Changer d'édition

La Chambre des salariés critique sur le budget 2021
Luxembourg 4 min. 19.11.2020

La Chambre des salariés critique sur le budget 2021

La présidente de la CSL a notamment mis en garde contre certains effets sociaux négatifs de la future taxe carbone.

La Chambre des salariés critique sur le budget 2021

La présidente de la CSL a notamment mis en garde contre certains effets sociaux négatifs de la future taxe carbone.
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 4 min. 19.11.2020

La Chambre des salariés critique sur le budget 2021

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Mention «peut mieux faire» adressée par Nora Back à la proposition budgétaire avancée par Pierre Gramegna. La CSL reproche notamment au gouvernement de ne pas veiller suffisamment à la montée des inégalités sociales et fiscales.

Même dans la tourmente covid, le Luxembourg tangue mais ne chavire pas. Et la Chambre des salariés (CSL) n'a pas été sans remarquer que c'est grâce à certaines mesures prises par le gouvernement que le pays, ses salariés et sa population n'ont pas la tête sous l'eau. A commencer par l'investissement public (à hauteur de 2,7 milliards d'euros l'an prochain) ou le chômage partiel (dont la prolongation acquise jusque juin 2021) ont été salués par la présidente de la CSL à l'heure de rendre son avis sur la proposition de budget 2021.

Des bouées, il en faut actuellement. Et devant les chiffres présentés par le ministre des Finances, la Chambre est d'avis que certains gestes s'avèrent indispensables en cette période de crise et d'incertitudes. Des soutiens d'autant plus nécessaires que la pauvreté progresse dans un Etat pourtant toujours coté au mieux. «Le taux des personnes en risque de pauvreté ou d'exclusion sociale a augmenté de 69,4% juste entre 2010 et 2020», insiste la présidente Nora Back. Et s'il faut donner des idées au ministre des Finances, la CSL a des pistes à proposer.


PORTE OUVERTE LT EMILE METZ.PHOTO GUY WOLFF
La Chambre des métiers approuve le recours à la dette
Au-delà des mesures pour diminuer les impacts de la crise covid, les 7.000 entreprises artisanales du pays demandent aussi à l'Etat d'accentuer son effort pour mettre sur le marché plus de logements abordables.

Revalorisation des prestations familiales ou de l'allocation de vie chère (dont le montant va repasser au niveau normal à compter du 1er janvier), meilleur soutien aux familles monoparentales, prolongation de la durée d'indemnisation des chômeurs, hausse du niveau de la pension minimale, adaptation des plafonds pour accentuer le nombre de bénéficiaires de l'accueil gérontologique : la CSL a des améliorations à proposer pour toutes les générations. Et de réclamer un «plan d'action concret de lutte contre pauvreté et exclusion avec un timing et des objectifs fixés».

Mais il est aussi un point que la Chambre aurait aimé voir le ministre des Finances affronter plus directement : le traitement fiscal «préférentiel» des patrimoines et des revenus du capital. Et de regretter clairement que l'imposition des patrimoines (de la fortune en particulier) ne soit plus à l'ordre du jour, à l'heure où immanquablement le gouvernement a besoin de trouver de nouvelles recettes. Certes, l'abolition des stock-options telle qu'envisagée ou l'introduction à hauteur de 20% d'un prélèvement sur les Fonds d'investissement spécialisés «réduit une grave injustice fiscale», mais d'autres gestes sont encore attendus.

Tout comme en matière de logement, préoccupation première des résidents. Si le budget dédié au ministère du Logement (et donc à ses actions) a bien été valorisé de 11%, cela reste insuffisant aux yeux de la Chambre des salariés. Elle parle de «premiers pas timides (mais dans la bonne direction)» pour évoquer l'engagement d'Henri Kox à pousser les feux pour la réalisation en main publique de plus de logements à loyer accessible dans le pays.

Mais là encore, il faudrait aussi penser à réformer certains pans de la fiscalité nationale. La déductibilité proposée aux multi-propriétaires des intérêts pour les emprunteurs hypothécaires ou l'amortissement accéléré favorisent trop un comportement spéculatif. Et donc de plaider pour «la suspension intégrale et temporaire du système d'amortissement accéléré». Mais face à «une évolution inacceptable des prix immobiliers et des loyers», il faut agir plus fermement là encore. 


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Une réserve solide» à utiliser «intelligemment»
Si la Caisse nationale de Santé affiche un excédent de 6,7 millions d'euros cette année, les réserves seront utilisées à partir de l'année prochaine. 386 millions d'euros serviront ainsi à couvrir les frais liés à la pandémie sanitaire.
CNS
Des mesures pour limiter la spéculation sur l'habitat
Une enveloppe de près de 550 millions d'euros est prévue pour financer la construction de logements abordables dans les années à venir. A laquelle s'ajoute l'objectif d'«éliminer les mesures qui encouragent les hausses de prix», assure Pierre Gramegna au journal "Contacto".
Wi,Classement des banques -ITV Pierre Gramegna.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Les seniors au cœur des préoccupations des députés
A la suite des annonces du gouvernement, la Chambre des députés a débattu des mesures sanitaires actuellement en place dans les maisons de retraite et les établissements de soins. Des députés partagés entre liberté et sécurité de ces individus à risque.
A elderly care nurse helps a resident in the retirement home St. Barbara of German welfare organisation in Stuttgart, southern Germany, on November 17, 2020, amid the new coronavirus COVID-19 pandemic. (Photo by THOMAS KIENZLE / AFP)
La crise frappe déjà de plein fouet les lusophones
Alors que Jean Asselborn s'est rendu mardi au Portugal pour souligner «l'apport de la communauté au développement économique, social et culturel» du Luxembourg, les organisations de soutien tirent le signal d'alarme sur les conséquences concrètes de la pandémie de cette partie de la population.
Au 1er janvier 2019, le Luxembourg comptait officiellement 613.894 habitants, selon le Statec.
Les dépenses des ménages luxembourgeois à la loupe
La part consacrée au logement, au resto ou à la voiture, celle du bio dans le chariot, voire les produits achetés à l'étranger. La nouvelle enquête sur le budget des ménages du Statec décortique les habitudes d'achats.
Coronavirus - Schutzmaßnahmen für supermarkt Mitarbeiter - Cactus - Belle-étoile  - COVID-19 - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Gramegna prêt pour la classe d'impôt unique
A l'occasion du débat sur l'iniquité du statut fiscal des célibataires, le ministre des Finances a confirmé l'intention du gouvernement d'adopter un barème unique d'imposition pour tous les contribuables quelle que soit leur situation familiale. Et ce, «dans un futur proche».
Si le ministre Gramega (à gauche) reconnait le bien-fondé de la pétition pour l'équité fiscale des célibataires, il s'oppose à un changement de classe.