Changer d'édition

La bonne stratégie... jusqu'à dimanche
Luxembourg 4 min. 17.07.2020 Cet article est archivé

La bonne stratégie... jusqu'à dimanche

Pour Paulette Lenert et Xavier Bettel : «Nous ne devons pas remettre en question notre stratégie»

La bonne stratégie... jusqu'à dimanche

Pour Paulette Lenert et Xavier Bettel : «Nous ne devons pas remettre en question notre stratégie»
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 4 min. 17.07.2020 Cet article est archivé

La bonne stratégie... jusqu'à dimanche

Le gouvernement luxembourgeois a désormais trois ennemis à combattre : le covid-19, les comportements inadéquats de certains citoyens et les réflexes de repli des Etats voisins. Qui sait si le prochain conseil de gouvernement, ce 19 juillet, ne devra pas donner des gages de fermeté pour réfréner les uns et rassurer les autres.

(pj avec Sophie HERMES) - Garder la tête froide. L'exercice s'avérait déjà délicat les mois derniers, mais voilà qu'une remontée des infections vient échauffer les esprits, au Luxembourg et chez ses partenaires. Plus 163 cas positifs au covid en 24h annoncés jeudi, du jamais-vu depuis le 1er avril, mais Paulette Lenert (LSAP) ne s'alarme toujours pas. Publiquement en tout cas. «Nous ne devons pas remettre en question notre stratégie», s'applique à répéter la ministre de la Santé.

Et, pour l'heure, ni la pression sanitaire intérieure, ni l'insistance des Etats voisins à classer le Grand-Duché en «zone à risque» ne font sortir de cette voie le gouvernement luxembourgeois. Ce vendredi matin encore, en visioconférence avec ses homologues européens, la ministre luxembourgeoise a plaidé la cause de «la stratégie de test ambitieuse menée» (déjà 314.956 dépistages réalisés dans le pays), et surtout lancé «un appel fervent afin d’éviter des restrictions de déplacement ou des contrôles aux frontières injustifiés basés sur des analyses de données incomplètes».

https://app.datawrapper.de/map/L267S/visualize#refine-the-chart

En écho à ce que disait le Premier ministre Xavier Bettel (DP) dans les colonnes du Soir, jeudi, Paulette Lenert insiste pour que l’ECDC (Centre européen de prévention et de contrôle des maladies) inclue désormais dans ses statistiques le ratio de tests effectués par rapport à la population, ainsi que le taux de positivité. Deux données dont le Luxembourg n'a pas à rougir en comparaison avec d'autres territoires bien plus mal lotis en  suivi de l'épidémie ou en taux d'infection. Ainsi, le Grand-Duché teste-t-il de l'ordre de 20 fois plus la population qu'en France ou en Belgique...

Si jusqu'à présent, elle rejetait le terme de «deuxième vague d'infection («le terme a l'air dramatique»), Paulette Lenert l'a employé ce vendredi matin, au micro de RTL. Une première. Mais alors que dimanche 19 juillet un prochain conseil de gouvernement réanalysera les données sanitaires pour voir s'il faut durcir les mesures de prévention (reconfinement par secteur, port du masque dans la sphère privée?), la plus populaire des ministres réclame «quelques jours supplémentaires pour voir à quel point la situation est vraiment préoccupante». Garder la tête froide, on vous dit. 


Lok , Journee Francaise Esch/Alzette , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
La carte du covid, «une catastrophe pour Esch»
Le canton du sud est coloré de rouge foncé dans la publication de mercredi du ministère de la Santé. Pour les commerçants de la Métropole du Fer et son bourgmestre, l'onde de choc est dévastatrice. A la méfiance de la population s'ajoutent les annulations de la clientèle.

Paulette Lenert croise les doigts, espérant que les chiffres élevés actuels sont dus à des comportements inappropriés d'il y a quelques jours, et que chacun a depuis (ré)adopté un comportement plus respectueux des consignes. Les chiffres impressionnants de la reprise de l'épidémie ayant pu calmer certaines ardeurs à un laisser-aller, la courbe pourrait retomber. Méthode Coué?

L'espoir de celle qui n'est ministre de la Santé que depuis cinq mois seulement tient aussi dans un constat : les personnes nouvellement infectées sont le plus souvent des individus qui avaient déjà pu être identifiés par le traçage des contacts avec d'autres sujet infectés, et donc déjà placés en quarantaine. Peut-être ont-ils été contaminés, mais pas forcément contaminants. Le monitoring permettra de voir rapidement si cette hypothèse se vérifie. 

S'ils n'ont été utilisés pendant la première vague, les hôpitaux de campagne installés devant certains centres pourraient bien être utiles cet été. Sachant qu'avec l'arrivée de l'automne, il faudra penser à des solutions "en dur".
S'ils n'ont été utilisés pendant la première vague, les hôpitaux de campagne installés devant certains centres pourraient bien être utiles cet été. Sachant qu'avec l'arrivée de l'automne, il faudra penser à des solutions "en dur".

Il faut aussi que les autorités sanitaires gardent un œil sur le nombre de lits occupés par des patients covid au Luxembourg. Le péril guetterait si cette part approchait les 80 lits, car les soins apportés aux malades mobilisent fortement le personnel tout en imposant des consignes sanitaires pesantes sur l'organisation du système de santé. Actuellement, 36 hommes et femmes atteints par l'infection respiratoire sont pris en charge en soins normaux, pour 5 en soins intensifs. 41 hospitalisations contre 9 au creux de la vague, le 26 juin dernier...

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La France accélère sur le port du masque
Emmanuel Macron envisageait de rendre l'obligation de la protection buccale obligatoire dans les lieux "clos" dès le 1er août, son nouveau Premier ministre vient d'avancer de deux semaines cette nouvelle mesure visant à freiner la reprise de covid-19.
A security agent surveys via a temperature camera the temperature of travelers arriving at the Napoleon Bonaparte airport in Ajaccio on July 14, 2020, as people start visiting the French Mediterranean island of Corsica following the lifting of nationwide lock down measure in mid-March to curb the spread of the novel coronavirus, COVID-19. (Photo by Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP)