Changer d'édition

La Chambre des salariés redessine la reprise
Luxembourg 4 min. 14.05.2020 Cet article est archivé

La Chambre des salariés redessine la reprise

Et pourquoi pas un chèque-consommation permettant notamment de soutenir la reprise des bars et restaurants? La CSL y est favorable.

La Chambre des salariés redessine la reprise

Et pourquoi pas un chèque-consommation permettant notamment de soutenir la reprise des bars et restaurants? La CSL y est favorable.
Photo : Lex Kleren
Luxembourg 4 min. 14.05.2020 Cet article est archivé

La Chambre des salariés redessine la reprise

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
En proposant 17 mesures, l'instance entend ouvrir des pistes au gouvernement pour de futures réformes. Des gestes permettant non seulement la relance économique du pays mais aussi un renforcement du pouvoir d'achat des ménages.

Plus question de rester discrète et dans l'ombre de l'état de crise. Maintenant que le déconfinement commence à redonner son élan au pays, la Chambre des salariés entend elle aussi avoir l'oreille des politiques. A l'image des syndicats regrettant le silence du gouvernement à leur égard ces derniers temps, la présidente de la CSL Nora Back a elle aussi fait savoir, jeudi, qu'il était temps de relancer «un dialogue social fort».

Aussi fort que la situation est grave. Et cette fois, contrairement à la sortie de la crise financière en 2008-2009, la Chambre des salariés entend bien que le Luxembourg ne retombe plus dans des mesures d'austérité. Préférant compter sur un Etat-providence bienveillant. Ainsi, la CSL estime qu'il convient de veiller à ne pas retirer les mesures de soutien et de renforcer le pouvoir d'achat des citoyens


Handwerk Artisanat Lehre Apprentissage
«Un manque de perspectives pour les entreprises»
Pour le président de la Chambre des métiers, Tom Oberweis, l'Etat doit augmenter son soutien aux PME. Histoire que la classe moyenne puisse traverser la crise du coronavirus sans trop de casse.

Des intentions pour lesquelles la Chambre a avancé des propositions concrètes. Comme la mise en place d'un chèque-consommation pour les ménages résidents et frontaliers. Ce "voucher" permettrait non seulement aux familles de faire quelques économies, mais pourrait surtout permettre de soutenir certains domaines particulièrement en difficulté au sortir de ces deux mois de confinement. On pense tout naturellement à la restauration, secteur dont la réouverture n'est toujours pas en vue.

Mais parmi les 17 propositions mises sur la table, ce jeudi, la Chambre des salariés a aussi insisté sur l'augmentation attendue du salaire social minimum mais aussi de la pension de base versée aux retraités. Tout comme l'Etat est invité à augmenter  les prestations familiales, estimant à un retard de plus de 20% le rattrapage nécessaire. Un geste indispensable à l'heure où le taux de risque de pauvreté des ménages luxembourgeois avec enfants dépasse la moyenne européenne...


Le phénomène des travailleurs pauvres ausculté au Luxembourg
Souvent invisibles, ils sont pourtant déjà plus de 20 millions en Europe à travailler sans pouvoir s'en sortir à la fin du mois. Le Luxembourg n'échappe pas au phénomène «working poor» que son université est chargée d'étudier de très près pour trouver des solutions.

Même hausse attendue pour l'allocation de vie chère, ou le crédit d'impôt monoparental, là encore cela concerne une part de la population devenant de plus en plus précaire. Tout comme la CSL souhaite que l'administration puisse être en mesure de traiter rapidement les dossiers de demandes d'aides sociales, nombreux, qui ne manqueront pas d'arriver dans les prochains jours. Et notamment par l'octroi d'avances financières récupérables, à l'image de ce que le gouvernement a déjà octroyé à certaines catégories d'entreprises.

Alors qu'il faut s'attendre à des pertes de revenus (liées au passage au chômage partiel voire total d'une bonne partie de la population active du pays), la Chambre souhaiterait aussi que le gouvernement révise à la hausse la subvention de loyer. Certes le ministre du Logement, Henri Kox (Déi Gréng), a déjà proposé une mesure le 30 avril, mais les représentants des salariés l'estiment «largement insuffisante». Cela en particulier pour soutenir les locataires âgés qui risquent de ne plus pouvoir compter sur la solidarité de leurs proches dont le portefeuille se sera lui aussi réduit.


Logement - Photo : Pierre Matgé
La subvention de loyer revue à la hausse
Pour répondre aux conséquences de la crise du covid-19, le ministère du Logement indique jeudi non seulement que les procédures d'expulsion ont été suspendues pour la durée de l'état de crise, mais aussi que l'aide accordée aux ménages à faibles revenus a été revalorisée.

Le poids des loyers comptant beaucoup dans le quotidien des ménages, l'Etat est invité à décréter la possible suspension du paiement des loyers pour les foyers en difficulté en raison de la crise. Geste qui s'accompagnerait par la création d'un fonds de compensation afin d'indemniser les propriétaires privés affectés par cette non-rentrée de revenus. 

Si Xavier Bettel et ses ministres voulaient ajouter une poignée de mesures sociales dans leur future loi "Covid-19", les voilà servis. Mais sans doute que ces propositions seront évoquées, ce jeudi après-midi, pour la réunion tant attendue entre syndicats et le Premier ministre. Première main tendue, sous pression, après plusieurs semaines de silence.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pour le rattrapage des prestations sociales
La Chambre des salariés réclame l'augmentation urgente de 7,7% des aides aux familles en difficulté. Une hausse qui ne ferait que compenser la perte liée à la non-indexation de ces prestations sur le coût de la vie depuis 2014.
Family riding bicycles in park
Le Luxembourg bon élève du chômage partiel
En chiffres proportionnels, le Grand-Duché est le quatrième pays en Europe où cet instrument a été le plus utilisé durant la crise du coronavirus. C'est la Suisse qui occupe le leadership dans ce domaine, d'après une étude publiée ce mardi par la Fondation Hans Böckler.
ARCHIV - 26.02.2018, Baden-Württemberg, Bietigheim-Bissingen: Ein Mitarbeiter testet einen Lackierroboter bei der Dürr AG. Es ist ein Lichtblick für die arg gebeutelte deutsche Industrie: Die Unternehmen haben zu Jahresbeginn mehr Aufträge erhalten. (Zu dpa «Deutsche Industrie vor Corona-Krise mit Auftragsschub») Foto: Sebastian Gollnow/dpa +++ dpa-Bildfunk +++