Changer d'édition

La carte du covid, «une catastrophe pour Esch»
Luxembourg 4 min. 17.07.2020

La carte du covid, «une catastrophe pour Esch»

La «Journée française» organisée le 14 juillet focalise les critiques sur les médias sociaux

La carte du covid, «une catastrophe pour Esch»

La «Journée française» organisée le 14 juillet focalise les critiques sur les médias sociaux
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 4 min. 17.07.2020

La carte du covid, «une catastrophe pour Esch»

Le canton du sud est coloré de rouge foncé dans la publication de mercredi du ministère de la Santé. Pour les commerçants de la Métropole du Fer et son bourgmestre, l'onde de choc est dévastatrice. A la méfiance de la population s'ajoutent les annulations de la clientèle.

(JFC, avec Nicolas Anen) - Dans la rue de l'Alzette, les nerfs sont à vif. Ceci après que le ministère de la Santé a publié mercredi une carte montrant que, de la fin juin à la mi-juillet, le plus grand nombre d'infections au covid-19 a été enregistré dans le canton d'Esch/Alzette. Avec 329 cas, le canton du sud est coloré de rouge foncé sur la carte. Il surpasse nettement celui de la capitale (161 cas), qui arrive en deuxième position. 

Dans la Métropole du Fer, l'onde de choc ne s'est pas fait attendre. Cette publication a provoqué un déferlement de réactions dans les réseaux sociaux, allant de simples blagues inoffensives à des appels sérieux pour confiner toute la région du sud. «C'est de la pure diffamation», dit Tun De Oliveira, tenancier d'un grand salon de coiffure dans la rue de l'Alzette. Le commerçant se montre particulièrement agacé par le fait que les informations divulguées par le ministère de la Santé n'affichent pas clairement que tout le canton est concerné, et pas seulement la ville d'Esch. «Le soir même, quatre clients m'ont appelé pour annuler leur rendez-vous», regrette-t-il, histoire de bien préciser les conséquences.

Dépité, le coiffeur déclare «pouvoir juste expliquer par téléphone aux clients que nous suivons toutes les règles à la lettre.» Pas suffisant selon lui, qui constate que «les gens restent à la maison parce qu'ils ont peur». Son activité a diminué d'environ 40% par rapport à l'année dernière. Il aimerait que des contrôles soient effectués, afin de cibler quelles entreprises suivent les règles. Un peu à l'image des contrôles d'hygiène pratiqués dans les restaurants.

Le son de cloche ne diffère guère chez le bourgmestre de la Métropole du Fer, Georges Mischo (CSV): «c'est une catastrophe pour les commerçants», déclare-t-il à l'évocation de la carte et de son interprétation sur les forums Internet. Dès qu'il en a pris connaissance, l'élu eschois a demandé au ministère de la Santé les chiffres concernant précisément la ville d'Esch. Et il en ressort clairement qu'«Esch n'est pas aussi affectée qu'on le dit».

Pour le bourgmestre Georges Mischo, s'il est vrai que «tout le monde ne joue pas le jeu», «Esch n'est pas aussi affectée qu'on le dit»
Pour le bourgmestre Georges Mischo, s'il est vrai que «tout le monde ne joue pas le jeu», «Esch n'est pas aussi affectée qu'on le dit»
Photo: Anouk Antony

Les cas d'infection sont répartis sur tout le canton, qui abrite tout de même sept des dix plus grandes municipalités du pays. Georges Mischo ajoute que la plus grande station de dépistage du pays se trouve au rond-point de Raemerich à Belval, ce qui pourrait contribuer à gonfler les chiffres. Il n'ignore cependant pas qu'un café de sa ville a déjà dû fermer ses portes à trois reprises, pour non-respect des règles sanitaires. Bref, le bourgmestre de la Métropole du Fer est conscient que «tout le monde ne joue pas le jeu», et il se réjouit d'avoir entendu mercredi Paulette Lenert (LSAP), la ministre de la Santé évoquer l'éventualité de mesures plus dures.

Président du conseil d'administration du Centre hospitalier Emile Mayrisch (CHEM), Georges Mischo se rassure en constatant que l'établissement ne doit pas faire face à un afflux de nouvelles infections. Ce, même si un cas positif est apparu récemment au sein du personnel soignant dans le service de pédiatrie. D'après le bourgmestre, il n'y a pas eu non plus d'événement majeur à Esch ces dernières semaines susceptible d'avoir entraîné un nombre extraordinaire de nouvelles infections.

Dans le viseur des internautes figure en particulier l'organisation de la «Journée française» le 14 juillet. Nicolas Kremer, le président de l'association des commerçants eschois rétorque que «nous ne pouvons pas nous arrêter de vivre». Le même ajoute qu'«il n'y avait que quelques stands, tous les vendeurs portaient un masque et les règles de distance ont été respectées». La police a d'ailleurs effectué des contrôles en rue, alors qu'une délégation de l'union des commerçants de la capitale (UCVL) s'est même déplacée «en quête d'inspiration pour l'organisation de leur traditionnelle braderie».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Nul n'est censé ignorer la loi, pas même les clients
Alors que de nouvelles amendes sont dressées pour non-respect des consignes sanitaires, la nouvelle «loi covid», adoptée ce jeudi, tend à responsabiliser tout autant les consommateurs que les gérants d'établissement.
Auf der Place d'Armes wurden die Sitzbänke vorübergehend abmontiert. Dies ermöglicht es den dort ansässigen Restaurants, ihre Terrassenfläche zu vergrößern.
«On a pris un miroir et on se l'est mis devant le visage»
Alors que le Luxembourg enregistre, jeudi, 143 nouveaux cas d'infection au covid-19, Xavier Bettel assure dans les colonnes du Soir ne pas comprendre le classement en zone orange du Grand-Duché par les autorités belges. Pour le Premier ministre, la stratégie sanitaire reste la bonne.
IPO , PK Regierungsrat , Xavier Bettel und Paulette Lenert  , Sars-Cov-2 , Covid-19 , Coronakrise , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
La carte de circulation du virus dévoilée
Désormais, chaque semaine, le ministère de la Santé a choisi de publier les statistiques concernant le niveau de propagation du virus dans le pays, et ses effets sur le système sanitaire. Clairement, le sud du pays est la partie du territoire la plus concernée (mais aussi la plus peuplée, ceci pouvant expliquer cela).
Lokales, Illustration, Parking Bouillon, Corona, Covid19, Test für Anwohner, Covid-Station  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«Faire moins de tests n'est pas une option»
Face à la hausse «importante mais non exponentielle» du nombre de nouvelles infections au covid-19, le gouvernement n'annonce pas, mercredi, de nouvelles mesures spécifiques. Ces dernières pourraient toutefois intervenir d'ici dimanche, en fonction de l'évolution de la situation.
IPO , PK Regierungsrat , Xavier Bettel und Paulette Lenert  , Sars-Cov-2 , Covid-19 , Coronakrise , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
900 enseignes séduites par les bons d'achat de la Ville
Le soutien financier en faveur des commerces et de l'Horeca a connu un franc succès. Dans le but de toucher un maximum d'indépendants, les services de la capitale proposent un ultime rendez-vous le vendredi 3 juillet. Histoire de finaliser un maximum de dossiers.
Wirtschaft,  Illustartion, nach der Covid-Krise, lockdown, wie geht es dem Einzelhandel, Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Des soldes voués à «booster la reprise»
Alors que la France et la Belgique ont opté pour un report des achats à prix réduit à la mi-juillet ou en août, le Grand-Duché entame son opération commerciale ce vendredi. Les clients sont attendus avec impatience jusqu'au 25 juillet.
Les commerces de la capitale sous perfusion
Déjà pris en tenaille par des chantiers qui n'en finissent plus, des loyers jugés prohibitifs et l'implantation de nouveaux centres commerciaux en périphérie, les commerces du quartier de la Gare et de la Ville-Haute apparaissent au bord de l'asphyxie suite à la crise sanitaire.
online.fr, Lokales, Geschäfte schaffen es nicht mehr nach der Krise Corona weiter bestehen zu bleiben, Bahnhofviertel, quartier de la gare, faillite, Geschäfte am Rande der Firmenpleite,  Gebäude durchgehend zur avenue de la gare avenue de la liberté  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort