Changer d'édition

La classe politique «s'épuise»
Luxembourg 3 min. 19.04.2021

La classe politique «s'épuise»

L'absence de Paulette Lenert n'est pas une exception en Europe. Le ministre de la Santé autrichien a, lui, démissionné estimant être "épuisé" par sa mission.

La classe politique «s'épuise»

L'absence de Paulette Lenert n'est pas une exception en Europe. Le ministre de la Santé autrichien a, lui, démissionné estimant être "épuisé" par sa mission.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 3 min. 19.04.2021

La classe politique «s'épuise»

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
Alors que Paulette Lenert a repris lundi ses fonctions après une pause forcée de près d'un mois, son absence illustre les difficultés rencontrées par le monde politique à faire face à une situation de crise qui s'étale dans le temps. Ce qui pousse certains à plaider pour une autre organisation.

Si pour le Premier ministre la fonction de ministre s'exerce «24 heures sur 24, sept jours sur sept», ce choix personnel s'avère plus complexe à appliquer dans la réalité. En témoigne l'absence de Paulette Lenert (LSAP) qui a dû laisser les rênes du ministère de la Santé pendant un peu plus de trois semaines. Une pause forcée de la part de la femme politique la plus populaire du pays qui fait écho à d'autres signaux d'alarme émis par plusieurs membres de la classe politique.


Itv Paulette Lenert Ministre de la Santé Luxembourg le 12/01/2021 photo ©Christophe Olinger
Paulette Lenert au repos jusqu'au 18 avril
Victime d'un malaise, la ministre de la Santé ne reprendra pas ses activités avant la fin du congé de Pâques, au mieux. En attendant son retour, c'est Romain Schneider qui a reçu la délégation de signature.

Même si le malaise qu'a connu la ministre de la Santé apparaît comme étant sans commune mesure avec le burn-out de Félix Eischen (CSV), le malaise cardiaque de Félix Braz (Déi Gréng) ou les décès d'Eugène Berger (DP) et Camille Gira (Déi Gréng), il traduit une certaine réalité. Celle de la pression de plus en plus forte subie par les responsables politiques.

Pourtant pour Philippe Poirier celle-ci n'est «pas plus forte qu'ailleurs», l'enseignant chercheur en sciences politiques de l'Uni soulignant que beaucoup de pays européens rencontrent «les mêmes problèmes». Sauf que le vivier politique du Grand-Duché n'a pas l'envergure de celui de ses voisins. 


Le gouvernement Bettel prépare sa version 2.3
Le départ d'Étienne Schneider (LSAP) aboutira à la mise en place du troisième remaniement au sein de l'exécutif depuis décembre 2018. Un jeu de chaises musicales impactant les socialistes qui intervient après celui initié par les écologistes à la rentrée 2019 et qui met en avant les limites d'une triple coalition.

Alors que l'Autriche a depuis mardi dernier perdu son ministre de la Santé, justifiant sa démission en se disant «épuisé», son remplacement devrait intervenir dans les prochains jours. Au Luxembourg, un tel cas de figure nécessite plusieurs semaines, à l'image des derniers remaniements ministériels suite au départ de Félix Braz et Etienne Schneider (LSAP). 

Seul point commun, l'impact de la crise sanitaire et économique depuis mars 2020. En effet, «justifier pendant plus d'un an vos choix et votre stratégie devant un micro est épuisant», relève le psychiatre Paul Hentgen. «Surtout si l'on est novice en la matière», complète Philippe Poirier qui rappelle que la pandémie a remis en exergue les «problématiques structurelles» du système politique du pays. A savoir, le «manque de candidats aux postes politiques» et  «un niveau de développement économique qui implique de nouveaux besoins en termes de ressources humaines».


17.08.12 Ministere d Etat,Staatsministerium,Foto:Gerry Huberty
Politiques et administrations «atteignent leurs limites»
Les récents remaniements gouvernementaux et l'intense jeu de chaise musicale à la Chambre démontrent que le Luxembourg peine à suivre le rythme de sa croissance économique. Particulièrement au niveau de son personnel politique et de son administration, estime Philippe Poirier, professeur à l'Uni.

Pour combler ce vide, le spécialiste en sciences politiques plaide pour une «professionnalisation» du personnel politique. Autrement dit une «meilleure répartition des portefeuilles ministériels», qui éviterait qu'un ministre cumule plusieurs ministères d'ampleur. Si cela était possible il y a une dizaine d'années avec François Biltgen (CSV) et ses six portefeuilles, les exigences internationales et européennes ont changé la donne. Le Luxembourg joue à présent «dans la même ligue que la France ou l'Allemagne, alors qu'il a la taille d'un arrondissement parisien», décrypte le Dr Hentgen. «D'autant qu'en Allemagne il y a des sous-ministres pour épauler les titulaires», ajoute Philippe Poirier.

Pour étoffer et renouveler le paysage politique luxembourgeois, le politologue plaide pour le maintien du «congé politique» qui permet d'exercer un mandat parallèlement à la carrière professionnelle, invitant par là même «les politiques et les électeurs à imaginer d'autres systèmes».

En attendant, pour limiter les cas potentiels de «surmenage» à venir, l'enseignant chercheur de l'Uni plébiscite une répartition des mandats «plus équilibrée.» De son côté, Paul Hentgen rappelle la nécessité de s'entourer de personnes «loyales et compétentes». Comme tout le monde, les ministres doivent «avoir une bonne hygiène de vie, et s'accorder des moments de détente physique et psychique».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Paulette Lenert au repos jusqu'au 18 avril
Victime d'un malaise, la ministre de la Santé ne reprendra pas ses activités avant la fin du congé de Pâques, au mieux. En attendant son retour, c'est Romain Schneider qui a reçu la délégation de signature.
Itv Paulette Lenert Ministre de la Santé Luxembourg le 12/01/2021 photo ©Christophe Olinger
La crise vue par ceux qui l'ont gérée
Depuis février 2020, le gouvernement tente de répondre aux défis imposés par un virus imprévisible. Une année marquée par des mesures inédites qui resteront dans les mémoires. Six ministres livrent leur vision personnelle des douze mois écoulés.
Félix Eischen victime d'un burn-out
Le bourgmestre CSV de la commune de Kehlen annonce ce vendredi qu'il renonce temporairement à ses mandats politiques pour raison de santé. Un intérim est prévu pour presque toutes ses fonctions...
IPO , Niederanven , am Sand , Neujahrsempfang CSV , Pot Nouvel An ,Ansprache Felix Eischen  Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
«Félix est de retour»
Félix Braz, l'ancien vice-Premier ministre victime d'un malaise cardiaque le 22 août 2019, a pris la parole lors du premier congrès numérique de Déi Gréng jeudi. Il a indiqué qu’il était «très heureux d'être rentré à la maison» et qu’il pouvait désormais marcher seul.
Félix Braz hat sich nach langer Rehabilitation wieder öffentlich geäußert.
Politiques et administrations «atteignent leurs limites»
Les récents remaniements gouvernementaux et l'intense jeu de chaise musicale à la Chambre démontrent que le Luxembourg peine à suivre le rythme de sa croissance économique. Particulièrement au niveau de son personnel politique et de son administration, estime Philippe Poirier, professeur à l'Uni.
17.08.12 Ministere d Etat,Staatsministerium,Foto:Gerry Huberty
Eugène Berger n'est plus
Le chef de fraction DP est décédé ce mardi a annoncé officiellement Mars Di Bartolomeo (LSAP) lors de la séance plénière. Cette dernière a été ajournée jusqu'à mercredi. Il avait 59 ans.
Débat Etat de la nation - Eugène Berger - DP - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le gouvernement Bettel prépare sa version 2.3
Le départ d'Étienne Schneider (LSAP) aboutira à la mise en place du troisième remaniement au sein de l'exécutif depuis décembre 2018. Un jeu de chaises musicales impactant les socialistes qui intervient après celui initié par les écologistes à la rentrée 2019 et qui met en avant les limites d'une triple coalition.