Changer d'édition

La Chambre des salariés appuie l'impôt sur la fortune
Luxembourg 5 min. 12.11.2020

La Chambre des salariés appuie l'impôt sur la fortune

Pour Marco Wagener, économiste à la Chambre des salariés, «il est temps de mettre en oeuvre des mesures d'imposition des fortunes».

La Chambre des salariés appuie l'impôt sur la fortune

Pour Marco Wagener, économiste à la Chambre des salariés, «il est temps de mettre en oeuvre des mesures d'imposition des fortunes».
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 5 min. 12.11.2020

La Chambre des salariés appuie l'impôt sur la fortune

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Abolie voilà une quinzaine d'années, la taxation sur les plus hauts revenus revient dans le débat. Pour l'organisme représentant toutes les personnes salariées travaillant au Luxembourg, la recherche de nouvelles recettes fiscales devrait passer par «la plus socialement juste des fiscalités».

Il est une petite musique qui agace la Chambre des salariés (CSL). Celle qui, sur les ondes ou dans certaines publications, entonne le refrain du «Il n'y a que les plus riches au Luxembourg qui payent l'impôt sur le revenu des personnes physiques, et le reste de la population ne fait qu'en profiter». «C'est énervant d'entendre cela, car c'est faux», tambourine l'économiste Marco Wagener, conseiller de direction à la CSL justement. 

«Même dire que la minorité paye la majorité de cet impôt est une contre-vérité», poursuit l'analyste. Car ce sont bien les classes modeste et moyenne qui assurent le plus de recettes via la retenue directe prélevée sur les salaires. «La moitié du volume de cet impôt provient ainsi en réalité des ménages ayant un revenu annuel inférieur à 130.000 euros», indique ainsi la Chambre, dans sa dernière Econews. Soit de l'ordre de 2,7 milliards d'euros. L'autre moitié repose donc essentiellement sur les ménages dont le revenu imposable dépasse les 130.000 euros, soit 5% de la population. La situation est donc bien plus partagée que d'aucuns ne veulent l'avouer.

 Et puis, rappelle Marco Wagener, même si certains contribuables ne payent pas d'impôts sur le revenu, cela ne signifie pas qu'ils échappent totalement à l'impôt. Ainsi, la TVA vient frapper chaque achat, et cela sans distinction de niveau de vie. «Voilà un impôt bien plus injuste car il impacte forcément plus les petits budgets que ceux qui ont des moyens plus conséquents». Mais ce n'est pas demain que le Luxembourg changera quelque chose à la taxe sur la valeur ajoutée. Par contre, concernant l'impôt sur le revenu, la Chambre des salariés a bon espoir.

Certes, du fait de l'impact du covid-19 sur l'économie, le ministre des Finances a dû reporter la grande réforme fiscale annoncée pour 2021. Mais à la CSL, on a bien pris note que Pierre Gramegna souhaitait dans un avenir prochain passer à la classe d'imposition unique. Donc un système moins pénalisant financièrement pour les célibataires. Ensuite, du côté de la Chambre, on rejoint volontiers le choeur de celles et ceux qui réclament le retour de l'impôt sur la fortune.

Aboli en 2006, remplacé par un forfait libératoire de 10% (puis 20%) sur les intérêts qui ne rapporte plus guère, l'impôt sur le fortune refait ainsi surface dans le débat public. Parfois malencontreusement, comme ce fut le cas à la rentrée avec Frank Engel (CSV) qui prenait le contre-pied de la position de son parti. Parfois de façon plus assumée, comme avec l'actuel ministre de l'Economie Franz Fayot qui a déclaré, qu'«à court ou moyen terme», il faudrait réfléchir à la réintroduction de cet outil fiscal.

En relançant l'idée, le ministre socialiste balisait immédiatement le terrain : «Il faut faire une différence entre ceux qui mettent de l'argent de côté pour eux-mêmes ou pour leurs enfants, et ces fortunes, où nous entrons soudain dans des tranches ou des ordres de grandeur, où cela devient vraiment pervers.» Et Marco Wagener d'embrayer : «A chaque fois que l'on parle de définir un nouveau cadre pour l'impôt sur la fortune, on nous ressort toujours le même épouvantail : on croit toujours que c'est la petite maison de la grand-mère qui va être taxée, mais pas du tout.»

L'idée est bien de taxer la fortune, et pas le petit capital. A la Chambre des salariés, on mettrait ainsi volontiers à contribution les possesseurs d'une épargne importante, les titulaires de portefeuilles d'actions bien garnis, les propriétaires d’œuvres d'art ou d'objets de collection précieux, de biens immobiliers en pagaille. «Ce n'est pas Monsieur Tout-le-monde qui payerait donc, mais bien la classe la plus élevée», indique Marco Wagener.


Dossiers testaments et droits de succession empilés
116 millions d'euros grâce aux droits de succession
Pierre Gramegna (DP) a levé un coin du voile sur les recettes perçues dans le cadre d'un héritage. Près de la moitié des sommes encaissées provient d'une descendance indirecte.

Car des richesses individuelles, il en existe bon nombre au Grand-Duché. Selon une récente publication de l'ABBL sur l’essor des activités de private banking, le pays compterait 40.200 millionnaires. Autant de particuliers qui pourraient contribuer, encore un peu plus, au financement des caisses de l'Etat.

Car il est une crainte qui pointe actuellement. Si le gouvernement ouvre largement le robinet des aides (chômage partiel, soutiens à l'activité, prêts divers), le besoin de recettes pourrait bien raviver la question d'une imposition plus conséquente. «Nous avons déjà eu l'exemple, après la crise de 2008, et les salariés en ont gardé un amer souvenir. C'est bien sur eux et les revenus du travail que les gouvernants d'alors avaient fait reposer le renflouement des caisses. Il ne faut pas que ce soit le cas avec cette crise covid», plaide l'économiste. Aux yeux de la CSL, il serait malvenu de suivre cette même voie une décennie plus tard. «Ce fameux impôt d'équilibre budgétaire de 0,5% était d'une injustice incroyable.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pour le rattrapage des prestations sociales
La Chambre des salariés réclame l'augmentation urgente de 7,7% des aides aux familles en difficulté. Une hausse qui ne ferait que compenser la perte liée à la non-indexation de ces prestations sur le coût de la vie depuis 2014.
Family riding bicycles in park
L'équité fiscale, au nom du FIS
Pour soutenir les 21,7 milliards d'euros de sa proposition de budget pour l'an prochain, le ministre des Finances a décidé de mettre fin à «un abus fiscal» portant sur les Fonds d'investissement spécialisés immobiliers. Beau geste mais dont on ignore la portée réelle.
fonds d'investissement photo anouk antony
Gramegna prêt pour la classe d'impôt unique
A l'occasion du débat sur l'iniquité du statut fiscal des célibataires, le ministre des Finances a confirmé l'intention du gouvernement d'adopter un barème unique d'imposition pour tous les contribuables quelle que soit leur situation familiale. Et ce, «dans un futur proche».
Si le ministre Gramega (à gauche) reconnait le bien-fondé de la pétition pour l'équité fiscale des célibataires, il s'oppose à un changement de classe.
Fiscalité: les familles monoparentales ont la tête sous l'eau
Pourquoi les familles monoparentales luxembourgeoises comptent-elles parmi les plus précaires de l'Union européenne ? Pour Nuria Iturralde, du Collectif Monoparental pour la justice fiscale, tout est question de fiscalité -la classe d'impôts 1A est dans son viseur-, mais également de place des femmes dans la société.