Changer d'édition

La capitale n'opte pas pour les cabines de bus
Luxembourg 3 min. 18.10.2022
Sécurité

La capitale n'opte pas pour les cabines de bus

En 2021, la Ville comptabilisait deux agressions physiques à l'encontre de chauffeurs de bus, contre 22 en 2018.
Sécurité

La capitale n'opte pas pour les cabines de bus

En 2021, la Ville comptabilisait deux agressions physiques à l'encontre de chauffeurs de bus, contre 22 en 2018.
Photo: Pierre Matgé
Luxembourg 3 min. 18.10.2022
Sécurité

La capitale n'opte pas pour les cabines de bus

Thomas BERTHOL
Thomas BERTHOL
Si le ministère de la Mobilité prévoit des cabines à partir de janvier 2023 pour les nouveaux bus des lignes RGTR, la ville de Luxembourg dit ne pas envisager la mise en place d'un tel équipement.

Vendredi dernier, un passager ivre s'en est pris à un chauffeur de bus en lui donnant plusieurs coups à Ettelbruck. Pour garantir la sécurité des conducteurs, François Bausch (déi gréng) a annoncé, cet été, miser sur des cabines en verre pour le réseau RGTR. Le ministre de la Mobilité avait indiqué qu'un tel dispositif serait prévu dans le budget de l'année 2023. Celui-ci a été déposé mercredi dernier par Yuriko Backes (DP), ministre des Finances, à la Chambre. Le ministre de la Mobilité avait ainsi indiqué que les «premières cabines de bus pourront être installées en janvier».


Des cabines pour les conducteurs à partir de 2023
Les nouveaux bus du réseau RGTR devraient être équipés d’une cabine pour garantir la sécurité des chauffeurs de bus indique le ministre de la Mobilité François Bausch.

Qu'en est-il des bus de la capitale, qui compte 150 véhicules? La Ville suivra-t-elle aussi cette démarche? Sollicités, les services de Luxembourg-Ville disent ne pas prévoir l'installation d'un tel équipement, et préférer «favoriser le contact direct entre les conducteurs de bus et les usagers afin d'assurer un service clients optimal, d'autant plus que les agressions contre les chauffeurs sont très rares». 

Pour l'année 2022, cinq agressions physiques envers les conducteurs ont été jusqu'à présent signalées. En 2021, Luxembourg-ville comptabilisait deux agressions physiques contre 22 en 2018. Ces violences ont ainsi fortement baissé, selon les données fournies par la capitale.

Les services de la Ville rappellent qu'une agression physique dans ces cas désigne «le fait de toucher le chauffeur de bus, de donner des coups, de cracher, de jeter un objet… Le risque de subir une agression physique est en principe très bas (une agression physique sur 600.000 courses effectuées)». Ils font également savoir que «les conducteurs des autobus des AVL et la plupart des chauffeurs des sous-traitants sont préparés aux situations délicates dans le cadre d'une formation sur la gestion de l'agressivité des clients».

Depuis le mois de juillet dernier, les nouveaux bus RGTR doivent être équipés d'une vidéoprotection. La Ville de Luxembourg dit avoir pour sa part équipé quelque 50 autobus, soit un tiers du réseau des AVL. Les nouveaux bus bénéficieront tous d'un tel dispositif «de manière à ce qu'à moyen terme, 100% des bus de la Ville disposeront d'un tel système».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'édition 2022 de la semaine européenne de la mobilité se clôture sur une note positive au Luxembourg. Le ministre François Bausch a profité de la dernière journée pour annoncer la fin de la réorganisation du réseau RGTR. Avec quelques nouveautés.