

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Si plus d'un millier de nouveaux logements ont déjà trouvé preneurs, le quartier en plein essor peine à trouver son dynamisme humain.

Il faudra encore une décennie pour que le quartier de la Cloche d'Or soit terminé. En attendant, les nouveaux habitants arrivent petit à petit au fur et à mesure que les bâtiments s'achèvent. Sauf que, passée l'agitation des chantiers, le secteur peine à s'animer. En plus, plusieurs commerces ont baissé le rideau. «Nous sommes dans la phase deux du projet. Maintenant, il faut que habitat, bureaux et vie professionnelle se connectent de manière vivante», reconnaît Serge Estgen de Promobe, responsable de la conception immobilière du quartier


900 logements attendus d'ici 2024 à la Cloche d'Or
Le promoteur Flavio Becca continue l'aménagement du Ban de Gasperich avec en ligne de mire une fin d'aménagement pour 2030. Le nouveau quartier accueillera alors 6.000 habitants.

Pour l'heure, on remarque surtout la vie fourmilière qui agite le centre commercial Cloche d'Or ouvert depuis mai 2019. Les gens vivent à l'étage et mangent, font du sport ou achètent au pied de leur logement. Un univers en vase clos qui ne suffit pas à générer, pour l'heure, suffisamment de chiffre d'affaires. 

Au terme de plus de 18 mois compliqués par les règles covid, quatre cellules de la galerie sont désormais vides. En début d'année, la boulangerie Fischer a, elle, choisi de quitter le secteur. Direction quelques centaines de mètres plus loin du côté de la zone de Gasperich. Privé des salariés (retenus en télétravail), le commerce a préféré aller voir ailleurs.

Les commerces déjà installés ont hâte que les résidents du quartier comme les employés de bureau prennent aussi leurs marques à l'extérieur.
Les commerces déjà installés ont hâte que les résidents du quartier comme les employés de bureau prennent aussi leurs marques à l'extérieur.
Photo : Anouk Antony

Entre le boulevard Kockelscheuer et la rue Charles Darwin, le restaurant self Cocottes a connu des hauts et des bas. Ouvert depuis trois ans, il a pu voir défiler jusqu'à 500 clients par jour. L'ouverture de la galerie commerciale puis l'épidémie ont rebattu les cartes. Un nouveau rythme est pris et une nouvelle clientèle est à conquérir. A la pharmacie, les affaires semblent mieux tourner. Tout juste regrette-t-on le côté impersonnel du quartier en journée. Sans personne dans les rues. D'ailleurs, il n'y a pas encore de bancs ou de placettes publiques aménagées pour rendre le quartier plus convivial.

Parc, tram et animations

Pour Serge Wilmes (CSV), premier échevin de la capitale, l'ouverture du parc de Gasperich va totalement transfigurer le secteur. Dans son allure et dans les modes de vie. Les 16 hectares du «plus grand poumon vert de la Ville» vont créer de nouvelles habitudes de vie, des rencontres, des contacts que le ''chacun chez soi» ne permet pas aujourd'hui. Il faudra aussi compter avec la venue, d'ici 2023, de la nouvelle ligne du tram.

Entre la nouvelle caserne du CGDIS et les premières tours d'habitation, le parc de Gasperich va donner un nouvel élan au quartier.
Entre la nouvelle caserne du CGDIS et les premières tours d'habitation, le parc de Gasperich va donner un nouvel élan au quartier.
Illustration : cabinet Mersch

«Le projet de construction de la Cloche d'Or a démarré il y a 20 ans, rappelle l'élu. Du coup, les réflexions qui en découlent ne sont plus forcément à la hauteur de ce que l'on sait aujourd'hui de l'urbanisme et de l'aménagement.» Il faudra donc faire différemment pour le prochain grand quartier à aménager, en lieu et place du stade Josy-Barthel. Vivre ensemble, petits commerces de  proximité, mobilité douce constitueront des indispensables dès la conception des lieux.  

Cette ''âme'' à insuffler, Serge Estgen de Promobe estime qu'elle commence à poindre. L'installation d'un Beach Bar éphémère cet été, face à la galerie commerciale, en a été un exemple. Apportant un peu de fun au bas des tours. 

«Nous avons également prévu des événements en automne et en hiver, par exemple un marché de Noël et l'ouverture d'une brasserie», se réjouit-on côté Promobe. Certes, mais à l'heure où 185 appartements supplémentaires seront bientôt livrés, et où une demande d'autorisation pour en bâtir 625 autres est en cours, il faudra faire plus. Sachant que les citoyens ont aussi leur pierre à apporter pour que le quartier gagne en convivialité. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

En trois heures à peine, la fédération luxembourgeoise de football a réussi à vendre la (quasi)-totalité des billets pour la rencontre Luxembourg-Azerbaïdjan. Mais avec une jauge limitée à 1.500 supporters, l'ambiance n'est pas aux réjouissances.
Stadion / Fussball, Stade de Luxembourg, Soiree Test / 14.07.2021 / Stade de Luxembourg, Luxemburg / Foto: Christian Kemp
Plus de 15 ans après le déménagement de l'entrepôt du groupe spécialisé dans la distribution de fruits et légumes de la Cloche d'Or vers Ellange, le site trouve une nouvelle vocation avec l'ouverture, vendredi, d'un établissement baptisé INNSiDe.
Wirtschaft, Hotel Innside, Tourismus,   Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony